court_noir_sans_sucre_2Ce n'était pas une surprise pour moi, lire Emmanuelle Urien après avoir déjà découvert son récent livre "La collecte des monstres" était une continuité depuis ma grande satisfaction de son univers noir, cynique et tout de même délicieux (pour ne pas dire, jouissif) !

Sa signature est de parvenir à lâcher le coup de guillotine en fin de nouvelle, même si généralement la chute est sans surprise et attendue. Cela reste étonnament scotchant, époustouflant et cela vous tire des hoquets d'angoisse et d'horreur. Bah oui ! la demoiselle ne fait pas la fine bouche, elle vous triture votre conscience et votre âme en paix sans vergogne. Avec ses petites histoires qui ne font de mal à personne, en toute apparence, l'auteur parvient insidieusement à créer le doute, à révéler la laideur mais sans jamais soulever des bouffées d'aversion.

C'est vicieux, distillé en 13 nouvelles plutôt courtes. C'est tranchant, indécrottablement noir et vraiment sans sucre ! Le petit goût d'amertume qui se glisse hors des lignes de ce livre est imperceptible, piquant mais indolore ! Serait-ce alors de l'insensibilité, du sadisme et l'attirance vers l'innommable ? Oh non, c'est juste la reconnaissance d'un talent hors pair, d'une griffe nette et assassine. C'est un mélange d'humour grinçant, de cynisme et de cruauté bien placée. Cela peut déranger, mais ce serait bien dommage de se passer de cette touche qui ne fait pas dans la dentelle !

Commencez donc par ce livre, "Court, noir, sans sucre", avant de vous jeter sur "La collecte des monstres" (qui reste, pour moi, meilleur et plus vif que celui-ci !). C'est dire le potentiel de la jeune demoiselle ! ... A suivre.

court_noir_sans_sucreL'être minuscule, 118 pages.  11 €

www.letreminuscule.com

Prix de la Nouvelle du Scribe

Place aux Nouvelles - Lauzerte 2006

www.emmanuelle-urien.org

Ceci est un livre-voyageur ... Pour vous inscrire, sonnez la cloche chez Fashion Victim !

D'autres lectures (Flo, Jo Ann, Cathulu)

Le lien de Fashion : http://happyfew.hautetfort.com/archive/2007/10/07/contes-cruels.html