larmes_de_tarzanJ'aime beaucoup la 4ème de couverture* qui présente l'histoire avec délice : c'est donc une rencontre improbable de deux êtres qui vivent sur deux planètes différentes, elle a dépassé la trentaine, a deux enfants, vit seule depuis le départ de son mari "chez les fous" et galère avec son salaire de misère de prof d'arts plastiques à mi-temps, lui n'a pas 30 ans, il a fait fortune en jouant en bourse, il roule des mécaniques, conduit une voiture de sport, ne supporte pas les enfants et ne voit que les bimbos aux yeux de phoque pour garnir son tableau de chasse.

Et alors, comment a lieu le bing-bang fatal ? Sur une plage, à jouer les Tarzan sur une liane, Mariana s'écrase comme une crêpe sur le bellâtre qui s'en blesse les fesses en brisant sa paire de lunettes Armani. Damned ! Notre type s'emporte et riposte, tourne les talons en pestant mais succombe aux charmes de cette nana déjantée le soir même, alors qu'il est plein comme une bourrique.

La suite de l'histoire ressemble un peu à une joyeuse mixture de Pretty Woman, des Feux de l'Amour et du Péril dans la demeure. Mariana, surnommée Tarzan, est séduite par Janne mais refuse de l'aimer car son coeur est déjà pris par le père de ses enfants, interné depuis deux ans, et qui reviendra tôt ou tard les retrouver, elle en est persuadée ! Bien sûr, l'absence d'un homme lui pèse, l'envie d'un toy boy l'effleure sans vergogne et la pousse dans les bras du jeunot. Mais Janne, avec ses 29 ans et son porte-feuille bien garni, a un coeur de minet qui s'amourache bien malgré lui de cette fille impossible. Résonne alors la valse des hésitations : attirance, agacement, querelles, retrouvailles, ennui et mini drame vont s'enchaîner pour le plus grand plaisir du lecteur !

Encore une belle réussite de la part de Katarina Mazetti, LA grande prêtresse des histoires romantiques et comiques, pas des bluettes à deux centimes. A son histoire d'amour, par exemple, elle y met aussi un sentiment de profondeur pour brosser le quotidien de Mariana et qui démontre la dure réalité d'une mère célibataire pour joindre les deux bouts, donner à manger à ses gosses et s'acharner à rester indépendante. Et encore, l'histoire d'amour est elle-même peu conventionnelle, elle brise les idéaux et les clichés rebattus par les films d'Hollywood (c'est Janne, lui-même, qui le dit !). Et c'est sans doute parce que c'est moderne, parce que ça colle à la réalité, parce que ça prête à rêver aussi, on gobe l'histoire avec un sentiment d'extase et de bonheur incontrôlable ! C'est chouette, vivifiant, drôle et touchant. C'est l'effet guimauve pour soigner un moral en berne - allez-y à coeur joie !!!

Gaïa - 266 pages - Traduit du suèdois par Lena Grumbach et Catherine Marcus.

* la quatrième de couverture : Elle c'est Tarzan, lui Janne. Ils n'auraient jamais dû se rencontrer, mais voilà qu'elle lui est tombée dessus, dans tous les sens du terme, un jour où justement elle jouait à Tarzan, suspendue au bout d'une corde. Un sacré numéro, cette Mariana, et pas du tout son genre à lui, l'homme d'affaires plein aux as, habitué à collectionner les canons qu'on voit dans les magazines. Il voudrait bien comprendre pourquoi il est obsédé par cette nana fagotée comme un sac à patates, les cheveux en pétard, qui ne s'épile même pas le maillot et qui, malgré une attirance réciproque et une formidable entente sexuelle, n'est même pas amoureuse de lui. Pour couronner le tout, elle est flanquée de deux mômes impossibles, une vraie calamité pour les sièges cuir de sa Lamborghini dernier cri.