ruptures« Jean-Marie, méfie-toi, tu bosses, tu te défonces, ils le reconnaissent, ils ne peuvent pas dire le contraire quand ils viennent faire un tour par là juste pour passer devant chez toi, lorsqu'ils voient cette maison, retapée, qui vit comme certains d'entre nous ne l'ont jamais vue vivre, mais ils ne t'accepteront pas. Jamais. Tu es un étranger pour eux, tu n'es pas comme eux. Et ils ne comprennent pas ce que quelqu'un de la ville vient faire ici. »
Dans un petit village près de la frontière italienne, Jean-Marie a décidé de « changer d'air » en restant peinard dans une petite maison abandonnée, au large du bourg. Il pensait trouver la paix, faire sa popote tranquille et sans attirer l'attention. Le temps pour lui, aussi, de ressasser les souvenirs, le pourquoi de son départ, de cette nouvelle vie d'ermite.
Mais on ne lui laissera ni le choix ni le temps. Jean-Marie va se heurter à la vindicte silencieuse et pesante des villageois. Il n'est pas d'ici, il dérange. Et pourquoi ?
Un nouveau roman de Gisèle Fournier sur « les rideaux soulevés, les visages fermés derrière les fenêtres closes, les yeux qui jaugent, qui espionnent »... L'histoire de « Ruptures » est aussi celle des mystères d'un homme et d'un village, dans une ambiance plutôt pesante, avec les bruits de pas et de sifflements la nuit, les non-dits menaçants et les précautions à demi-voilées pour inciter l'intrus à déguerpir.
La note finale va crescendo vers une étonnante intensité dramatique !
Pas mal du tout...

Mercure de France - 140 pages - 13,50 €

L'avis de Cathe