12/08/09

Mademoiselle Zazie a trop d'amoureux ~ Thierry Lenain

Illustrations de Delphine Durand
Nathan poche, coll. C'est la vie ! / 2009 - 30 pages - 4,70€

zazieRetour gagnant pour notre adorable Mademoiselle Zazie ! Elle a trop d'amoureux, mais comment se fait-ce ? C'est son esprit malicieux qui en est la cause. Un matin, la miss pose une question hautement philosophique à son ami Max, du genre : si tu n'avais pas déménagé pour venir vivre ici, tu ne serais pas mon amoureux... Malgré ses idées bizarroïdes, Zazie fait mouche et sème le doute dans l'esprit de Max. La journée pour lui s'annonce trèèès longue, à se remuer les méninges, à se méfier de la concurrence, à mettre en joue ses adversaires, à marchander un pacte qui consisterait à ne jamais tomber amoureux de Zazie. Aimer et être aimé en retour, ça se mérite... mais à quel prix !
Voilà une lecture absolument hilarante !
Comme d'habitude les aventures de Zazie et Max débordent d'espièglerie, avec des illustrations très rigolotes qui rendent cette lecture attachante... et tant pis si nous avons dépassé la date de consommation.
A conseiller à tous les lecteurs dès 5 ans.

NB : la photo de Zazie provient du site de la librarie Rêv'en Pages

La couverture du livre, la voici : Mademoiselle_Zazie_a_trop_damoureux

Dans la même série, on peut trouver : Mademoiselle Zazie a-t-elle un zizi ?Mademoiselle Zazie veut un bébé ; Les baisers de Mademoiselle Zazie.

le site : http://www.zazie-max.fr/

le site de delphine durand : http://www.delphinedurand.blogspot.com/

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,


On n'arrête pas les comètes ~ Sigrid Baffert

Seuil, coll. Karactère(s), 2009 - 106 pages - 8€

on_narrete_pas_les_cometesL'histoire s'ouvre sur la rencontre entre Emilien le facteur et Clémence la costumière pour le théâtre. Sans aucun rapport, arrive Aubin, lycéen qui vient de décrocher son bac. Il rentre chez lui pour apprendre la triste nouvelle du suicide de sa mère, dans sa maison d'enfance. Drame. Larmes. Funérailles. C'est le ballet des heures sombres, pour la première fois Aubin est pris d'un hoquet qui ne le quittera plus et reviendra tous les jours, à heure fixe.
Malgré le souhait de ses proches de vendre la maison, estampillé lieu maudit, Aubin s'oppose. Il a besoin de temps, besoin de revenir aux sources, pour pleurer et sombrer dans le berceau de sa mère.
On retrouve alors Emilien, avec une certaine Hanna. Cette femme fuit aussi son propre passé et refuse de suivre la voie qui s'ouvre à elle. Elle bifurque. C'est à ses côtés qu'Emilien est victime d'une attaque, alors qu'il lisait le journal.
L'histoire peut maintenant tracer sa route, au lecteur d'être entraîné vers ces destinées qui se croisent, s'effleurent, s'éloignent, se lient et se délient. Au coeur du conflit, le suicide d'un parent. A Aubin, la douleur et la déchirure. Le deuil qui commence. La distance à prendre. A Emilien et Hanna, le poids du passé. Le choix d'assumer leurs actes manqués. Ensemble, ils parviendront à accepter et apprendre à vivre l'absence.
Malgré son titre, on comprend que le roman ne traite pas d'astronomie. Son sujet : la famille. On a beau avoir les bras cassés et des regrets qui débordent des poches, on n'est pas pour autant inapte à se reconstruire. Se bricoler des ailes, colmater les brèches, panser ses bleus à l'âme. Ensemble, c'est tout.
Voilà encore une histoire qui nous le prouve.

à partir de 13 ou 14 ans.

une précédente version de ce texte a été publiée sous le même titre en 2004 chez syros.

 

Posté par clarabel76 à 10:15:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,