Mea Culpa aux lecteurs du mercredi qui espéraient trouver les lectures du jour par Miss C. , mais je tenais absolument à ouvrir une digne et grande parenthèse pour mon récent hobby, celui trouvé dans la lecture dévorante de mangas !

Il faut vous en reparler, vous en louer le bien fou que ce genre apporte et vous faire mordre à ce truc bizarroïde. Ce sont des petits livres, de format poche, qui se lisent à l'envers (de droite et gauche). On dirait des BDs de poche, mais les illustrations sont en noir et blanc, et les couvertures décrochent très souvent la palme du kitsch, du mauvais goût et de la nunucherie annoncée !!! Ok pour tout ça, mais moi j'adore.

Aïe ! dans mon empressement, je risque de laisser entendre que le manga est un genre cruche et débile, une lecture pour midinette et qui ne casse pas trois pattes à un canard. Que nenni !!!! Parce que dans le manga (je laisse aux spécialistes l'honneur de décliner les x qualifications de cette classe...), il y a aussi du lourd, du suspense, en plus des trucs à la guimauve, il y a du léger et de quoi ouvrir grand les vannes pour pleurnicher, enfin bref c'est comme pour la littérature, y'en a pour tous les goûts ! 

Je vais vous parler d'entrée de jeu de mon préféré, de mon chouchou, une série découverte sur le net, servie par une couverture absolument superbe (pour une fois, tiens, ça change !) et par une histoire à faire tomber à la renverse. Je parle bien sûr d' Emma ! Pour une première mise en bouche, j'en parlais déjà là !

emma_1  emma_2  emma_3  emma_4

Cette série possède plusieurs ingrédients pour séduire un public essentiellement féminin : cela parle d'une jeune soubrette, Emma, qui vit et travaille pour le compte d'une ancienne gouvernante dans cette Angleterre victorienne. Un jour, elle rencontre un jeune homme qui a été l'élève de cette Mrs Kelly Stowner et c'est le coup de foudre. Enfin, point trop d'emballement non plus ! Notre petit gars est pataud et réservé, assez gentleman et donc consciencieux qu'il est de condition supérieure, alors pas d'affolement. De même, Emma a aussi pris en compte qu'elle n'était qu'une domestique et qu'elle devait rester à sa place.

Ce serait bien gentiment romanesque, mais pas folichon si on en restait là. Alors, pour pimenter la bluette, il se passe une avalanche de coups de théâtre : Emma perd sa protectrice, elle doit quitter Londres mais cherche à avertir William. Nos deux chéris se loupent et vont tourner une nouvelle page à leur histoire. Emma va travailler chez une famille d'origine allemande qui vit dans le Yorkshire, à Haworth - hiiiii ! les Brontës, toujours dans mon coeur ... - et William va être de toutes les sorties mondaines et rencontre une jeune lady, Eleanor. Celle-ci est folle de lui et espère qu'une prochaine demande en mariage viendra l'effleurer...

Vous dire ce qu'il se passe ensuite serait impardonnable, alors je peux tout juste insinuer que c'est une torture honteuse de la part de l'auteur d'avoir osé ce qu'elle a osé ! ! ! ! (Lisez, vous comprendrez !) Cette série est en 7 tomes, tout n'est pas encore disponible en français, et donc il faut faire preuve d'une patience exemplaire (et incorrecte) pour connaître la suite ! Le summum du scénario tourne autour de l'histoire d'un amour impossible, une gentille bluette pour ravir les plus fleurs bleues d'entre nous, c'est terriblement romanesque, mais drôle aussi. Il y a une poignée de personnages secondaires qui sont tout aussi attachants et viennent se greffer à l'intrigue pour la relever (je pense à Eleanor, au meilleur ami de William venu tout droit des Indes, et aussi à Hank qui travaille avec Emma dans sa nouvelle famille ...). Cela ouvre une perspective de rebondissements et c'est tout bonnement excitant ! 

{ Vous hésitez toujours, alors faites-vous une autre idée en découvrant des extraits, directement sur le site de l'éditeur ICI ! }   

de Kaoru Mori, éditeur : Kurokawa.  6.90 € le volume. (Manga adolescente fille : Shojo / Sunjung manhwa) 

**********

La série suivante, en fait, me faisait de l'oeil depuis très longtemps car c'était suite à un billet paru sur les Roses de Décembre, par Miss Holly, que j'avais souhaité découvrir cette ténébreuse histoire. Encore une fois, cela se passe dans une Angleterre du 19ème siècle, le personnage central est un être désespéré et hanté par ses démons, il se nomme Comte Cain Hargreaves. Au fil des intrigues, on découvre qu'il possède un passé lourd et terrible, fruit d'un viol incestueux, enfant mal traité, il a assisté au suicide de sa véritable mère rendue folle et échappé à sa propre mort par empoisonnement. Pour se venger, Cain cherche à supprimer son père mais ce dernier le maudit et le condamne à vivre le restant de ses jours seul et sans amour.

ComteCain01 ComteCain02 ComteCain03

Petite éclaircie dans ce lourd chapitre avec les retrouvailles d'une petite demi-soeur, née des amours du père avec une servante... La jeune Maryweather n'a pas eu la vie rose non plus et a été poussée dans la prostitution pour subvenir à ses besoins ; le bonheur sera de courte durée car la mort est sans conteste la meilleure compagne du Comte Cain !  (Enfin je m'emballe, car ceci est un apéritif servi trop vite et il vaut mieux reprendre au début, doucement et scrupuleusement, pour bien comprendre et ne pas se laisser guider par quelques relents de suspicion ! rhaaa...)

Cain est également surnommé le Comte des Poisons, et le fait que ces substances mortelles soient très présentes dans les affaires criminelles et les histoires fumeuses de la famille Hargreaves compte beaucoup dans la trame. De plus, Cain découvre l'existence d'une organisation criminelle soi-disant scientifique, responsable d'expériences ignobles sur des cobayes humains : Delilah. Mais ce qu'il lui faut encore découvrir, c'est pourquoi certains de ses membres semblent lui en vouloir personnellement...

Brrr.... je vois d'ici les frissons rien qu'à vous savoir lire ces quelques lignes. Vous faites bien de trembler, car cette série de Kaori Yuki est un sommet d'ambiance gothique où jouent des personnages torturés, marqués par le sceau du Destin qui les chemine tout droit vers la Mort ! ... C'est totalement noir et pesant, à vous donner mal au crâne. (Chose personnellement vécue !) On s'échappe des bluettes sentimentales avec cette série incroyablement maîtrisée, mais servie par un vrai fouillis d'illustrations, c'est un point aussi sensible de ce shôjo. C'est sombre et romantique, enfiévré et oppressant. La lecture n'apporte pas d'échappatoire, elle vous comprime et vous étouffe. Cependant, cela reste superbement captivant !

A tester - pour ceux et celles allergiques aux histoires burlesques et nunuches !

La série est composée en 13 volumes divisés en 5 parties (La Juliette oubliée, L'éclosion, Kafka, La marque du bélier rouge (en deux tomes), puis God child créé six ans plus tard, décliné en 8 volumes.) )

En lire + : Le site Poison .  Editions Tonkam, 5.00 € le volume.

 

**********

Passons maintenant à une bonne tranche de rigolade avec Yotsuba & ...

yotsuba_1  yotsuba_2  yotsuba_extrait

Cette étrange petite fille aux cheveux verts est un bonheur de naïveté et de dynamisme. Elle vient d'emménager avec son père dans une nouvelle ville qu'elle découvre avec étonnement, les yeux grand ouverts sur ce milieu tout neuf et stupéfiant, du genre à se demander à quoi sert une balançoire ou une climatisation (et se soucier du réchauffement de la planète) ! La maison voisine est celle de la famille Ayase où vivent trois soeurs, Asagi, Fuuka et Ena. Chacune d'elles va s'attacher à la petite Yotsuba, l'une par sa beauté, l'autre par son amitié et la troisième par sa passion du dessin. La première rencontre avec Fuuka, par exemple, est un moment très drôle car la jeune fille, qui cherche à rendre service, fait finalement la course après la fillette, laquelle s'est souvenue qu'il ne fallait surtout pas qu'elle parle ou suive un inconnu dans la rue !

Ces moments tendres et hilarants croquent Yotsuba dans son quotidien et nous la montrent comme étant une petite fille unique et époustouflante. Peu à peu, la vie se dessine, les personnages s'enrichissent de contours plus sûrs et affirmés. Les trois filles Ayase apportent un plus - côté charme et amitié. Et puis il y a aussi ce petit truc concernant Yotsuba, qui est-elle, d'où vient-elle, qui sont ses parents (on découvre rapidement qu'elle a été adoptée) et cela ne pourra que pimenter cette série pétillante et très rafraîchissante !

Pour rire de bon coeur ! ...

de Kiyohiko Azuma - édité chez Kurokawa.  7.50 € le volume.  (Série en cours au Japon, donc je ne sais pas le nombre de volumes ... )    

**********

 

J'en viens doucement à ce bonbon qui ne paie pas de mine au commencement, et puis qui finit par vous attraper dans ses filets en vous rendant complètement accro ! Honey & Clover est une série découverte dans les archives d'Au Pays d'Ori, je ne savais pas ce qui m'attendait, mais cela me tentait.

honey_and_clover_1  honey_and_clover_2  honey_and_clover_3  honey_and_clover_4 

Cette histoire concerne des étudiants en arts plastiques qui vont partager leurs coups de blues, leurs éclats de rire, leurs instants d'amitié dans une succession de chapitres où l'action ni l'intrigue n'occupent le haut du pavé. Ce sont des moments uniques, drôlissimes et émouvants, des éclats purs de grande tendresse ou de détresse. On y trouve essentiellement des triangles amoureux, le tout à la sauce sentiments - humour - quiproquos. Un régal !

La brochette de personnages s'entoure de caractères atypiques et attachants : il y a d'abord Takemoto, un jeune naïf qui regarde la vie et réfléchit beaucoup au lieu d'agir ; il partage un appartement avec Mayama, un étudiant de dernière année, celui-ci a fait la rencontre d'une jolie veuve dont il est tombé amoureux, mais sa dévotion pour la mémoire de l'être perdu paralyse quiconque à se lancer dans une déclaration enflammée ! ... Dans cette joyeuse bande, comptons aussi sur Morita, un huluberlu champion toutes catégories, talenteux mais explosif, il est capable du meilleur comme du pire. Seule la petite Hagumi, nièce du professeur Hanamoto, parvient à le toucher et lui faire perdre tous ses moyens. Cette dernière est une étudiante de 19 ans, qui n'en paraît pas 12, bourrée de talent et qui vit dans sa bulle. Autre touche féminine : Yamada, au coup de pied assassin. Elle est amoureuse de Mayama, qui l'ignore mais la respecte beaucoup. (sic)

Ces chassés-croisés amoureux vont donc alimenter notre série (qui comporte 10 volumes ! Actuellement six tomes sont disponibles en français.) et proposent une jolie alternance entre la sensibilité et l'humour à outrance. Dans ce manga, on retrouve le trait typique de la goutte d'exclamation, des yeux énormes, d'une bouche distendue qui sont la marque du burlesque ; mais cela apporte le peps revigorant pour savourer ce délice de miel sans les piqûres d'abeille. Je pensais au début que c'était sympa, c'est tout, mais de fil en aiguille j'étais pliée de rire et je découvrais la suite de leurs aventures sentimentales avec impatience ! ... En cette fin du tome 4, un personnage est parti et un nouveau prétendant vient mettre son grain de sel pour séduire une jolie demoiselle !

A suivre avec plaisir !   

de Umino Chica - Edité chez mangakana, coll. Kana. 6.25 € le volume. Série en 10 volumes / genre shôjo pour ados & adultes

**********

les_petites_fraises_1Héroïnes adorables et craquantes, les petites fraises sont quatre filles de 11 à 16 ans (deux soeurs, une amie d'enfance et une voisine) qui ne sont finalement pas des petits anges bien sages, bien loin de là ! Avec son emballage mignon, la série cache bien son jeu car les petites fraises démontrent qu'il faut se méfier des minois charmants !

A la tête du groupe, on trouve Nobué, lycéenne de 16 ans, qui a pour vilain défaut de fumer du matin au soir, malgré sa volonté d'arrêter. (Il semble que la suite des volumes expliquera le pourquoi de sa dépendance !) Nobué mène à la baguette sa petite soeur, Chika, qui a 12 ans, et son amie d'enfance, Miu, qui vit dans la maison d'à côté mais passe tout son temps chez la famille Itô (à noter, on ne voit jamais les parents !). Pas très loin, habite Matsuri qui n'a que 11 ans, les cheveux blancs à la racine, et une fâcheuse tendance à larmoyer facilement.

En fait, il ne se passe pas grand-chose dans les petites fraises. Aucun fil conducteur, aucune intrigue vibrante. C'est juste le quotidien raconté sans fioritures de quatre fillettes un peu pestes qui passent leur temps entre l'ennui, les devoirs et les défis à deux balles. Elles ont toutes les quatre leurs caractéristiques (l'une est la cheftaine autoritaire, l'autre la timorée, une autre plus timide et la dernière chahutée).  Petit bémol : au début ce n'est vraiment pas facile de s'y retrouver car elles se ressemblent quasiment toutes !

Ceci ne semblant guère engageant, ce serait pourtant une erreur de ne pas s'y plonger car, malgré tout, les petites fraises sont envoûtantes et assez attachantes (parce qu'elles sont tordues). Leurs histoires léthargiques ont un charme subtil, nimbé d'humour. Ce n'est pas un must, mais j'ai bien envie de lire les quatre tomes suivants !

Créé par Barasui - édité par Kurokawa -  6.90 € le volume (série en 5 tomes).

----------

Prochaines lectures : les tomes 5 & 6 de Honey and Clover ;  le premier volume de Monster pour ne pas mourir idiote ;  et d'autres pépites ! ...

bandeau_manga_4