Julien a quinze ans. C'est le premier jour de la rentrée au lycée. Un nouveau pas dans la vie du garçon assez circonspect. "J'ai tout de suite vu que quelque chose clochait dans ce lycée." sont ses premiers mots. En effet, sa classe est banale, des cow-boys, des premiers de la classe, des filles qui gloussent.. à l'exception du nouveau, Clément. Aussitôt, Julien souhaite devenir son meilleur ami car il se sent mystérieusement attiré par lui, il ne comprend pas. D'autres vont mettre les mots sur ce sentiment troublant, "homosexuel". Jeté salement, tel un reproche, Julien refuse de se contenter à cette classification. Progressivement il va se rendre compte qu'il est amoureux, que son histoire n'est pas ordinaire, mais il ne veut pas en entendre parler, ni en parler clairement.
Et c'est toute cette complexité que tente d'approcher Jérôme Lambert, jeune écrivain talentueux. Pour ceux qui suivent, il a publié un premier roman "La mémoire neuve" chez l'Olivier.
Dans "Tous les garçons et les filles", Jérôme Lambert emploie le mode narratif de la première personne. C'est la personne de Julien qui se dévoile, se confesse, avoue sa perplexité et sa troublante attirance pour le même sexe. Ce roman dévoile aussi les tourments d'un jeune adolescent d'ordre plus général : son entrée au lycée, comment se faire accepter par un groupe, adhérer aux codes et comment être en harmonie avec soi-même. Pas facile pour Julien qui n'aime pas les blagues vaseuses, les baignades en mer ou les voyages scolaires. Pleinement conscient de sa différence, il va tenter de démêler les liens embrouillés de son esprit : trop de ménage dans sa chambre, des insomnies et un zèle audacieux en allemand.. bref, Julien tente d'être bien dans ses baskets. A presque seize ans, ce n'est pas gagné.
"Tous les garçons et les filles" est un très bon roman, hélas trop court. Jérôme Lambert confirme son talent d'écrivain : plume en finesse et en légèreté. Un très bon moment de lecture !

mai 2004