22/03/07

A bout de couple - Catherine Castro

A_bout_de_couplePrésentation de l'éditeur
Alors que le sexe a cessé d'être subversif pour se muer en religion commerciale, le couple est devenu le tabou consacré. Aucune issue possible, nul chemin de traverse. Seuls, vous êtes une femme ou un homme mort(e). Le couple est une institution qui reste le baromètre infaillible pour mesurer le degré d'intégration d'un individu. Que faut-il voir dans cette obsession sinon un formidable lavage de cerveau faisant fric de tout bois, une exploitation de la détresse affective, un enjeu politique ? A une autre époque, la lutte des classes remplissait les bistrots, les amphis. Au même moment, le couple volait en éclats, dernier bastion de l'idéologie bourgeoise. Aujourd'hui, on lui fait un triomphe. Le couple serait une promesse de bonheur. Il garantirait un itinéraire personnel réussi. Il assoirait une image politique. L'époque a les enjeux qu'elle se donne, le nôtre, c'est l'amour fonctionnaire.

Ce que j'en dis

Pas grand-chose, en fait ! Je me sens incapable d'exprimer un véritable avis sur ce livre, qui m'a agacée, oh oui. Catherine Castro, journaliste à Marie-Claire, offre une vision pertinente sur l'image du couple tel qu'on nous l'étale de nos jours, dans la presse, la politique et la littérature. Pour une femme seule, c'est insultant ! Mais n'allez pas croire que l'auteur de cette mise en accusation soit une frustrée, une aigrie de la vie, etc. Elle aussi a déjà donné, et puis un jour elle a été dégoûtée, purement et simplement. Seule solution : elle a repris sa liberté, elle est redevenue elle-même, conforme à ses choix. "Se rendre compte qu'au final, il me manquait beaucoup moins de choses que lorsque je partageais ma vie avec quelqu'un qui ne me manquait pas. Pour réaliser que la personne qui me manquait, c'était moi. Quelqu'un qui détestait le couple. ça fait un choc. (...) On se cramponne au couple comme on s'accroche  aux clopes, accro à une drôle d'idée du plaisir, jusqu'à en être dégoûté. " Le ton de ce livre est lucide et blessant, aussi vrai que cela puisse être, c'est aussi très dérangeant. Je suis incapable de me ranger à ses côtés, parce qu'il faut admettre que ce point de vue décalé et inattendu laisse un arrière-goût rance. On nous ment depuis des générations, et il est inscrit quelque part que "tu abhoreras ce que tu as aimé" ... Gloups. Je dis ok sur certains points, mais l'instant d'après je me dis qu'elle exagère, qu'elle est trop belliqueuse, et dans le fond c'est ce qui me gêne le plus pour adhérer à ses idées.

Alors voilà, je le propose en livre-voyageur, certains d'entre vous connaissent ce principe (je me charge d'envoyer ce livre au 1er qui sera intéressé et à son tour il le fera suivre aux personnes disposées, etc. avant le retour à l'envoyeur quand la boucle sera bouclée). Signalez dans vos commentaires si l'aventure vous tente, si vous souhaitez vous pencher sur le problème du couple, et cela me permettra de vérifier à quel public ce livre se destine le plus. (Les adresses sont échangées en privé !).

Denoel, 155 pages  (ce livre est en petit format, et ça se lit très vite !)

Posté par clarabel76 à 17:00:00 - - Commentaires [30] - Permalien [#]


Les soeurs Delicata ~ Geneviève Brisac

Les soeurs Délicata sont sept: Paloma, Evangéline, Clotharia, Esther, Nouk, Judith et Mo. Sept petites filles qui vivent dans un appartement "qui ressemble à un boa". L'histoire commence le 20 décembre. Nouk, la narratrice, parle de ses soeurs, des anges qu'elles confectionnent, de sa grand-mère (l'extravagante Grand-Mère Oiseau qui vit dans sa chambre, "sa grotte", et en sort parfumée, maquillée, accoutrée avec exubérance). En se rendant à l'église, sous l'escorte de leur gouvernante Méta (qui les laisse seules et s'en revient les cheveux ébouriffés et le rouge à lèvres qui coule), elles rencontrent une vieille dame avec une peau de louve sur le dos, Madame Elohim, qui les comparent à des petites filles échappées des contes d'Andersen !
Les soeurs Délicata entreprennent de faire de bonnes actions (elles tricotent des écharpes, font des cakes aux fruits) et vont les offrir aux résidents de la Villa des Pins, un établissement fermé par une énorme grille en fer, avec des bouts de verre sur les murs ("pour éviter qu'ils s'échappent?" se demande Nouk). En revenant de leur expédition, elles retrouvent l'appartement vide et silencieux. C'est le soir du 23 décembre et leur mère a disparu.
Que se passe-t-il chez les Délicata? La grand-mère Tchaïka débarque, on oublie d'évoquer leur mère, le père est quasiment absent, la gouvernante disparaît également.
Entre hallucinations et croyances, l'histoire des "Soeurs Délicata" plonge le lecteur dans un mystérieux conte à consonnance mystique, à la croisée des Contes Gothiques de Karen Blixen et des contes d'Andersen. L'ambiance est inquiétante, intéressante, palpitante et un rien gothique, le tout sur un mystère qui grossit, dans un univers à la fois onirique et surréaliste.

mars 2004

Posté par clarabel76 à 14:41:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La collecte des monstres - Emmanuelle Urien

collecte_des_monstresDans le club très prisé des "spécialistes de la nouvelle", où les demoiselles d'une trentaine d'années excellent avec leur bagout et un culot particulièrement jouissif, il faut vite inclure à la bande des Céline Robinet, Dorine Bertrand, Lola Gruber, Claire Castillon et Isabelle Sojfer, la "terrible" Emmanuelle Urien.
D'abord, bravo à elle pour avoir intégré l'écurie des éditions Gallimard, une belle récompense pour son talent déjà repéré par les surfeurs de la toile !
Passons.

"La collecte des monstres" est un recueil de 18 nouvelles dont on sort plus d'une fois abasourdie et sidérée par la note finale. Mais avant d'évoquer la conclusion, parlons d'abord du contenu : de beaux textes, faussement lisses, sur des personnages plus ou moins ordinaires, un peu toqués et frappés par le sort, et qui bouclent un chapitre en donnant le coup de massue sur l'infâme curieux qui a niché son nez dans ce livre !
Mazette, ça dépiaute !
Plusieurs histoires m'ont accroché, dont "L'homme qu'il me faut" où une jeune femme envoie des dizaines de lettres pour les journaux de petites-annonces, clamant qu'elle est une belle jeune fille parfaite qui cherche un homme avec les mêmes caractéristiques, la réponse ne se faisant pas attendre, la demoiselle s'émeut et se lance vers l'inconnu...
Le principe d'établir des règles et de vouloir s'en tenir fait écho à l'histoire de "Lilas ou les règles de l'art". Lilas est une jeune étudiante qui a du mal à joindre les deux bouts, elle décide de faire le trottoir avec les conditions qu'on lui connaît dans le quartier, "mille euros" dit-elle pour éconduire les indésirables, très bien !...
"Plaie d'agent" raconte le tic obsessionnel d'un homme qui pense être suivi et le vérifie sur le champ en se retournant brutalement, de son vice va naître la passion pour la photographie, puis le début de la gloire grâce au zèle exemplaire de son agent, mais bon...
Et je pourrais continuer d'en faire la liste, tant j'ai apprécié beaucoup des nouvelles de ce livre !

Pourtant, ce n'est pas gagné d'avance, il y a un fond méchant, un esprit terrible, un grain de folie et d'horreur, un compte à rebours qui va vous envoyer dans les roses ! C'est étonnant ce talent et cette facilité manifeste de mettre en place une situation qui varie, qui bouscule les idées et qui parvient sans cesse à nous surprendre.
Plus d'une fois, j'ai été ébahie par la chute. Tantôt je riais, tantôt je grinçais des dents, et même je me demandais s'il ne fallait pas me sentir (un peu) coupable de ricaner et de trouver ça drôle. Eh bien, non ! Le titre en lui-même annonce la couleur, et saviez-vous que dans certaines communes c'est ainsi qu'on nomme "le ramassage des encombrants" ?
"La collecte des monstres" est une peinture, ce n'est pas seulement dans un esprit de la laideur, celle-ci se décrit de bien différentes façons, on le constate, nous sommes cernés. Et comme disait Francis Bacon : "Si je rends les gens laids, ce n'est pas exprès : j'aimerais les montrer aussi beaux qu'ils le sont". Mais bon...
"Elle m'a dit un jour que connaître l'opinion des gens sur son compte, ça l'aidait à mieux les mépriser. C'est un besoin chez elle, le mépris, on dirait que ça l'aide à se tenir droit en l'absence d'autre soutien. Le mépris, c'est son tuteur à elle."
Vraiment pas mal du tout !

Gallimard, 155 pages.

Posté par clarabel76 à 07:15:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]