A_bout_de_couplePrésentation de l'éditeur
Alors que le sexe a cessé d'être subversif pour se muer en religion commerciale, le couple est devenu le tabou consacré. Aucune issue possible, nul chemin de traverse. Seuls, vous êtes une femme ou un homme mort(e). Le couple est une institution qui reste le baromètre infaillible pour mesurer le degré d'intégration d'un individu. Que faut-il voir dans cette obsession sinon un formidable lavage de cerveau faisant fric de tout bois, une exploitation de la détresse affective, un enjeu politique ? A une autre époque, la lutte des classes remplissait les bistrots, les amphis. Au même moment, le couple volait en éclats, dernier bastion de l'idéologie bourgeoise. Aujourd'hui, on lui fait un triomphe. Le couple serait une promesse de bonheur. Il garantirait un itinéraire personnel réussi. Il assoirait une image politique. L'époque a les enjeux qu'elle se donne, le nôtre, c'est l'amour fonctionnaire.

Ce que j'en dis

Pas grand-chose, en fait ! Je me sens incapable d'exprimer un véritable avis sur ce livre, qui m'a agacée, oh oui. Catherine Castro, journaliste à Marie-Claire, offre une vision pertinente sur l'image du couple tel qu'on nous l'étale de nos jours, dans la presse, la politique et la littérature. Pour une femme seule, c'est insultant ! Mais n'allez pas croire que l'auteur de cette mise en accusation soit une frustrée, une aigrie de la vie, etc. Elle aussi a déjà donné, et puis un jour elle a été dégoûtée, purement et simplement. Seule solution : elle a repris sa liberté, elle est redevenue elle-même, conforme à ses choix. "Se rendre compte qu'au final, il me manquait beaucoup moins de choses que lorsque je partageais ma vie avec quelqu'un qui ne me manquait pas. Pour réaliser que la personne qui me manquait, c'était moi. Quelqu'un qui détestait le couple. ça fait un choc. (...) On se cramponne au couple comme on s'accroche  aux clopes, accro à une drôle d'idée du plaisir, jusqu'à en être dégoûté. " Le ton de ce livre est lucide et blessant, aussi vrai que cela puisse être, c'est aussi très dérangeant. Je suis incapable de me ranger à ses côtés, parce qu'il faut admettre que ce point de vue décalé et inattendu laisse un arrière-goût rance. On nous ment depuis des générations, et il est inscrit quelque part que "tu abhoreras ce que tu as aimé" ... Gloups. Je dis ok sur certains points, mais l'instant d'après je me dis qu'elle exagère, qu'elle est trop belliqueuse, et dans le fond c'est ce qui me gêne le plus pour adhérer à ses idées.

Alors voilà, je le propose en livre-voyageur, certains d'entre vous connaissent ce principe (je me charge d'envoyer ce livre au 1er qui sera intéressé et à son tour il le fera suivre aux personnes disposées, etc. avant le retour à l'envoyeur quand la boucle sera bouclée). Signalez dans vos commentaires si l'aventure vous tente, si vous souhaitez vous pencher sur le problème du couple, et cela me permettra de vérifier à quel public ce livre se destine le plus. (Les adresses sont échangées en privé !).

Denoel, 155 pages  (ce livre est en petit format, et ça se lit très vite !)