Il faut croire que les faits divers existent dans le but suprême de sonner l'alarme lorsqu'un cas de négligence sur une personne âgée est relevé et fait ensuite les gros titres dans les journaux !? Scandale, remise en question du système et intervention des plus grands spécialistes, las et éreintés de ressasser toujours les mêmes discours... Il faut mettre en scène la pitié, la misère et faire pleurer dans les chaumières, sentir combien nous sommes immondes et égoïstes avec nos anciens.

IMGP5807

L'histoire ici commence avec la septuagénaire Muriel Donnelly laissée à l'abandon dans un recoin d'hôpital pendant quarante-huit heures. Elle y avait été admise avec plaies, ecchymoses et une probable commotion à la suite d'une chute dans la rue. Deux jours durant, elle resta au service des admissions, sans soins, le sang se coagulant sur ses vêtements. C'est du pain béni pour les journaux populaires qui bondissent et s'emparent du mic-mac avec avidité. (L'histoire apprendra, deux pages plus loin, que la gentille dame ne voulait pas se laisser toucher par des gens de couleur.)

Il existe donc un réel problème en Angleterre : les aînés sont mis à l'écart (représentent un poids), ils manquent de soin et d'attention (sont les boulets de leur famille) et ils méritent de regagner ce respect perdu... Le docteur Ravi Kapoor, une médecin londonien épuisé par son travail, va accepter de collaborer avec son cousin Sonny, qui débarque de Bangalore pour lui soumettre un projet révolutionnaire : ouvrir une chaîne de maisons de retraite en Inde ! Ce sera une institution très 'Vieille Angleterre', où les Britanniques d'âge avancé, déconcertés et parfois même affolés par les conditions de vie nouvelles de leur pays natal, pourront retrouver, au soleil et dans la paix, les moeurs et l'atmosphère de leur jeunesse évanouie.

Allons donc... Ravi n'a qu'une hâte : expédier son insupportable beau-père, Norman, à l'autre bout du monde pour avoir la paix. Allez, oust ! Délocalisons ! Voilà un terme tristement en vogue... L'anglaise Deborah Moggach s'emploie à triturer cette idée en imaginant une société réelle où l'on convierait, avec force vidéos et prospectus alléchants, à signer sur le champ pour un aller direct vers ce Paradis (en toc?). On suit une brochette de septuagénaires en passe de faire le grand voyage, on les découvre veufs et esseulés, avec ce même besoin d'aller de l'avant, de changer d'air et de mordre à l'hameçon. Car finalement, l'aventure au bout du chemin promet d'étranges bonheurs...

C'est satirique, croquignolet, gentil et affectueux. C'est un livre pour détendre et faire rire. Oui, ça marche un peu... mais vite lu, vite oublié. Je n'ai pas été totalement embarquée dans ce délire, suis restée lectrice impassible, ou juste ricané amèrement en suivant ce cher Norman Purse, un vieux satrape aux révoltantes manies, combinant avec un rare bonheur l'égoïsme, le sans-gêne et l'obsession sexuelle sénile. Jamais, ô grand jamais, le roman ne berce dans l'odieux ou l'immonde règlement de comptes. Cela prend à rebrousse-poil des idées arrêtées et guindées, je ne suis pas sûre d'en conclure plus de choses mais Deborah Moggach a sa conscience pour elle : c'est dit, écrit noir sur blanc, et advienne que pourra !

Deborah Moggach est également l'auteur du Peintre des Vanités (ma critique, ici).

Editions de Fallois, 2007 pour la traduction française - Le livre de poche, juin 2008.

roman traduit de l'anglais par Jean Bourdier / titre vo : Theses foolish things.