Joyeux panaché de lectures, pour célébrer des papas, des rencontres, des amours etc. (et l'anti conte de fées ?)

IMGP5689

Comment papa et maman ont-ils bien pu tomber amoureux ?
Quand ils étaient petits, ils étaient comme le jour et la nuit.
Papa rêvait de parties d'échecs, d'ombre et d'étagères bien rangées ; maman de pagaille, de bal musette et de jolies robes bariolées. Pourtant un jour, au coin de la rue, ils se rentrèrent dedans, et leur vie ne fut plus jamais comme avant...

Il faut bien un commencement à tout ! Donc, au départ il y a LA rencontre, le coup de foudre (une maman qui aime les couleurs pâlit devant un papa abonné au sobre et qui n'en finit plus de rougir !)... Cette aventure, drôle et tendre, raconte sur le mode de comparaison des couleurs la belle épopée des gens qui tombent amoureux. Bien sûr, ça n'explique pas pourquoi mais ça prouve que tout est possible, et un jour moi aussi... (dit l'enfant).

Comment maman a changé la vie de papa... de Katarina Grossmann-Hensel, Nord Sud éditions - Janvier 2008.

IMGP5690

L'histoire débute par une scène de séparation. Une jeune femme, Miranda, quitte Pedro après une relation de quatre ans. Et dès les premières vignettes, le ton est donné : Pedro, aux allures de macho trapu et velu, et cependant les larmes aux yeux, demande à sa bien-aimée une dernière faveur : "Tu me laisses la télé ?"...
Miranda retourne alors à Valence qu'elle avait quitté pour rejoindre Pedro – rencontré sur Internet – à Séville où, malgré de profondes amitiés nouées avec Ana, collègue de travail, ou Manu, colocataire excentrique, elle avait eu beaucoup de mal à se sentir chez elle. Elle réalise à présent qu'elle s'est laissée emporter dans une spirale destructrice, et qu’elle non plus n’a pas toujours fait les efforts nécessaires.

En fait, j'ai tout simplement trouvé le titre cocasse ! Il vous rappelle la menace qui plane sur tous les couples, une fois le coup de foudre passé. Il s'agit donc d'une histoire de coeur et de rancoeur, à travers le portrait de Miranda, une jeune femme désespérée de se retrouver seule et chez ses parents, à l'âge de vingt-sept ans. Retour à la case départ, comme elle dit. Son idylle avec Pedro a bu la tasse et, à force de ressasser les quatre ans vécus à ses côtés, Miranda revit les mensonges, les promesses jamais tenues et un quotidien qui s'en est allé à vau-l'eau. C'est une bd assez tristounette, pleine d'amertume (attention au moral au ras des pâquerettes !), un peu teintée d'humour. Mais léger, très léger. Le ton est sobre, épuré et tout de noir & blanc. Une découverte intéressante, un memento pour ceux qui se laissent aller ! ... (warning, warning !)

Je t'ai aimé comme on aime les cons de Fonollosa & Giménez, Dargaud - Mai 2008.

... en écho, peut-être, avec le roman d'Agnès Bousquet : J'ai épousé un con (Plon)

IMGP5692

Trois femmes sont unies par une passion dévorante pour le boys-band 110%. Membres du FUPA110 (Fans Un Peu Agés de 110%), Sasha, Cathy, et Gerty échappent ainsi à leur quotidien un peu morose; les maris taciturnes, les enfants geignards et les collègues de travail sadiques. Complètement monomaniaques, elles sont prêtes à tout pour obtenir des photos inédites ou des fringues usagées de leurs idoles. Et elles n'hésitent pas à se battre avec des préados pour obtenir les meilleures places aux concerts du groupe.

Le ton est humoristique mais Tony Consiglio laisse rapidement poindre le côté assez pathétique de la vie de femmes un peu larguées. Il dresse le portait férocement drôle de cette Amérique obsédée par le culte des pseudo-célébrités. Cette bd n'est pas très rigolote, ou du moins c'est de l'humour grinçant et limite dérangeant. Plus j'avançais dans ma lecture et plus j'éprouvais un profond malaise pour ces femmes. Seule Cathy, la petite rondouillarde célibataire, a réussi à m'attendrir. A noter également qu'il y a des passages assez crus et "gras"... (pas trop mon goût).

Quel intérêt pour la fête des papas ? euh, c'est histoire de se dire que toute bonne femme est capable de perdre pied et fuir la réalité pour une chimère ! (I am a twilightMom, very proud of it !) ;o)

110% de Tony Consiglio, Editions ça et là - Mars 2008.

IMGP5693

À peine Bonnie a-t-elle tourné le coin de la rue qu’elle est interpellée par… une voiture. « Par pitié, à boire, c'est une question de vie ou de mort ! » Car Mam’zelle Dédé, une drôle de voiture de collection, crache et tousse. Elle a la gorge, ou plutôt, le moteur, en feu, et supplie la petite fille de lui venir en aide : il lui faut de l’eau, vite, vite ! Bonnie lui rend ce service puis accepte de monter à bord pour une folle aventure... Elle découvre un monde où les objets ne souffrent pas en silence et vibrent d'émotion. Mam'zelle Dédé entraîne sa nouvelle amie dans une opération de sauvetage : Tony, un coupé de ville, son amour de jeunesse, est menacé d'être broyé à la casse.

Pour les papas passionnés de voiture(s), cet album sera un instant à partager avec l'enfant. C'est un album jeunesse, dès 6 ans (pour feuilleter, lire, écouter). Car en fait il y a beaucoup de texte (abordable dès 8 ans, pour ceux qui lisent comme des grands), en plus des illustrations issues des prouesses numériques (on aime ou pas, moi j'apprécie !) - un click ici pour découvrir 6 pages. Et bien sûr : l'histoire est drôle et rocambolesque !

Mam'zelle Dédé de Jean François Ménard, illustré par Matthieu Roussel - Gallimard jeunesse, Septembre 2007.

Ok, la liste est éclectique et frôle le grand n'importe quoi. J'imagine la tête des papas avec un bouquin qui le traite de c** ! Oups. Mais si le bonhomme a de l'humour à revendre, ce sera parfait ! ;o)