Après l'humiliation cuisante infligée au mariage de son ex-petit ami, Pénélope décide de plaquer sa Bretagne, où elle mène une vie rangée et sans saveur,  pour les fastes de Paris, auprès de sa tante Aure, directrice d'une agence de communication, en plein coeur du quartier huppé de Saint-Germain. La réalité est plus amère : solitude et sentiment profond d'être une plouc, Pénélope n'en mène pas large. Pour donner le change, elle ouvre un blog et se surnomme la Mouette. Elle choisit de raconter son parcours de petite bretonne perdue dans la faune du glamour et du chic, mais ça ne vole pas haut. Les visiteurs ne se bousculent pas au portillon.

Quand vient la rencontre avec son cousin Axel, directement débarqué de New York, Pénélope voit subitement son existence revêtir les couleurs de l'arc-en-ciel. Relookage des pieds à la tête, shopping dans les boutiques prestigieuses, soirées hyper tendance... C'est le remake de Pretty Woman, en mieux. Pénélope Beauchêne est assise près des dieux, elle en fait écho sur son blog et c'est le gros buzz ! La fréquentation triple de jour en jour, les journaux se penchent sur le phénomène, notre Mouette se gausse de bonheur.   

IMGP5590

Pourtant, il y a un hic. Car tout est faux, tout est en toc. Pénélope le sait, mais elle se tait. Du moins, elle offre de jolis emballages pour masquer un contenu très creux, futile et inexistant. Mais voudrait-elle, franchement, se sortir d'un tel piège ? Car c'est un cadeau empoisonné ; elle reconnaît sa déloyauté, se défend d'une part de vérité et réalise que ses tricheries masquent une autre réalité : sa vie parisienne est nulle, constituée de faux-semblants, depuis le début elle s'est plantée sur toute la ligne. Même le garçon qui lui faisait battre son coeur semble avoir mis les voiles et la taxe de grosse fabulatrice ! C'est LE casse-tête du roman : Pénélope jubile, elle est adulée dans le virtuel, c'est la star de la blogosphère. Par contre, elle a viré mythomane et hésite à se regarder dans un miroir.

Je ne vais pas me défendre d'avoir beaucoup aimé ce roman ! Parce que j'ai aimé, oui vraiment ! ! ! Il est superficiel et léger (comme la chanson), trèès drôle (j'étais bidonnée comme une baleine avec le coup du nez qui saigne et les deux tampax pour éponger le flux !!!) et sa couverture rose me ravit particulièrement.

Ensuite, je ne vais pas vous faire un exposé sur l'effective vacuité d'un blog - l'histoire démontre ici qu'on peut raconter tout et n'importe derrière son écran, il y a des gens qui veulent vraiment y croire et d'autres qui font semblant - ni pointer du doigt l'affligeant parisianisme et l'hypocrisie du paraître - après tout, je m'en gave aussi ! Ce premier roman d'Anne Solange Tardy est encore un exemple du succès transporté d'un blog (Cachemire et soie) en format papier. Je n'étais pas une lectrice de son blog et je ne sais pas si ce livre raconte son expérience, mais je suis sûre d'une chose : c'est une parfaite comédie romantique et gentiment satirique (sur la blogosphère, les fashionistas, les strass et paillettes). C'est bigrement réussi, on engloutit ce bouquin, on rigole et on referme la dernière page en se disant ... bah c'était sympa !

Editions First, 2007 - 340 pages - 14,90€

Illustration de couverture : Delicatessen

Prêté par Cuné - son avis ici !

A été lu par Amanda aussi.

Un bon roman de plage, selon moi !!!