17/07/09

L'homme qui plantait des arbres ~ Jean Giono

lhomme_qui_plantait_utovieIl s'appelait Elzéard Bouffier. Cinquante-cinq ans. Il avait possédé une ferme dans les plaines. Il y avait réalisé sa vie. Il avait perdu son fils unique, puis sa femme. Il s'était retiré dans la solitude où il prenait plaisir à vivre lentement, avec ses brebis et son chien. Il avait jugé que ce pays mourait par manque d'arbres. N'ayant pas d'occupations très importantes, il avait résolu de remédier à cet état de choses.

Ce texte raconte l'aventure tranquille d'un berger solitaire, en Provence, qui passe la fin de sa longue vie, à semer et planter des arbres dans des collines où l'exploitation humaine incontrôlée avait créé le désert. Les années passent, deux guerres éclatent, mais Elzéard poursuit son bonhomme de chemin. Un pays se transforme, la ruine et le vide font place à la joie de vivre, au souffle gai et enchanteur, à la jeunesse qui apporte l'énergie.

Le narrateur est spectateur du prodige créé par Elzéard, qui n'en tire aucune gloire, ce qui rend sa mission plus honorable et admirable. Jean Giono raconte l'histoire d'un symbole, car cet Elzéard Bouffier n'a jamais existé, mais cette histoire fait envie, donne des idées en se voulant superbe leçon d'écologie et de sagesse.

Les droits d'auteur que Jean Giono n'a jamais voulu toucher sur ce texte sont reversés à l'association de protection de l'environnement Robin des Bois.

Utovie jeunesse, 2006 pour cette édition et les illustrations (par Nicole Pommaux) - 32 pages - 6€

Existe aussi en édition Folio cadet chez Gallimard jeunesse, illustré par Willi Glasauerlhomme_qui_plantait

A lire aussi : Le petit garçon qui avait envie d'espace, écrit par Jean Giono

Posté par clarabel76 à 13:30:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :


Le temps des mots à voix basse ~ Anne Lise Grobéty

les_temps_des_motsC'était le temps des mots à voix basse, le temps de la Voix qui parlait plus haut que les autres, le temps de l'araignée noire avec ses pattes tordues, posée sur le fond rouge sang des drapeaux...
Le narrateur n'est qu'un enfant, son meilleur ami s'appelle Oskar. C'est une amitié transmise de génération en génération, sans faire exprès, puisque les pères des deux enfants sont également inséparables, deux grands poètes, amoureux des mots, des brodeurs de dentelle heureux et confiants, insouciants malgré la menace qui gronde.
Le temps des mots à voix basse raconte une histoire d'amitié sur fond de haine raciale, une histoire d'amour et de confiance, une histoire de lâcheté et de résignation, "accepter que dans toute graine d'humain le meilleur et le pire vivent ensemble comme un vieux couple désuni, et continuer de croire que l'amour n'abandonne pas la partie pour autant, même quand la haine prend toute la place".
C'est une histoire qui remonte à plusieurs années maintenant, mais le narrateur n'a pas oublié le son des voix ni les mots qui se sont enfoncés dans son crâne d'enfant : danger, douleur, lâcheté, le meilleur et le pire, l'amour, la haine, une perte irréparable.
C'est le temps aussi des questions, à quel moment tout ça a vraiment commencé et comment ils ont fait pour se méfier si peu, est-ce que tout a réellement commencé par la fureur allumée dans la pupille d'un seul homme, et cette fureur, comment est-ce qu'elle a pu finir par mettre le feu à tout un peuple, quand les mots se sont-ils mis à boire plus que de raison dans les rues, à tituber sur les trottoirs, à se tromper de colère ?
Un magnifique roman, hélas trop court de 70 pages, porté par une écriture stylisée, fort d'un message important et fondamental, à saisir entre les lignes pour les plus jeunes, mais finement amené sur le tapis, pour permettre à quiconque de réfléchir, de comprendre et de ne pas s'endormir sur ses lauriers. Pour toujours réagir avant qu'il ne soit trop tard. "Est-ce qu'on sera toujours condamné à comprendre trop tard, quand il n'y a plus rien d'autre à faire qu'à se résigner au pire ?"
Un roman qui mérite amplement ses récompenses (prix Saint Exupéry 2001 & prix Sorcière 2002) et qui se targue d'être déjà à sa 8ème édition.

La Joie de Lire, 2001 - 72 pages - 7€

Catégorie d'âge : Chaque lecteur est unique.
Si vous avez un doute, demandez conseil à votre libraire.

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :