12/09/07

Les autres ~ Alice Ferney

"Personnes susceptibles s'abstenir" était la règle préconisée par ce nouveau jeu de société qu'a offert Niels à son frère Théo, lors de sa soirée d'anniversaire. Sont réunis leur mère, les amis et fiancées. Tous s'engagent dans ce jeu brûlant qui a pour but de délier les langues et mettre à jour les vérités cachées. Que pensent les uns et les autres, les uns sur les autres, les uns des autres ?
Ce roman délie la parole, ouvre la boîte de Pandore. Il est décomposé en trois parties, d'abord on lit les pensées des protagonistes, puis on assiste à la joute verbale, puis on prend le pas du narrateur, de l'auteur qui décrit ce repas suicidaire avec toute l'élégance et la subtilité qui caractérise l'écriture d'Alice Ferney. C'est d'une poésie inqualifiable, tant sur la valeur des sentiments, sur le poids de la maternité et la féminité (thèmes abordés dans le roman).
Au cours de cette soirée, certaines paroles auront été lâchées et ne pourront plus être rattrapées. Les personnages ont tous bien conscience de cet enjeu mais ils foncent tête baissée. Un peu abasourdis, écoeurés, révoltés mais exaltés "d'être avec les mots comme des poissons dans l'eau". Ce roman donne enfin le pouvoir au langage, aux mots et à la langue éclatante et qui s'exprime, se libère. Il ne met pas en péril le sentiment de l'amitié car, après tout, un personnage le souligne : "Sans amitié, pas de confidences ni d'aveux ou de révélations, pas de critique profonde et transparente. En ce sens les amis, pour le bien qu'ils essaient de nous faire, sont aussi cruels que les ennemis qui nous souhaiteraient quelque mal.".
En un mot comme en cent, ce roman est magnifique, tout en grâce et dénuement, et dont le point final sera : "Qui peut croire que les mots servent la vérité ? Qui sait ce qu'ils tranforment vraiment en nous ? Quel est ce pouvoir qu'on leur prête ?". (La réponse est cachée dans ce livre !)

août 2006

Posté par clarabel76 à 14:05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Jacques Prévert, pour les enfants !

Il y a 30 ans, le 11 avril 1977, décédait Jacques Prévert. Ce grand poète, connu pour son recueil  « Paroles » a laissé une oeuvre très riche et variée.

En 2007, les éditions Gallimard jeunesse rééditent quelques-uns des albums en proposant ainsi de revisiter l'oeuvre du poète, toujours d'actualité.

prevert_le_cancreVoici le célèbre poème de Jacques Prévert, illustré par Jacqueline Duhême, pour se rappeler toujours que l'essentiel c'est d'être heureux.

Il dit non avec la tête
mais il dit oui avec le coeur
il dit oui à ce qu'il aime
il dit non au professeur
...

Un album accessible pour les plus jeunes, même si ce poème est inscrit dans le programme des cycles 2. Ma fille qui fait partie d'une classe à plusieurs niveaux avait déjà connaissance du poème. Ce fut donc un réel plaisir de découvrir cette lecture  - elle n'a d'ailleurs pas hésité à la faire partager avec sa classe. Les images de Jacqueline Duhême sont un atout encore plus réjouissant pour le plaisir de lire, apprendre et comprendre cet hymne du bonheur !

Avis aux enseignants, aux parents ... un titre indispensable, selon moi ! 

 


 

 

prevert_opera_de_la_luneUn grand classique insolent et magique de Jacques Prévert :  L'Opéra de la lune.

Extrait du livre :
Il y avait une autre fois un petit garçon qui souriait très souvent, la nuit, en dormant. C'était une autre fois mais c'était le même petit garçon. On l'appelait Michel Morin, le Petit garçon de la lune, parce que, lorsqu'il y avait la lune, il était content.
- Je la connais, disait-il, on est amis tous les deux et même quand elle ne vient pas le soir, je n'ai qu'à fermer les yeux et je la vois dans le noir de la nuit. Elle est toujours là pour moi et quand je dors, j'ouvre tout grand les yeux en dormant et je me promène avec elle et elle me montre des choses très belles dans mon sommeil.

Cet album est également admirable, mais moins abordable que le précédent. L'éditeur le conseille pour les enfants dès 5 ans, j'émets un doute à ce sujet car j'ai trouvé que la lecture n'était pas évidente au premier abord. Plus de texte, des illustrations charmantes mais une histoire plus parabolique ... bref il faut davantage d'assistance pour cette lecture. (Ceci est mon jugement par rapport à un lectorat de la jeunesse. Ensuite, je le conseille tout à fait pour les plus adultes d'entre nous ! )

Nota Bene : personnellement, j'aurais apprécié que cette édition s'accompagne d'un cd pour soutenir les passages musicaux.

 


 

prevert_baladarUne histoire inoubliable, pleine de poésie et d'humour : Lettres des Îles Baladar

Mot de l'éditeur

Il y avait autrefois, au beau milieu des quatre coins du monde, dans l'archipel des Baladar, une petite île de rien du tout où tout était calme et gai, où le bonheur se promenait parmi les pêcheurs et les enfants. Mais un jour, les habitants du Grand Continent s'aperçurent que de l'or brillait sur l'île...

Ce livre est la réédition "collector" de l'édition originale de 1952.

Vous ne connaissez pas ? N'hésitez plus ! Ce conte de Prévert est un enchantement ! Bien entendu, l'histoire couvre un message plus profond qui dénonce l'ambition de la colonisation et la menace de détruire la liberté et le bonheur individuel. C'est un peu sévère pour les enfants, croyez-vous, mais c'est tout le contraire. Pourquoi ? L'écriture, tout simplement ... N'oubliez pas que c'est du Prévert et donc ... *musique du bonheur*

Cela commence ainsi :   

« Autrefois, et cela fait déjà longtemps, au beau milieu des quatre coins du mondes, il y avait des îles protégées par la Mer.

C'étaient ses îles défendues, elle les appelait les Iles Préférées. De temps à autre, mais assez rarement, un hardi navigateur muni d'une longue-vue de haute précision voyait au loin surgir l'une d'elles, ensoleillée, mais à peine avait-il crié : Terre ! Qu'aussitôt elle disparaissait dans un brouillard instantané et tout aussi vite c'étaient déjà la tempête, les cyclones et les tornades, les typhons, les lames de fond.

Et comme les marins ont autre chose à faire en mer que de faire naufrage tous les jours ils n'allaient pas plus loin dans leur exploration.

Ils appelèrent ces îles les îles Baladar, parce que, disaient-ils, elles ne tenaient pas en place et se bornèrent à inscrire, au hasard des rencontres, quelques noms sur leurs cartes.

Et c'étaient l'île A Part, l'île Subito Presto ou l'île Incognito.

Suivant leur humeur du moment, suivant le bon ou le mauvais temps, ils les traitaient différemment. Un jour ils les appelaient les Défensives, les Méfiantes, les Redoutables, les Imprévues, les Intraitables, les Farouches, les Fugitives. »

(En cours de  lecture par Miss C., 7 ans)