05/06/09

Les enquêtes d'Enola Holmes : La double disparition ~ Nancy Springer

En attendant de lire le nouveau volume (Le secret de l'éventail), je suis heureuse de découvrir la sortie en poche du tout premier livre... 

enola_holmes_poche

Avec ce 1er livre qui annonce une série passionnante, l'auteur Nancy Springer a eu l'audace d'imaginer une soeur cachée aux frères Holmes, Mycroft et Sherlock. Enola a 14 ans, c'est l'enfant du scandale et de la honte, car née tardivement (sa mère avait cinquante ans) et dans la bonne société anglaise c'était simplement inadmissible ! Est-ce pour cette raison qu'Enola a grandi loin de ses frères, seule dans sa grande maison, auprès d'une mère absente et perdue dans sa peinture, et du couple Lane, unique serviteur de la famille ?
Or, en cette journée d'anniversaire, Enola va découvrir avec dépit que sa mère est partie. Elle a sciemment disparu ! Elle informe ses aînés qui accourent sur le champ, par le premier train arrivant de Londres. Mais face à l'excitation de la jeune fille, l'imperméabilité des Holmes fait effet de douche froide ! Enola comprendra vite qu'elle ne peut compter que sur elle-même, chose qu'elle va d'ailleurs mettre à profit en mijotant un petit plan de fuite, à la barbe du grand détective !
Et l'aventure continue, dans un Londres bruyant, malodorant, livré à la racaille, et une étrange affaire de disparition d'un jeune vicomte de 12 ans... Enola sent l'inspiration la guider, mais ne voit pas venir le danger.
Franche baignade dans l'ambiance Holmesienne par excellence, dans un Londres plus victorien qu'en vrai ! Les enquêtes d'Enola Holmes promettent de vives émotions, où rien n'est brodé dans la dentelle. Cette série offre une vision très pertinente de la condition des femmes au 19ème siècle, et grâce à son intelligence et sa bravoure, Enola promet de tenir la dragée haute à l'éminent Sherlock Holmes !
La figure de ce dernier est esquissée en semi-ombre, mais la personnalité est fort respectée (personnage taciturne, malade de dépression, dépréciant la gente féminine...). Et la peinture de Londres, du siècle victorien est brillamment étudiée ! De même le style littéraire est élaboré, très élégant et pour cela cette lecture s'adresse plus à des "bons" lecteurs.
Dès 14 ans, à mon avis.

Nathan poche, 2009 - 288 pages - 6,50€
traduit de l'anglais par Rose-Marie Vassallo

Feuilleter les premières pages

Posté par clarabel76 à 19:30:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , ,


Je ne sais pas dessiner ~ Colas Gutman

Les dessins de Léonard ont pour effet de faire pleurer sa grand-mère.... de désespoir ?
Léonard aimerait beaucoup épater la galerie grâce à ses croquis, et surtout la belle Eva qui n'a d'yeux que pour Dimitri, notamment parce que le garçon dessine très bien. A chaque récréation, il accapare l'attention de toute l'école, et en particulier celle d'Eva, grâce à ses dessins très expressifs. Au fond de lui, Léonard est jaloux et cela réveille son sens de la compétition. Grâce aux conseils de sa grand-mère, Léonard sait qu'il doit persévérer et y mettre du coeur. Mais comment ça se dessine un coeur ? se demande le garçon. Sa grand-mère lui suggère de penser à ce qu'il aime le plus... euh le fromage mou, le jeu vidéo, le karaté, la bd ? Avouer qu'il aime d'amour la jolie Eva est inenvisageable, c'est chasse gardée, alors il se tait. Ses dessins sont toujours bâclés mais l'espoir renaît, car la belle se lasse des dessins de Dimitri, de ses robots... pas rigolos. Lui, Léonard, sait donner le sourire à sa dulcinée ! Voilà peut-être la solution à son problème...

je_ne_sais_pas_dessiner

Voici un petit roman qui ne s'embarrasse pas avec les détails et le fignolage, l'auteur en personne a glissé ses propres croquis, très proches du griffonnage, et ça colle parfaitement dans le texte, où l'on suit le souci d'un garçon qui ne sait pas dessiner même s'il voudrait bien améliorer ses gribouillages. Résultat, il y a peu de texte, beaucoup d'illustrations et l'ensemble est vraiment sympa. C'est loin d'être ce genre de livres où on remplace un mot par un dessin, ça ressemble plutôt à un journal illustré et, ma foi, c'est rondement plaisant à feuilleter.

Ce livre conviendrait plus facilement à des jeunes lecteurs, ou aux plus récalcitrants... (qui n'aiment pas lire, ou ne veulent pas que la lecture traîne). Ma fille l'a lu, a bien aimé et rigolé comme une baleine, avant d'avouer qu'elle était un peu grande pour cette fine galette (même si elle n'a pas boudé son plaisir !).
Une petite préciosité, à ranger dans les inclassables qui donnent le sourire.
Tout simplement.

Mouche de l'école des loisirs, 2009 - 30 pages - 7,50€

Aurélie a également aimé

Posté par clarabel76 à 11:15:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :