15/09/07

Celui d'en face ~ Gabrielle Ciam

Je suis une femme seule, j'ai quarante ans, je vis confortablement dans un appartement au coeur de Paris. Et j'en ai fini avec le sexe, pour de bon. C'est la parole de la narratrice, qui s'adresse à un homme, inconnu du lecteur. Elle lui raconte son expérience excitante d'avoir flirté avec son voisin d'en face, cet inconnu qui a introduit son intimité, sans jamais se dévoiler. Un jour, elle est apparue nue dans le salon et elle a bien senti qu'on l'observait, en face. Troublée, elle a eu le besoin de "se donner" à cet anonyme qui a su émoustiller son désir. Elle croyait en avoir fini, c'est tout autre chose qui commence : l'apprentissage du désir, les sens en éveil, l'attente du regard, le besoin de se livrer à l'inconnu. Il est "celui d'en face", celui qui compte pour elle, "ce que je voulais, c'est qu'il me regarde, qu'il pose les yeux sur moi, de loin, à l'affût, et qu'il me voie m'offrir".

Le jeu qu'elle joue est celui du chat et de la souris. Un homme et une femme se guettent, s'épient et se contemplent. Les préliminaires ont été absous, il y a une volonté explicite dans l'art d'être désiré, c'est cru dans les gestes, mais élégant dans les paroles. Car Gabrielle Ciam a renoué avec l'érotisme, comme dans son premier roman "Le train de 5h50", où il était question aussi d'observation et de fantasmes fous. "Celui d'en face" n'est pas obscène, et la narratrice parvient à attiser sa flamme par sa confession à son interlocuteur inconnu. La fin est charmante, on attend quelle suite l'affaire a donnée !... Ce 3ème roman de Gabrielle Ciam est capiteux, impudique, affriolant... enfin bref, ce sont les femmes qui en parlent le mieux ! Lisez-le !

septembre 2006

Posté par clarabel76 à 13:59:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


... absente (encore !) pour le ouikend ...

Je traîne les pieds, j'traîne mes casseroles ...  (les proches comprendront ! )

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

14/09/07

Tombent les avions ~ Caroline Sers

"En famille, on ne dit pas ce qu'on pense." C'est le credo de cette famille qui vient chaque année passer un mois de vacances dans la maison de l'aïeule, Mounette. Des vacances qui n'en ont que le nom, car on distingue parfaitement que chacun s'y plie, telle une immuable habitude et exigence auxquelles personne ne semble y déroger. Donc les frères et soeurs, flanqués de leur conjoint et progéniture, s'y rendent et font comme si. Heureux d'être à nouveau réunis, de retrouver les mêmes choses inchangées, les bonnes vieilles habitudes cultivées avec obsession par Mounette. Cette grand-mère dont les commissures des lèvres se pincent à la moindre contrariété, au moindre déraillement et à la moindre entorse aux habitudes. Car sur cette famille plane le fantôme de Corinne, la disparue. Progressivement on en apprend sur cette cousine, cette fille ou soeur que chacun n'ose plus nommer ou évoquer. A peine sur les photographies. Silence, maître mot de cette colonie !
Bien entendu, tous sont au bord du précipice. La menace gronde. La colère couve sous la soupape de sécurité. Prête à exploser comme une cocote-minute. Et comme les avions, à trop les fixer, ils peuvent tomber !...
Bref, un premier roman écrit avec soin, d'une plume acérée, qui blesse sans heurter et qui se pare d'un air de vertu outragée et vengée. Un petit délice !

lu en septembre 2004

Posté par clarabel76 à 15:37:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Lectures pour la jeunesse : du drôle et du lourd

la_gloire_de_mon_frereJean-Luc Fernouilh, étudiant en école d'ingénierie, vient de publier son premier roman pour la jeunesse, « Les bilingues », qui connaît un succès retentissant. Son éditrice Brigitte se frotte les mains, applaudissant également les phrases éclatantes que Jean-Luc sert à la presse, genre « je voudrais être le Franck Ribery de la littérature ».
Mais derrière ce joli succès, il y a Hector, 12 ans, le frère de Jean-Luc Fernouilh. C'est en fait lui le véritable auteur des Bilingues, lui qui planifie l'opération marketing de grande envergure, lui qui opte pour l'option « coulisses » et qui orchestre les prochains textes du chouchou de la presse, en devenant "crasheur" pour la maison d'édition.
Dessous et travers du milieu ? ... Emmanuel Arnaud nous en donne un sacré aperçu, toujours avec un humour dévastateur. Il s'appuie sur sa propre expérience (en 2006, il publiait Les Trilingues) et propose aujourd'hui sa vision fantaisiste sur cette aventure rocambolesque. Pour mieux corser son histoire, il invente l'idée selon laquelle les adultes ne connaissent strictement rien à l'univers de la jeunesse, surtout dans l'édition. Et alors, doubles rôles et duperies sont attendus au tournant !
Un roman très drôle, cocasse et saugrenu !

Relire "Les trilingues" 

Ed. du Rouergue, 95 pages  / Septembre 2007.

trop_de_chance_couvC'est une fillette de dix ans qui s'estime chanceuse d'habiter près de la grande maison de Maurice Lepoivre. C'est le Maître de ses parents, celui qui les invite à faire un Travail sur eux. Tout le monde n'a pas la chance de franchir les grands murs qui entourent et protègent la maison, ceux qu'on nomme les gens ordinaires, par exemple, ne bénéficient pas de cette aubaine. Tant pis pour eux.
A l'école, la jeune fille n'a pas le droit de répéter ce qu'il se passe dans cette maison. « Les gens ordinaires, les autres, ils ne peuvent pas comprendre ce qu'on fait avec Maurice Lepoivre (...) Comme ils ne comprennent pas, ils ont peur, et ils prétendent que c'est une secte. »
Pendant tout le roman, le mot n'est jamais cité (sauf vers la fin) mais le lecteur devine très facilement de quoi il s'agit. Les allusions racontées par l'adolescente sont flippantes, parce qu'elles sont anodines. A sa façon, cela semble inoffensif, Maurice Lepoivre est un bonhomme sympathique et qui porte auprès des jeunes (filles) une attention particulière. Et à toutes les interrogations qu'elle pose, on lui dit juste qu'elle comprendra plus tard...
La jeune fille va commencer à porter un autre regard sur ce qui est normal et ordinaire, sur ce qui ne l'est pas, sur sa vie de plus en plus oppressante, entre les absences de ses parents, son poids (on lui reproche d'être trop grosse) et la crise d'adolescence de sa soeur aînée, etc.
Très bien écrit, le roman d'Hélène Vignal s'appuie sur des non-dits, plus pour forcer la réflexion et amener le jeune lecteur à poser lui-même les bonnes questions. L'histoire se termine en demi-teinte, encore une fois pour aider le lecteur à cogiter et mesurer toutes les pistes que la jeune narratrice lui tend. L'auteur s'est inspirée de son expérience personnelle et recrée avec beaucoup de force et d'émotion la souffrance d'une fillette et ses interrogations. Ce petit bouquin très intelligent pourra servir d'outil en classe pour sensibiliser le jeune public.

Ed. du Rouergue, 92 pages / Septembre 2007.

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,

13/09/07

Kamikaze Mozart - Daniel de Roulet

« On ne choisit pas ses Wolfgang. Ils vous tombent dessus l'un après l'autre, comme une guerre mondiale. Ou plutôt, comme une étoile filante. Personne n'est préparé aux météorites en plein jour. »
Fumika est japonaise, musicienne et étudiante au conservatoire de Berkeley avec son amie Shizuko. Attachée à sa passion pour Mozart, elle espère bousculer son destin qui l'a déjà fiancée à Tetsuo Tsutsui, soldat au service de Sa Majesté l'Empereur, suite aux habiles tractations des deux familles. Mais Fumika ne connaît son prétendant qu'à travers une photographie et quelques lettres, très conventionnelles.
Nous sommes en Avril 1942. Fumika et d'autres ressortissants japonais doivent rejoindre les camps de rassemblement, après l'attaque à Pearl Harbor. La jeune fille s'éloigne le coeur lourd en pensant à un jeune allemand qu'elle vient de rencontrer à Berkeley. Il s'appelle Wolfgang Steinamhirsch, c'est un fou de chimie que le gouvernement va recruter pour un projet confidentiel basé dans le désert de Los Alamos.
Déplacée de camps en camps, Fumika va croire en sa bonne étoile lorsqu'elle emprunte l'identité d'une indienne navajo pour faire le ménage à  « la fabrique des nuages », un site secret où bossent des scientifiques pour le compte du ministère de la Guerre. Elle y retrouve Wolfgang, devenu un ambitieux savant, et espère qu'il aidera Shizuko et elle dans leur projet d'évasion du camp de Santa Fe.
Hélas ! Le lecteur n'est pas dupe. Le projet de Los Alamos va frapper le Japon en Août 1945, avec deux bombes atomiques. Sur ce plan, l'issue du roman est toute tracée. Il devient alors intéressant de suivre quel triste sort vont connaître Fumika, son fiancé kamikaze et Wolfgang le fou de l'atome, tous estampillés par le sceau de la tragédie.
Entre fiction et réalité, le roman parle de la guerre et de destins brisés autour du fil rouge que constitue la construction de la Bombe atomique. Daniel de Roulet, dans un style très froid, presque sans âme et donc difficilement attachant, a peut-être souhaité cette sécheresse pour planter une distance raisonnable entre l'auteur et son histoire où se mélangent les faits réels et l'imaginaire.
Une petite accoutumance s'impose, puis l'histoire apparaît franchement émouvante et très prenante ! C'est surtout au travers du personnage de Fumika que la dimension humaine et émotionnelle s'exprime le mieux. Son parcours enchaîne l'injustice, l'incompréhension, la bêtise et la perfidie humaines. Longtemps elle trouvera dans la musique de Mozart une échappée pour survivre et affronter son destin. Mais la musique adoucit-elle les moeurs ? Est-elle capable d'achever une guerre, de sauver les âmes ? L'auteur offre une réflexion douce-amère à ce sujet, je ne suis pas sûre d'apporter la réponse qui semble évidente et triste dans ce roman. Mais la lecture de ce livre, pourtant pas emballante au début, résonnera longtemps en moi. Je le pense...

Buchet Chastel - 290 pages - Août 2007

** Rentrée Littéraire 2007 **

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


12/09/07

Les autres ~ Alice Ferney

"Personnes susceptibles s'abstenir" était la règle préconisée par ce nouveau jeu de société qu'a offert Niels à son frère Théo, lors de sa soirée d'anniversaire. Sont réunis leur mère, les amis et fiancées. Tous s'engagent dans ce jeu brûlant qui a pour but de délier les langues et mettre à jour les vérités cachées. Que pensent les uns et les autres, les uns sur les autres, les uns des autres ?
Ce roman délie la parole, ouvre la boîte de Pandore. Il est décomposé en trois parties, d'abord on lit les pensées des protagonistes, puis on assiste à la joute verbale, puis on prend le pas du narrateur, de l'auteur qui décrit ce repas suicidaire avec toute l'élégance et la subtilité qui caractérise l'écriture d'Alice Ferney. C'est d'une poésie inqualifiable, tant sur la valeur des sentiments, sur le poids de la maternité et la féminité (thèmes abordés dans le roman).
Au cours de cette soirée, certaines paroles auront été lâchées et ne pourront plus être rattrapées. Les personnages ont tous bien conscience de cet enjeu mais ils foncent tête baissée. Un peu abasourdis, écoeurés, révoltés mais exaltés "d'être avec les mots comme des poissons dans l'eau". Ce roman donne enfin le pouvoir au langage, aux mots et à la langue éclatante et qui s'exprime, se libère. Il ne met pas en péril le sentiment de l'amitié car, après tout, un personnage le souligne : "Sans amitié, pas de confidences ni d'aveux ou de révélations, pas de critique profonde et transparente. En ce sens les amis, pour le bien qu'ils essaient de nous faire, sont aussi cruels que les ennemis qui nous souhaiteraient quelque mal.".
En un mot comme en cent, ce roman est magnifique, tout en grâce et dénuement, et dont le point final sera : "Qui peut croire que les mots servent la vérité ? Qui sait ce qu'ils tranforment vraiment en nous ? Quel est ce pouvoir qu'on leur prête ?". (La réponse est cachée dans ce livre !)

août 2006

Posté par clarabel76 à 14:05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Jacques Prévert, pour les enfants !

Il y a 30 ans, le 11 avril 1977, décédait Jacques Prévert. Ce grand poète, connu pour son recueil  « Paroles » a laissé une oeuvre très riche et variée.

En 2007, les éditions Gallimard jeunesse rééditent quelques-uns des albums en proposant ainsi de revisiter l'oeuvre du poète, toujours d'actualité.

prevert_le_cancreVoici le célèbre poème de Jacques Prévert, illustré par Jacqueline Duhême, pour se rappeler toujours que l'essentiel c'est d'être heureux.

Il dit non avec la tête
mais il dit oui avec le coeur
il dit oui à ce qu'il aime
il dit non au professeur
...

Un album accessible pour les plus jeunes, même si ce poème est inscrit dans le programme des cycles 2. Ma fille qui fait partie d'une classe à plusieurs niveaux avait déjà connaissance du poème. Ce fut donc un réel plaisir de découvrir cette lecture  - elle n'a d'ailleurs pas hésité à la faire partager avec sa classe. Les images de Jacqueline Duhême sont un atout encore plus réjouissant pour le plaisir de lire, apprendre et comprendre cet hymne du bonheur !

Avis aux enseignants, aux parents ... un titre indispensable, selon moi ! 

 


 

 

prevert_opera_de_la_luneUn grand classique insolent et magique de Jacques Prévert :  L'Opéra de la lune.

Extrait du livre :
Il y avait une autre fois un petit garçon qui souriait très souvent, la nuit, en dormant. C'était une autre fois mais c'était le même petit garçon. On l'appelait Michel Morin, le Petit garçon de la lune, parce que, lorsqu'il y avait la lune, il était content.
- Je la connais, disait-il, on est amis tous les deux et même quand elle ne vient pas le soir, je n'ai qu'à fermer les yeux et je la vois dans le noir de la nuit. Elle est toujours là pour moi et quand je dors, j'ouvre tout grand les yeux en dormant et je me promène avec elle et elle me montre des choses très belles dans mon sommeil.

Cet album est également admirable, mais moins abordable que le précédent. L'éditeur le conseille pour les enfants dès 5 ans, j'émets un doute à ce sujet car j'ai trouvé que la lecture n'était pas évidente au premier abord. Plus de texte, des illustrations charmantes mais une histoire plus parabolique ... bref il faut davantage d'assistance pour cette lecture. (Ceci est mon jugement par rapport à un lectorat de la jeunesse. Ensuite, je le conseille tout à fait pour les plus adultes d'entre nous ! )

Nota Bene : personnellement, j'aurais apprécié que cette édition s'accompagne d'un cd pour soutenir les passages musicaux.

 


 

prevert_baladarUne histoire inoubliable, pleine de poésie et d'humour : Lettres des Îles Baladar

Mot de l'éditeur

Il y avait autrefois, au beau milieu des quatre coins du monde, dans l'archipel des Baladar, une petite île de rien du tout où tout était calme et gai, où le bonheur se promenait parmi les pêcheurs et les enfants. Mais un jour, les habitants du Grand Continent s'aperçurent que de l'or brillait sur l'île...

Ce livre est la réédition "collector" de l'édition originale de 1952.

Vous ne connaissez pas ? N'hésitez plus ! Ce conte de Prévert est un enchantement ! Bien entendu, l'histoire couvre un message plus profond qui dénonce l'ambition de la colonisation et la menace de détruire la liberté et le bonheur individuel. C'est un peu sévère pour les enfants, croyez-vous, mais c'est tout le contraire. Pourquoi ? L'écriture, tout simplement ... N'oubliez pas que c'est du Prévert et donc ... *musique du bonheur*

Cela commence ainsi :   

« Autrefois, et cela fait déjà longtemps, au beau milieu des quatre coins du mondes, il y avait des îles protégées par la Mer.

C'étaient ses îles défendues, elle les appelait les Iles Préférées. De temps à autre, mais assez rarement, un hardi navigateur muni d'une longue-vue de haute précision voyait au loin surgir l'une d'elles, ensoleillée, mais à peine avait-il crié : Terre ! Qu'aussitôt elle disparaissait dans un brouillard instantané et tout aussi vite c'étaient déjà la tempête, les cyclones et les tornades, les typhons, les lames de fond.

Et comme les marins ont autre chose à faire en mer que de faire naufrage tous les jours ils n'allaient pas plus loin dans leur exploration.

Ils appelèrent ces îles les îles Baladar, parce que, disaient-ils, elles ne tenaient pas en place et se bornèrent à inscrire, au hasard des rencontres, quelques noms sur leurs cartes.

Et c'étaient l'île A Part, l'île Subito Presto ou l'île Incognito.

Suivant leur humeur du moment, suivant le bon ou le mauvais temps, ils les traitaient différemment. Un jour ils les appelaient les Défensives, les Méfiantes, les Redoutables, les Imprévues, les Intraitables, les Farouches, les Fugitives. »

(En cours de  lecture par Miss C., 7 ans)

11/09/07

La mémoire fantôme - Franck Thilliez

la_memoire_fantomeQuand, cet été, j'ai découvert Franck Thilliez avec son roman « La chambre des morts », j'ai senti que je pénétrais un univers âpre et oppressant, où la misère humaine s'étalait dans toute sa noirceur. Mais au-delà de l'horreur, était introduit le personnage de Lucie Hennebelle, inspecteur de police, mêlée à cette sombre marmelade de restes humains. (...)
Apprendre qu'un nouveau Franck Thilliez allait donc paraître, remettant en scène la charismatique Lucie, est une information fort appréciable ! Trois années ont passé, Lucie a reçu une promotion, elle a déménagé à Lille et s'occupe de ses jumelles, Clara et Juliette, en prenant soin de ne pas sacrifier sa vie personnelle au profit de sa carrière.

Un soir de tempête, alors que Lucie est tranquille chez elle, un groupe d'étudiants lui demande de venir secourir une femme qui errait dans les rues du vieux-Lille. Elle s'appelle Manon Moinet et vient de se sauver d'une cabane où son kidnappeur la retenait prisonnière. Sur son corps, on retrouve des scarifications, dont « Pr de retour ».
Cette signature indique qu'un tueur en série, surnommé le Professeur, fait à nouveau parler de lui. Après avoir tué et violé post-mortem la soeur de Manon, l'homme semble désormais sur les traces de la jeune femme. Pourquoi ? Aujourd'hui Manon Moinet souffre d'une perte de mémoire d'un genre «spécial», suite à l'agression d'un cambrioleur dans son appartement, elle est capable de mémoriser les faits durant quatre minutes, ensuite tout s'efface.
Beaucoup trop de coincidences, d'incidences, de bizarreries !... La police cherche à regrouper les informations, mais assez péniblement, car Manon est farouche et difficile à cerner à cause de son traumatisme.

À Lucie Hennebelle de traquer un tueur fou et sadique. L'aide de Manon Moinet est primordiale, malgré son handicap des pertes de mémoire. Son savoir en mathématiques appliquées va en effet leur permettre de résoudre des énigmes tendues par le criminel, et les conduire d'un point à l'autre du pays.
Cette idée des énigmes est une manière intelligente d'épaissir l'intrigue du roman. Le sordide est beaucoup moins présent que dans La chambre des morts par exemple. La Mémoire fantôme annonce la couleur - une construction tortueuse, habile et captivante.
Et puis les personnages sont toujours cernés de zones d'ombre, en bien ou en mal. D'ailleurs, ce livre dévoile un mystère sur Lucie Hennebelle qui explique sa soif de traquer les monstres, en quelque sorte.
Pleine réussite pour ce roman, enrichi de longs détails sur la mémoire et son fonctionnement. J'ai également beaucoup apprécié les petits clins d'œil de l'auteur pour donner une forme d'humour caché dans son roman. ;-)

Le Passage - 428 pages - Août 2007

** Rentrée Littéraire 2007 **

Posté par clarabel76 à 19:00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

Symptomatique ~ Danzy Senna

"Avez-vous jamais vu la fin d'une histoire avant même qu'elle commence ?" - C'est la question que se pose la narratrice de "Symptomatique", roman âpre et semi-latent d'une violence liée à la solitude et l'amertume de la mixité. La jeune new-yorkaise fraîchement débarquée de sa Californie natale commence un stage dans un magazine, un peu contre les principes new-age de ses parents baba cool. Elle rencontre Andrew mais leur aventure capote, un peu abruptement. Prise de court, la jeune femme recherche un appartement et c'est une collègue de bureau, Greta Hicks, qui lui trouve la solution. Suite à cela, cette femme de 43 ans va soudainement empiéter doucement dans la vie de la jeune femme. Toutes deux ont en commun d'avoir un père noir et une mère blanche, Greta pense qu'elles constituent à elles deux "une race à part". Car insidieusement Greta s'impose dans la vie de sa jeune camarade, laquelle subit de plus en plus cette "amitié". Le sentiment d'étouffement prend le pas, succède l'égarement combiné à la solitude. Les pas de la narratrice mènent la danse, guident le lecteur dans un New-York plombé par le froid hivernal. C'est la sinistrose, une lente plongée dans des profondeurs abyssales. Et avec ça, il y a une prise de conscience de la haine raciale, de la couleur de peau qui délimite les affinités dans cette Amérique bien tranchée. Ce deuxième roman de la new-yorkaise Danzy Senna est, pour le tout, bien captivant et flippant !

traduction de Serge Quadruppani / septembre 2006

Posté par clarabel76 à 14:07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

L'idiot de la Sorbonne - Frédéric Pagès

Idiot_de_la_sorbonneAu volant de son taxi, une DS noire parfaitement entretenue, Max de Kool a la surprise de prendre à son bord Oscar von Balthazar, professeur adulé qui s'était mystérieusement volatilisé quelques années plus tôt. L'homme est de retour pour l'assaut final et somme le taxi de prendre son temps pour mieux faire son entrée fracassante à vingt heures aux portes de la Sorbonne. La journée leur appartient.
L'aventure s'annonce fraîche et étourdissante, surtout aux premières heures (et durant les premières pages), puis les ennuis commencent et le saugrenu va apparaître.
Nos deux héros, embarqués à travers l'Europe en quête de sublime et d'une pompe à haute pression à sept pistons, vont résoudre plusieurs questions ardues (le mystère de l'Immaculée Conception et l'importance du placenta pour penser, notamment). Sous le patronage de Voltaire et de Coluche, et dans la lignée de "Candide", ce road movie métaphysique nous emmène vers des contrées imprévisibles où se répondent le génie et le clown, le penseur et l'idiot, le conte métaphysique et le compteur kilométrique.

Belle idée dans l'ensemble, proposant une approche originale et ludique de la philosophie, le roman a cependant tendance à s'émousser en cours de route et déboute un peu le lecteur, étourdi par la précipitation des événements.
A soutenir, car il s'agit d'un premier roman et qu'il faut bien un commencement à toutes choses !

Libella / Maren Sell - 264 pages - En librairie le 29 Août 2007.

** Rentrée Littéraire 2007 **

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]