Roman policier, "Autobiographie d'une tueuse" rassemble les mémoires d'une super-mamie de 82 ans dont la présente aventure débute en regardant l'émission de télévision "Retrouvailles" (un vague Perdu de vue présenté par Jacques Pradel...). Un couple de Nigauds (comme elle les surnomme) lance un appel de recherche: celui de retrouver sa mère qui a accouché sous X... Aussitôt, les souvenirs d'Eugénie remontent à la surface, elle téléphone et dit que c'est elle, la mère de ce Nigaud.
Bref, les événements ne font que commencer car réellement mère, l'est-elle ou pas?.. Et puis, la confession de ses "petits meurtres entre nous", de ceux qu'on commet pour éliminer ceux qui nous gênent.. une voisine presque centenaire, un mari, un fils, une meilleure amie envahissante.. Décidément, la vie d'Eugénie est parsemée de cadavres !
Mais tel est pris qui croyait prendre, car de fil en aiguille les masques tombent.. N'est pas victime qui veut !

Ce roman de Brigitte Kernel ne remplit pas les grandes lignes et règles des romans policiers, toutefois il nous captive par les révélations doucereuses que délivre le personnage central dans ses cahiers dédiés à son mari disparu. L'héroïne est une grand-mère ahurissante et qui répond au nom d'Eugénie Grandet, "un vrai personnage de roman". Mais les deux Eugénie n'ont en commun que leur nom car cette Eugénie introduite dans "Autobiographie d'une tueuse" n'a rien d'une sainte !
Ecrit assez allègrement, ce roman se lit rapidement, si ce n'est le rythme qui semble s'essoufler en cours de route avant d'aboutir sur une touche finale décapante. En somme, un petit roman agréable.

mai 2004