la_faute_a_mick_jagger« Il y avait déjà facile trois mois que je me disais qu'il fallait que j'aille la voir, ma mère. Ça fait partie des devoirs d'un fils. Ça m'a retourné le bide quand elle a commencé à me balancer ses histoires de la tête de Mick Jagger qui était entrée dans la sienne et qu'elle souffrait parce qu'elle était plus grosse. Elle m'avait aussi demandé si j'étais bien sûr que c'était elle qui me parlait. Hein dis-moi, c'est moi qui te parle là ou c'est Mick. À moitié accroupi sur mon petit tabouret en plastique bleu, je lui ai répondu que, oui, oui, c'était bien elle. Ah bon d'accord alors. Elle m'avait aussi demandé si je continuais à manger du jambon et si ça ne me semblait pas bizarre de manger l'esprit du cochon. Puis, elle s'était mise à parler toute seule en riant nerveusement. »

Tableau dressé : Simon est un hypersensible de 30 ans, qui encadre de moins en moins la folie de sa mère. Il est seul à supporter ce fardeau, les médecins se déclarent impuissants à la soigner, les hôteliers sont las d'accueillir ses expéditions répétées durant lesquelles elle ruine les baignoires avec ses algues et la gendarmerie a fini de la suivre dans les rues de Niort qu'elle parcourt avec son caddy. La situation n'est pas grave, mais désespérante ! Simon n'en peut plus de faire des allers et retours entre Paris et la province pour récupérer une mère fugueuse et rattraper ses bêtises. Lui-même a déjà fort à faire avec sa propre existence, son histoire d'amour avec Angelica le rendant suffisamment chèvre !

Enfant, Simon a grandi auprès de sa grand-mère, puis de son père, dans des maisons à la campagne où pullulaient des communautés de babas cool qui lui offraient une perspective d'avenir assez flippante. Et puis, un jour, son père a été vaincu par la maladie et Simon s'est de nouveau senti abandonné. Comment grandir, et se construire, entre une mère folle et un père décédé ? Pas facile, aussi Simon tente de piocher des solutions auprès d'un public conquis et rafraîchissant d'espoir - il fait la rencontre de Lucile, spontanée et drôle. Mais à force de « fuir le malheur avant qu'il ne nous trouve », Simon finit par patauger en plein marasme !

L'histoire du bagage héréditaire comme un boulet qu'on traîne toute sa vie est en gros le leitmotiv du roman, Cyril Montana conserve sa verve à briser la stylistique littéraire et n'offre rien de pompeux. Impertinent et culotté, son livre est une leçon de vie, telle une onde amère, où Simon enfant et jeune adulte comprend combien grandir est difficile, en traînant ses chaînes, en cherchant même à les collectionner ! Le sujet est un peu difficile, moins guilleret que les titres précédents (dans Malabar trip, et Carla on my mind), mais le rock'n roll is not dead, comme le prouve Angie qui se gave de saladiers de frites contre un peu d'amour. La lecture est sympathique, attachante parce que Cyril Montana possède une signature reconnaissable entre mille, et pourtant ce p'tit dernier manque un chouia de peps et m'accroche moins que les précédents. Mais n'hésitez pas à découvrir la griffe de cet auteur !

Le dilettante - 222 pages.  17.00 €

J'ai lu et aimé :  (cliquez sur les images pour retrouver mes commentaires)

malabar_trip  carla_on_my_mind

... bah tiens, il est branché, voici son myspace ...