entresolUn éditeur parisien reçoit un livre publié en 1934 qui lui rappelle la lecture d'un manuscrit récemment reçu dans ses services, mais poliment refusé par une lettre type. Cette coincidence est étrange et plonge l'homme (André Martel) dans une relecture plus scrupuleuse. Or, il lui faut remettre la main sur ce manuscrit, renvoyé à l'expéditeur, un certain Vincent Meyer, déclaré mort à Cosnes-sur-Loire...

C'est en pièces détachées qu'il recoupe l'histoire d'une intrigue policière : un enfant a disparu au coeur d'un immeuble du 14ème arrondissement au 17 rue Leon-Bloy. Un mystère entier commence, aux mains du lieutenant Beaulieu, rendu perplexe par l'incongruité de la disparition, par la dizaine de perquisitions effectuées, et les éléments réunis suite aux entretiens avec les locataires du lieu. La galerie des personnages ne manquent pas de piquant : "Les libraires sont lesbiennes, les peintres sont vaniteux, les bouchers sont des ogres, les astronomes passent pour des fous et, cerise sur le gâteau, les catholiques s'en mêlent."

"Entresol" est un roman qui ne s'en laisse pas conter, il est en fait un roman-puzzle, balancé entre le roman dans le roman, une enquête policière, une disparition mystérieuse, une illusion fantastique et un jeu de cache-cache entre les uns et les autres, au coeur des pages, mais également en rapport avec le lecteur. Ce dernier, perdu et ébloui, ne décolle pas du livre avant la fin !... La fin est ouverte, les explications ne manquent pas. C'est une lecture complétement réjouissante, qui sort des sentiers battus.

Maren Sell éditeurs