tentation_1Edward et Bella filent le parfait amour, malgré les petites tensions au sein du couple, liées à leurs différences et à la demande pressante de la demoiselle à vouloir être transformée. Les incidents arrivant très vite, surtout pour la pomme de Bella, un nouveau cafouillage va survenir le jour de son dix-huitième anniversaire. C'est toutefois la petite goutte qui fait déborder le vase car, quelques jours après, l'attitude d'Edward est hostile et annonce une sentence impitoyable : la rupture. Edward part, il quitte Forks... et Bella. « Tu ne m'apportes rien de bon, Bella. » lui souffle-t-il. « Je suis... las de jouer un rôle qui n'est pas moi. Je ne suis pas humain. J'ai trop longtemps laissé l'imposture s'installer. » (...) « Je ne reviendrai pas. Vis ta vie, je ne m'en mêlerai plus. Ce sera comme si je n'avais jamais existé. » Tombée de rideau. Le lecteur est abasourdi.

Bella s'effondre et éprouve une plaie béante à la place du coeur. Durant de longs mois, elle souffre de catatonie, n'est plus que l'ombre d'elle-même, n'a cure des menaces intempestives de son père, elle a perdu goût à tout quand, progressivement, son histoire d'amitié avec Jacob Black va lui apporter un réconfort en colmatant insidieusement les brèches. Le garçon est fou de Bella, qui l'apprécie beaucoup mais préfère le considérer comme un frère. Auprès de lui, la jeune fille va multiplier les sensations fortes, en pratiquant du sport extrême. En plus de se brûler les ailes, Bella découvre un autre pouvoir sensationnel : des hallucinations auditives, LA voix d'Edward qui la gronde, la rappelle à l'ordre, la met en garde, etc. C'est inexplicable, mais cela pousse Bella à franchir les limites pour tresser ce lien invisible, rien qu'à elle. Car évidemment, après huit mois d'absence et de rupture consommée, Bella n'a pourtant pas digéré son amour perdu.

Mais la vie à Forks n'en finit pas de réserver son lot de surprises. Plusieurs randonneurs se plaignent d'avoir aperçu un loup gigantesque rôder dans les parages, et la disparition de plusieurs des leurs exacerbe l'angoisse et les questions. Charlie et sa patrouille mènent une battue, sous la houlette des garçons de la réserve indienne. Mais rien. Dans le même temps, Jacob coupe brutalement les ponts avec Bella, laquelle se noie à nouveau dans un océan d'incompréhension. Or, cette fois-ci, elle décide de bousculer le destin pour comprendre un tel revirement de comportement.

Alors bizarrement, et personnellement, j'ai eu le sentiment d'un déjà-vu, un même schéma qui se répète, le magma brûlant et collant d'une situation inextricable, et cette fichue pensée - également évoquée par Bella elle-même - qu'elle collectionne les rencontres hors du commun ! Elle n'attire pas que les catastrophes, mais les créatures fantastiques semblent se pourlécher de son odeur savoureuse !

Bref, il faut reconnaître que ce tome 2 a l'art de reposer sur des ficelles encore plus grosses que le premier volume ! Si j'enlevais cinq minutes mes oeillères de fascination pour cette série, je pourrais évoquer une longue liste de défauts, d'aberrations et de lourdeurs ci et là. Et puis, nom d'une pipe en bois, Edward et le clan Cullen manquent cruellement ! Ils ont tous déserté la place, ouvrant la porte à un flot d'atermoiements et de déluges lacrimaux, un long et lent descriptif de la plaie béante qui troue le corps de Bella, avec une tentative bredouillante d'être fine psychologue (pour Stephenie Meyer) et de cerner le désespoir de la demoiselle, tombée en dépression. Ah, ça ne rigole pas ! On sort les paragraphes interminables et parfois incompréhensibles, on aborde les grands classiques ; or, bof, je n'ai pas été friande ni admirative du lien maladroitement évoqué avec la tragédie de Shakespeare, Romeo & Juliet. Parce que, maladroit.

Quant à ce Jacob Black, l'idéal « boy-next-door », comment faire pour lui trouver du charme, ou même du sex-appeal alors qu'il n'est qu'un modeste second choix !?! Edward a ébloui la scène, et ce gentil garçon, le meilleur copain par excellence, vient piétiner ses plates-bandes. Mais ça ne le fait pas ! (Pour moi, je trouve.) A travers ses relations avec Bella, surtout après la transformation, on assiste encore à du copier-coller, notamment dans son rôle hyper protecteur. Lorsque Edward s'introduit subrepticement dans la chambre de Bella la nuit, c'est autrement qu'une intrusion balourde d'un type qui cogne à la fenêtre, aussi félin soit-il pour rebondir sur ses deux pattes. Non, ça ne le fait pas ! (bis) Ce qu'Edward était, par sa présence ou par une simple main posée autour de la taille de Bella, c'était sexy. Et quand ça vient de Jacob, ça fait pot-de-colle !

De même, le clan Cullen exerçait un vrai pouvoir de séduction, une classe folle et dévorante. Dans Tentation, Bella va trouver refuge auprès du clan de Jacob (la tribu des Quileute), où cocon et confort sont les deux mamelles nourricières. Hélas, encore une fois, l'étincelle ne surgit pas. Pas d'instant de grâce, pas de sortilège ni d'envoûtement. Cela devient légèrement frustrant !

Ai-je donc été déçue ? Est-ce possible ? ! Non, pas du tout. J'ai dévoré ce tome 2 avec la même dévotion (ou presque) que Fascination. C'est vrai que je trouve Stephenie Meyer un peu babache, cependant il m'est impossible de ne pas lui admettre ce talent incroyable de savoir raconter une histoire ! Une nouvelle fois, les 570 pages nous transportent, elles sont riches en suspense, en rebondissements, en passion, en trahison, en déclaration. C'est drôle (un peu), émouvant (beaucoup), grinçant (au début, Bella est insupportable !) et déchirant (Edward s'en va !).

J'ai cessé de me poser la question sur mon état mental depuis que j'ai le nez dans cette lecture, car est-ce normal de pleurnicher à l'annonce d'Edward qui rompt avec Bella, comme s'il s'agissait d'une déclaration faite à mon intention !?! De même, mon coeur a fait un triple salto et double looping page 548 (LA condition qu'oppose Edward face au chantage de Bella). Mes aïeux, mes nerfs n'ont pas fini d'être mis à rude épreuve ! Mon marathon continue, je suis dans le tome 3 (mon premier réflexe en le recevant ? vérifier le nombre de pages : 620. Ouf !).

Tentation, de Stephenie Meyer

 

 

 

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Luc Rigoureau (Titre original : New Moon)

Hachette, 2006. 570 pages. 18€