25/01/07

Mentir vrai ~ Gisèle Fournier

Jeanne rencontre dans la rue la perfide Anne, une amie qui ne lui veut pas du bien en lui racontant certaines choses sur Simon, son ancien compagnon. Cet homme, Jeanne l'avait rencontré chez Anne et avait été à la fois séduite par lui tout en se sentant menacée. Effectivement, sa relation avec lui, même si elle a su lui apporter quelques bases reposantes, a vite viré vers de vieilles angoisses et des cauchemars de l'enfance qui se sont réveillés.
Le mensonge dans le roman de Gisèle Fournier est édulcoré, malaxé et amadoué. Mentir pour polir, poncer, arrondir les angles. C'est ainsi que conçoit les choses, Simon. Mais Jeanne, trop meurtrie d'avoir gardé le silence pour arranger la vérité, accepte difficilement de partager sa vie avec lui. De la sorte. Alors, au prix de gros efforts, malgré l'amour, elle apprend à le quitter, en dépit du passé qui reflue. Sur un ton grave, presque dans l'urgence, au bord de la folie, Jeanne sauve sa peau. Beau roman, dans la lignée des histoires imaginées par son auteur, même si les passages sur l'oncle auraient mérité d'être plus creusés.

lu en janvier 2006

Posté par clarabel76 à 15:16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les murs et autres histoires (d'amour) - Vaikom Muhammad Basheer

les_mursCathe et ses lectures préparent actuellement un dossier sur la littérature indienne, en l'honneur du salon du livre à Paris dont le pays vedette et invité n'est autre que ... l'Inde ! Avec ce livre, j'apporte donc ma petite pierre à son édifice.

Ce qui est fascinant dans l'univers de Basheer, c'est qu'on y entre tout de suite, avec une familiarité et un enthousiasme qu'on a tout de suite envie de faire partager. Composé de 5 courtes histoires, ce recueil de Basheer décline avec humour et causticité les clivages entre l'homme et la femme, la supercherie de l'un contre le bon esprit de l'autre, l'emprisonnement, la rencontre d'un parfum fleuri typiquement féminin, l'effroi glacial et même une petite bulle de fantastique ! L'auteur est doué pour créer son atmosphère : au coeur d'une prison, entre quatre murs, au pied de l'enceinte qui sépare le pénitencier des femmes, l'homme fait la rencontre d'une femme autour d'un pied de roses. C'est la 1ère des histoires qui ouvre ce recueil, le ton est donné : de la magie, de la poésie, du doute et de la perplexité, beaucoup de fantaisie et une pointe d'ironie. Voilà qui régale le lecteur !

On pourrait presque croire à des petits contes philosophiques, chacune des nouvelles ne manque pas de verve pour pointer le doigt sur le souci du groupe social, sur la dot féminine et le chagrin d'une femme privée de mariage. Il est moqueur, mais gentil et particulièrement charmeur, son regard sur les femmes dépasse l'image de la damoiselle qui se poudre le visage et court les boutiques avec un "flap-flap" sur l'épaule. D'ailleurs, celles-ci ne manquent jamais de réparties, elles ne sont pas de celles dont "la tête ne contient que des rayons de lune" (à voir dans les textes de L'anneau d'or & La lettre d'amour). Privilégiant beaucoup la séduction et la romance cajoleuse, faite d'humour parfois involontaire et facétieux, Basheer n'hésite pas à dénoncer (lui-même a tâté de la prison dans sa lutte pour l'indépendance de l'Inde), rapporte ses contes hérités au cours de ses longs et innombrables voyages, et boucle ce livre sur une touche surréaliste, "un des événements extraordinaires" qui lui sont arrivés. Quel autre nom donné à cette étrange "lumière bleue", une très belle histoire de fantôme et d'amour (toujours !). Le pouvoir de l'Inde a agi, j'ai été charmée. D'autres font danser les serpents, par la seule musique d'une prose simple et naturelle. A découvrir !

Zulma

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]