J'appelle à la barre la dénommée Lily qui par son analyse pertinente et toujours fine a su m'accrocher à ses filets pour me convaincre de lire Octavie dans tous ses états de Constance Delaunay. Avec ses arguments imparables, les extraits proposés et cette vague histoire d'adultère, j'étais donc particulièrement réjouie. D'autant plus que j'aime également cet écrivain pour avoir déjà lu quelques-uns de ses livres... (Autour d'un plat, Sur quel pied danser, La tsarine).

Octavie_dans_tous_ses_etatsOctavie est l'épouse d'un seul homme. Corps et âme, elle s'est donnée à son époux. Elle ne connaît que lui, ne vit que pour lui, ne voit que par lui. Jusqu'au jour où une autre femme prend possession de cet homme, lui impose ses idées, tourne en dérision le mariage et prône l'amour libre. Octavie, qui se sent directement menacée, passe à l'attaque : cris, larmes, invectives, tout lui est bon pour forcer son époux à avouer sa liaison.

Comme Lily, j'ai aimé ce principe de narration, ce mélange des genres, cette idée originale de distiller la recette ancestrale du roman façon 18e - 19e siècle. La prise de parole, en exergue de l'histoire, faite par la narratrice apporte un côté drôle qui soulage du sujet bateau - l'amour trompé, bafoué et la liaison honteusement exhibée sous le nez de l'épouse. On aimerait beaucoup s'apitoyer sur Octavie, mais c'est hélas impossible. Pas qu'elle manque de charisme, au contraire ! Octavie est attachante, un peu midinette et on l'apprécie beaucoup pour ces facettes. Ce qui finalement porte le nom de "déboire" prend vite le goût d'une affliction à détourner et matière à riposte. A méditer ...

Bon hélas, je n'ai pas autant aimé que Lily. J'aurais bien aimé, mais je crois que je préfère Constance Delaunay dans les nouvelles. Sur 160 pages, j'ai fini par m'ennuyer un tantinet. Je préfère lire et relire le billet de Lily à la rigueur !   Gallimard, 164 pages  (avril 1996)

extrait : Mais ne sommes-nous nous pas tous des héros de roman ? Ne sommes-nous pas obligés de l'être, sous peine d'exploser, réduits en miettes, privés d'histoire ? Un mélange de souvenirs, de projets, craintes et espoirs marque chaque instant présent, instant qu'on qualifiera d'abstrait, d'imaginaire, afin d'échapper aux forces centrifuges qui conduisent tout droit à la folie.
Ainsi, plus nous avançons dans la vie, mieux nous comprenons qu'il nous faut à toute force construire notre histoire, à la façon d'un jardinier qui taille par-ci, élague par-là, enlève les feuilles jaunies, les boutons, qui pompent la sève au détriment de la fleur unique, vouée à l'épanouissement.
Mais foin de ces propos qui n'engagent que moi et que je n'ai pu m'empêcher d'introduire en contrebande, revenons à Octavie, bien vivante, avec ses cris, ses pleurs, ses rebiffades.

Note info : Gilberte Lambrichs est traductrice et écrivain. Elle est l'épouse de Georges Lambrichs. Traductrice entre autres de Fritz Zorn (Mars) et Thomas Bernhard (Béton, Maîtres anciens, Extinction), elle publie également sous le nom de Constance Delaunay.  (Entretien)

Lire tout haut par Constance Delaunay


daddy_blueGuillaume connaît le bonheur d'être papa pour la première fois et accueille avec éblouissement sa petite Justine. Il pourrait être comblé, or sa compagne Florence va au plus mal. Et en moins de vingt-quatre heures, l'heureux papa va hélas faire l'expérience du deuil en apprenant la mort de sa femme.
Ivre de folie, de chagrin, de remords, l'homme tente de refaire surface et va apprivoiser son bébé. Tous les deux vont se surprendre et se découvrir. L'étrange relation qui va naître devient enivrante et fusionnelle. Mais dans ce roman qui pourrait paraître bien lisse, un fait bizarre se produit : au fur et à mesure que le bébé pousse, le père régresse. Jusqu'au point de non-retour ?
Etrange roman sur le choc de la paternité, "Daddy blue" est un récit allégorique où le fantastique prend un peu le pas, se glissant furtivement dans l'idée d'un donnant-donnant à double tranchant.
De bonnes idées pouvaient compléter ce court roman, toutefois le style adopte parfois un ton poussif qui pénalise la fantaisie du propos.
J'ai été un peu déçue, mais je pense que ce livre gagne à être offert aux futurs papas !

Le Cherche Midi - 176 pages - En librairie Août 2007.


le_grand_jardinDans cette histoire, j'ai aimé l'idée de deux frères faux jumeaux, d'un homme qui avait épousé une folle et adopté deux nains hongrois, et d'une grande fresque familiale sur fond de clichés d'une époque.
L'histoire se déroule dans un ancien territoire du Saint-Empire devenu belge après la première guerre mondiale et introduit le grand-père Klaus, chargé de créer une scierie et de bâtir les fondations de son clan dans une grande maison plantée au bord d'une vaste forêt. Florent et Paul sont les descendants d'une lignée ayant le sang chaud et le caractère bien trempé, mais avec une forte tendance aussi à l'atermoiement doublée d'une résignation silencieuse.
Leur père est tendre mais toujours absent, la mère dérangée et colérique, aussi les garçons vont très vite s'attacher au couple de nains hongrois, Laszlo et Paliki, un peu magiciens et ramenés pliés en quatre dans une valise.
Tout au long du récit, l'appréhension s'étend comme une marée noire et gagne nos deux frères. Même en vieillissant Florent et Paul vont comprendre qu'il sera toujours difficile de trouver leur voie, de croire en leurs histoires d'amour, tout en cessant de fuir les souvenirs et les fantômes de leur enfance. Heureusement la musique, les films et les livres serviront de bouées de secours.
La lecture très rapide de ce roman est surprenante, intéressante dans les premières pages, et puis ... Je ne connaissais pas Francis Dannemark, sauf de nom, je me suis réjouie de ce choix pour une première approche. J'ai juste un peu buté sur la "grande fresque romanesque" qui n'en finissait plus avec ses rebondissements, je sais bien que cela fait partie de l'idée générale, mais j'ai trouvé que cela créait trop d'incidences sur le long terme, et puis certains passages donnent aussi le sentiment de parcourir un arbre généalogique. En bref : lecture intéressante, pas nécessaire. Mais je compte bien lire d'autres livres de cet auteur !

Editions Robert Laffont - 262 pages - En librairie le 27 Août 2007.

Illustration : Stéphane Manel, d'après une photo d'Emmanuel Robert Espalieu.

** Rentrée Littéraire 2007 **

L'avis de Laurence