17/12/09

La Cité des Ténèbres ~ Cassandra Clare

Livre 1 : La Coupe Mortelle
Pocket jeunesse, 2008 - 570 pages - 19,50€
traduit de l'anglais (USA) par Julie Lafon

Me voici donc une nouvelle fois étourdie par une lecture, par la faute d'une nouvelle série. Le premier tome a été traduit l'an dernier, et little g. m'avait dit : lis-le et j'avais dit ok en toute confiance, ne sachant pas que le temps allait passer si vite, le tome 2 est maintenant disponible (et même le 3ème en anglais ! il est déjà commandé, vous pensez bien). Qu'est-ce donc, encore ?

Hmm. Cette série n'est en rien révolutionnaire, je porte par exemple à Hunger Games un fanatisme plus fort (n'ayons pas peur des mots), elle a su néanmoins me surprendre. Je vous l'annonçais précédemment, j'ai commencé ma lecture bien sagement, pas franchement éblouie par ce qu'on me proposait, c'était bien sympa et gentil, mais où va-t-on, et puis le deuxième effet kiss cool est arrivé, j'avais les doigts collés au livre et je tournais les pages d'un air avide, en clair j'étais fichue. Et depuis, j'accumule les heures de sommeil en moins.

cite_des_tenebres_1Clary, quinze ans (bientôt seize), apprend brutalement que son sort est lié au Monde Obscur, lorsqu'elle découvre l'appartement qu'elle partage avec sa mère totalement dévasté par l'attaque d'un Vorace. La déconfiture s'enchaîne avec la disparition de sa mère et avec la défection de celui qu'elle prenait pour son oncle, Luke, qui ne veut plus la voir et le lui annonce par téléphone. Son seul recours, une bande de jeunes tueurs surentraînés pour anéantir les vilaines créatures. Ce sont des Chasseurs d'Ombres, ils appartiennent à un monde jusque-là inconnu pour Clary, et qu'elle apprendra peu à peu à cerner, à l'instar du lecteur. (Ceci signifie que je ne vous expliquerai rien du tout ! :o))

Parmi eux, il y a Jace. Et c'est un peu sa faute si j'ai des étoiles dans les yeux. Ce type a une beauté arrogante, il est sûr de lui, moqueur, drôle et ironique, il ne cache jamais son agacement ni la vérité, il a toute une histoire derrière lui qui explique son attitude, et ce qui est bien, c'est que l'héroïne n'est pas bouche bée, bave aux lèvres, devant lui. En fait, elle a d'autres chats à fouetter et ne prête pas attention à son charme, elle en a conscience, mais c'est le cadet de ses soucis (de même, son meilleur ami Simon tente de lui faire du pied pour qu'elle remarque qu'il est fou amoureux d'elle, mais la demoiselle ne voit rien du tout).

Jace et Clary ne vont plus se quitter, ils ont une mission à mener, car pour retrouver la mère de la jeune fille, ils doivent d'abord mettre la main sur la Coupe mortelle, et de préférence avant un certain individu à la sale réputation. Une figure du passé, qu'on croyait zigouillée, mais qui refait surface en clamant vengeance.
Damned.

Pas grand-chose à rajouter, si ce n'est que je n'ai pas du tout aimé la révélation finale, bouh c'est quoi ce truc, cela ne peut pas se passer comme ça, ce n'est pas possible, alors y'a intérêt que ça change, et fissa !
Je suis déjà plongée dans le tome 2...

-)  Anne, je te comprends maintenant !!!!

NB : devinez quoi,  The Mortal Instruments by Cassandra Clare has been optioned for a movie. Comme beaucoup de fans, moi aussi je mets une option sur l'acteur Alex P. pour incarner Jace !!!

to be continued...

******

Livre 2 : L'Epée Mortelle
Pocket jeunesse, 2009 - 525 pages - 19,50€
traduit de l'anglais (USA) par Julie Lafon

cite_des_tenebres_2Après les révélations stupéfiantes du premier tome, ce deuxième semble bien mou, bien frustrant dès les premières pages. Car ce qu'on sait désormais touche de plein fouet Clary et Jace, notre petit couple fétiche, on sait qu'entre eux tout est fermé, caduc, impossible, à jamais ! Il y a bien ce cher Simon, l'ami fidèle et dévoué, qui rôde dans les parages et se trémousse de plaisir d'avoir le champ libre pour déclarer sa flamme, mais... que voulez-vous, aussi sympathique soit-il, Simon n'est pas Jace, et c'est un crève-coeur.

Bon, heureusement l'histoire n'est pas non plus une lente complainte d'âmes torturées, nous avons aussi droit à notre lot d'action et de suspense. L'ennemi est toujours en place, celui-là même qui se déclare du même sang que ... vous savez qui. Il a choisi de dérober un deuxième instrument mortel - l'Epée - et ses ambitions sont plus noires et démoniaques que jamais. Jace, accusé par l'Inquisitrice d'être l'espion de Valentin, voit sa famille d'adoption lui tourner le dos. Le type est complètement largué, il se blinde derrière son cynisme mais dès qu'il est en présence de Clary, il est plus vulnérable que jamais. Plusieurs scènes m'ont offert de plaisants moments où j'ai senti mon petit coeur battre à tout rompre (la fête chez les elfes ou la soirée mouvementée chez Luke).

Argh, comment vous dire sans trop en dire, c'est désappointant. En fait, c'est très difficile d'admettre ce que l'auteur cherche à nous raconter, et très vite on scrute les petits indices qui indiqueraient une autre voie à suivre. En attendant, oui c'est frustrant ! Très frustrant. Au début je craignais m'ennuyer, mais heureusement Jace n'est pas un individu ordinaire qui se plie aux règles. Toujours excessif dans ses décisions, il nous gratifie de déclarations qui feraient se pâmer tout un couvent de bonnes soeurs !!! (Par contre, haro sur son discours à la toute fin !) Et c'est très bizarre, car jamais je n'ai trouvé que c'était révoltant ou immoral.

Tout le roman n'est pas totalement ancré autour de Jace et Clary, même si cela reste le nerf de l'intrigue. On retrouve avec plaisir les secrets du Monde Obscur, en faisant connaissance avec des créatures toutes plus charmantes les unes que les autres (ahem). Il y a aussi beaucoup d'humour - Magnus Bane et Simon n'y sont pas étrangers - et pas mal de vicissitudes  - Valentin en tête, presque détrôné par l'Inquisitrice, aveuglée par son chagrin et rendue folle de rage. Dans ce tome, la question des choix et du libre arbitre pèse énormément. Les personnages sont face à des décisions qui peuvent faire basculer leur propre destin, en plus de toucher leur entourage et le monde dans lequel ils vivent. On le devine d'emblée que le prochain livre sera déterminant, la guerre est imminente !

Je suis donc toujours accro, les sens en ébullition et l'amertume en arrière-goût, car je n'ai pas encore le troisième tome sous la main. (Pour la traduction française, il faut patienter en mai 2010. Je ne suis pas folle !) Et c'est difficile d'envisager une pause forcée, je sens comme un vide... Bladelor, où puis-je trouver ton patch pour lecteurs en manque ?! 

******

City of Glass, le tome 3, va paraître en mai 2010 chez pocket jeunesse sous le titre Le Miroir Mortel.

Les autres projets de l'auteur,

September 7, 2010: The Clockwork Angel (qui ouvre une nouvelle série se passant à l'époque victorienne et serait le prequel de la série de The Mortal Instruments)

March 11, 2011: City of Fallen Angels (en fait le quatrième tome de la série, qui n'était pas prévue à la base, et qui raconte l'histoire de Simon)

 

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [76] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


14/12/09

Fablehaven ~ Brandon Mull

Le Sanctuaire Secret
Nathan jeunesse, 2009 - 340 pages - 14,90€
traduit de l'anglais (USA) par Marie-Josée Lamorlette

Kendra et son frère Seth sont moyennement enchantés de se rendre chez leur grand-père paternel, tandis que leurs parents s'offrent une croisière, car Grand-Père Sorenson est un homme secret, qui dicte une multitude de règles de vie dans la maison avec son lot d'interdiction (ne pas se rendre dans les bois, ni dans la grange). Les enfants sont libres de patauger dans la piscine, de peindre ou de s'amuser dans leur chambre décorée comme dans l'ancien temps, il dépend de leur vie de ne pas franchir les limites. Grand-père doit également beaucoup s'absenter, mais Kendra et Seth peuvent solliciter Lena, la domestique, et Dale, qui travaille sur l'immense propriété, en cas de souci.

Le temps passe mollement au goût de Seth, un adolescent turbulent. Il va oser s'aventurer dans les bois, y faire la rencontre d'une sorcière. De son côté, Kendra aussi va percer quelques mystères qui semblent régner dans la maison du Grand-père. Lorsque les enfants décident de boire le lait interdit, ils découvrent alors un monde nouveau, peuplé de fées et autres créatures mythiques, ce refuge porte le nom de Fablehaven et Grand-Père Sorenson en est l'un des gardiens.

fablehaven

L'intrigue de "Fablehaven" est précise et juste parfaite. C'est un conte vraiment captivant. Les héros sont des jeunes gens sympathiques, auprès desquels les lecteurs pourront facilement s'identifier. Leur aventure nous offre un condensé de magie, d'action, de poésie, de danger et de solidarité, nous sommes un instant dans une caverne, échappant à une ogresse, ou soudainement dans un beau jardin avec des fleurs et des fées. On y trouve tous types de créatures, des trolls avares, des fées narcissiques et jalouses, des sorcières fourbes, des naïades, des satyrs, des brownies (non, ce ne sont pas des gâteaux), en fait Fablehaven demande une vigilance constante car des êtres maléfiques complotent et attendent le moindre faux pas pour briser les règles et s'échapper dans la nature pour faire règner leurs noirs desseins.
Bien évidemment, Seth va commettre un petit impair qui va semer la zizanie.

En plus de cette ambiance enchanteresse, et néanmoins inquiétante, on comprend qu'un mystère plane sur l'étrange absence de la Grand-mère. Grand-Père Sorenson prétend qu'elle est auprès d'une tante mourante, or les enfants commencent à douter de sa parole.

Je me suis mise à rêver, un bref instant, de l'univers shakespearien (Midsummer Night's dream) avec ses fées et ses créatures enchanteresses, sauf que l'extravagance féérique est ici vite écartée. L'histoire de Fablehaven nous emporte vers un fantastique royaume où le coeur palpite, les forces magiques (et maléfiques) gagnent en puissance, les deux adolescents sont seuls contre tous, ils doivent sauver leur famille, sauver Fablehaven et, pour ainsi dire, sauver le monde ! (Un semblant de tension dramatique est toujours nécessaire dans ce genre de lecture.) C'est un très bon livre, le premier titre d'une série de cinq tomes (avec traduction rapprochée, nous assure-t-on), et qui trouve une issue claire et définitive dans chaque volume, pour mieux soulager nos nerfs en pelote.

Le tome 2, La menace de l'étoile du soir, sort début février 2010.

Existe aussi en coffret édition limitée. fablehaven_coffret

 

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , ,

13/12/09

Le coeur-de-gloire ~ Hervé Picart

L'Arcamonde - 3
Le Castor Astral, 2009 - 220 pages - 13€

coeur_de_gloireC'est le printemps, les rayons du soleil baignent les pavés de Bruges et Frans Bogaert, notre antiquaire détective, est d'humeur assassine. Coincé dans son Méandre à recenser l'ensemble des articles de sa boutique pour satisfaire les basses exigences de son assureur, Frans peste contre l'arrivée opportune d'une dame en rouge, Ornella De Volder. Elle porte à son cou un pendentif écarlate, offert par son époux, et demande une expertise du produit. Bogaert obtempère, ce n'est que pure pacotille (ou presque), ce bijou n'a nulle prétention de vêtir l'importance que lui confère l'homme de cette dame. Lady Scarlet sort de la boutique fâchée et se débarrasse du collier dans la première poubelle venue.

Quelques jours après, Mme De Volder se présente à nouveau à l'Arcamonde et raconte une bien étrange histoire. Elle tente par mille fois de jeter son pendentif aux flammes de l'enfer mais elle a sans cesse la désagréable surprise de le retrouver près de son chevet tous les matins. Bogaert accepte de pousser l'expertise et le range dans un tiroir de son laboratoire. En fait, il est clairement excédé par l'affaire De Volder, cette femme trop belle lui donne des frissons dans le dos, il n'arrive pas à la cerner, en plus du bon air printanier dans les rues de Bruges et de son inventaire casse-tête, il est passablement impatient et peu concerné par ce bijou. La fierté du monsieur sera piqué lorsque la dame en rouge réapparaît à l'Arcamonde en brandissant le pendentif. Un filou s'est incrusté dans la boutique et a défié l'antiquaire. Frans Bogaert entre enfin en scène !

Troisième épisode de cette série policière passionnante, nous croisons ici une sombre intrigue qui baigne dans le sang, la vengeance et le mensonge. C'est toujours merveilleusement bien écrit, et cet épisode, contrairement à l'Orgue de Quinte, se déroule exclusivement à Bruges, dans la boutique de l'Arcamonde, Lauren, l'assistante qui est aussi le double parfait de Lauren Bacall, y est pleinement présente, forte de sa beauté mystérieuse et ses aphorismes. Par contre, point de détails supplémentaires quant à la disparition de l'épouse de Frans. Moi qui croyais qu'il s'agissait d'un fil rouge... Ceci n'altère pas le grand intérêt de ce feuilleton, qui plaira à tous les amateurs d'ambiance noire, érudite et délicieusement rétro.

 

Posté par clarabel76 à 14:45:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

12/12/09

Préparer Noël #6

Versailles, par Viviane Bettaïeb
illustré par Bruno Fourure
Gallimard jeunesse, Giboulées, 2009 - 12 pages - 18€

versaillesIl était une fois un petit pavillon de chasse qui appartenait à Louis XIII sur des terres réputées marécageuses et sablonneuses, à Versailles. Louis XIV, notre bon roi-soleil, a le goût de la chasse, du divertissement et de la grandeur. Il est passablement dégoûté du château de son surintendant des finances, Nicolas Fouquet, à Vaux-le-Vicomte, et brûle de jalousie de posséder un domaine aussi splendide, voire le plus beau et le plus magnifique de tous les châteaux. Il a vingt-trois ans, et ce que le roi exige, le roi aura.
Quelques suées froides plus tard, Colbert en mange son chapeau devant les sommes astronomiques à débourser, et quarante années défilent, les artistes de renom viennent tour à tour apporter leur pierre à l'édifice. Louis XIV et sa cour s'installent à Versailles dès 1682, au milieu des courants d'air et dans la poussière.
Mais le roi est content.
Ce fantastique ouvrage continue d'expliquer le déroulement de l'étiquette, la vie à la cour de Versailles, le protocole qui débute par le lever du roi, en prime la lecture nous offre la visite des jardins avec le Grand-Canal et ses gondoles vénitiennes, le bassin d'Apollon, le potager, etc.
Louis XIV s'éteint en 1715, son petit-fils lui succède. Pendant sept ans, le nouveau roi et la cour abandonnent Versailles pour Paris. A douze ans, Louis XV fait un retour sous le signe de l'extase : dans la galerie des Glaces, il s'allonge sur le parquet pour mieux admirer la voûte dont les peintures racontent l'histoire de son arrière-grand-père. Les courtisans, qui l'accompagnent, s'allongent aussi...
Durant le règne de Louis XVI et Marie-Antoinette, l'heure des dernières fêtes a sonné mais les monarques laisseront leur empreinte : le premier jardin à l'anglaise au Petit Trianon, le hameau de la reine, le petit théâtre où Marie-Antoinette aimait jouer la bergère ou la servante.
A votre tour de prolonger le plaisir de la découverte, des visites et d'admirer ce livre sous toutes les coutures. Je n'ai pas encore précisé qu'il s'agissait d'un livre-animé, de quoi vous offrir de superbes scènes comme celle-ci :

IMGP6992

L'ensemble est concis et magnifique, il divertit et instruit, de plus il est parfaitement accessible aux plus jeunes (sans limite d'âge).

Pour les amateurs, une autre idée de lecture pour rester dans l'ambiance versaillaise : Derrière la façade : Vivre au château de Versailles au XVIIIe siècle de William Ritchey Newton (Perrin, 19€).

derriere_la_facadeprésentation de l'éditeur : Versailles symbolise le faste et la puissance royale. Mais derrière l'or, les miroirs et le marbre, s'enchevêtrait un labyrinthe de 226 appartements où un bon millier de personnes devait trouver un lit, se nourrir, se laver et se chauffer. C'est cet univers où la promiscuité le dispute à la crasse et aux odeurs nauséabondes qu'explore William Ritchey Newton, spécialiste de la Cour de France. Il décrit la course aux logements, les aménagements de fortune pour les cuisines et les rares salles d'eau, la lutte quotidienne contre l'humidité, l'enfumage et les dangers d'incendie. Son livre fourmille d'anecdotes sur les embarras de ce gigantesque caravansérail, les plaintes ou les requêtes des courtisans, les travaux exécutés en urgence et l'inépuisable course au financement du tonneau des Danaïdes qu'était le château. En ressort une étonnante et vivante chronique de la vie quotidienne à Versailles, tenant plus du parcours d'obstacles que d'un séjour de rêve dans le palais du plus grand souverain d'Europe.

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

11/12/09

De grâce et de vérité ~ Jennifer Johnston

10-18, domaine étranger, 2009 - 218 pages - 7,90€
traduit de l'anglais par Anne Damour

de_grace_et_de_veriteSally, comédienne, rentre chez elle à Dublin pour profiter de son congé après une tournée triomphale mais épuisante, c'est alors que son mari Charlie lui annonce qu'il la quitte. Le coeur brisé, elle le met à la porte, se réfugie sous la couette ou s'isole devant son téléviseur à regarder la guerre, comme elle dit. Son voisinage veille sur elle, les enfants bruyants tapent du ballon, une copine lui remonte le moral autour d'un verre de vin, son agent la pousse pour signer un nouveau contrat à New York, sa belle-mère lui remonte les bretelles au téléphone, Sally dit stop.

Aussi, pour faire table rase du passé, elle décide d'affronter monsieur l'évêque, son grand-père, avec qui sa mère était fâchée. Sally souhaite lui tirer les vers du nez, qu'il lui avoue les secrets de famille, à commencer par qui était son père. Sa mère Ruth l'a élevée seule, en lui interdisant toujours de poser trop de questions, ce silence a fini par empoisonner la vie de tous.

Jennifer Johnston est une brillante romancière. Ce que j'apprécie dans ses livres repose dans son ambiance irlandaise, cette fois pas de pub, pas de pluie (ou très peu), pas de solitude avec acharnement du sort, mais bien évidemment une maison dont le charme opère comme un cocooning, un personnage féminin au caractère affirmé, une histoire pas folichonne et encore moins palpitante. A quelques exceptions près, ce sont toujours les mêmes ingrédients et c'est ce que j'aime le plus retrouver. Ce roman, de grâce et de vérité, porte très bien son titre, l'histoire agit tout en séduction, doucement mais sûrement, j'ai aimé son rythme, les personnages qui pourraient en glacer plus d'un, par contre j'ai été un peu rebutée par ce qu'on y apprend à la fin, même si je n'ai pas été surprise non plus, en fait j'ai regretté qu'on bascule aussi inévitablement dans la facilité.
Discutable, donc.

Du même auteur, s'il fallait vous conseiller un titre pour mieux découvrir Jennifer Johnston, je ne peux que vous recommander Petite musique des adieux.

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :


10/12/09

Un cadeau du ciel ~ Cecelia Ahern

Flammarion, 2009 - 350 pages - 19,90€
traduit de l'anglais par Cécile Chartres

un_cadeau_du_cielVous êtes à la recherche d'un conte de Noël ? Lisez ce roman de Cecelia Ahern, sinon passez votre chemin (ou vous risquez une crise de diabète).
Tout commence dans un commissariat de police, le sergent en tête-à-tête avec celui qu'on nomme le garçon à la dinde, va lui raconter l'histoire d'un type - Lou Suffern, une trentaine d'années, fringant jeune loup aux dents longues, toujours entre deux rendez-vous, ambitieux et sans scrupule, à tel point qu'il en oublie sa petite famille, son épouse, leurs deux enfants, en plus de ses parents, sa soeur et son mari, bref Lou est branché sur cent mille volts, pas le temps de souffler, pas le temps de profiter de la vie qu'il se construit.
Sa rencontre avec Gabe, un sans-abri qui squatte en face de son entreprise, va changer la vie de Lou. Il perd quinze précieuses minutes à discuter avec lui, lui offre un café puis lui propose un job. Gabe est un jeune homme étrange, mystérieux, il sait des choses, il anticipe les actes et pensées des autres, il est toujours là où on ne l'attend pas, mais sa présence ne paraît jamais inopportune. Ce type a un don, c'est un cadeau du ciel, se dit Lou, de plus en plus perplexe.
Du côté du lecteur, on se dit que Gabe est un ange. On se gausse, on a le sentiment d'avoir déjà tout compris, c'est bon, emballé, pesé, vendu. Mais ne nous précipitons pas. La couverture est jolie, l'histoire pas bien désagréable à lire, fluide et prenante, d'ailleurs cela se lit très vite, hélas ceci n'enlève pas la sensation que tout reste prévisible, même la fin est agaçante. Du pathos facile et bon marché, tsss. Dommage.
Toutefois, j'ai aussi trouvé que c'était une lecture toute douce, réconfortante, qui vous rappelle combien il faut vivre l'instant présent et prendre le temps de profiter des petits bonheurs de la vie. Il y a la magie de noël, d'où mon avertissement, si vous êtes allergiques aux bons sentiments, filez vite, vous vous êtes perdus entre ces lignes, vous n'avez pas votre place. 
C'est le deuxième livre que je lis de Cecelia Ahern, après La vie est un arc-en-ciel (que j'ai largement préféré !). 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

09/12/09

Préparer Noël #5

 

******

Bon anniversaire princesse ~ Chamo

bon_anniversaire_princesseCouverture hyper sucrée, couleurs acidulées, hmm attention à la dégoulinade de guimauve, pense-t-on. Et l'histoire de nous surprendre : Au coeur d'une contrée ravissante, dans une vallée verdoyante, vivait une princesse gracieuse à la chevelure soyeuse. Et blablabla. Un summum de niaiseries, soupire-t-on. C'est alors que des petites fenêtres magiques se découvrent et donnent lieu à une histoire tout à fait différente : la contrée est finalement répugnante, la vallée dégoûtante, la princesse crâneuse et sous la perruque se cache un maigre cheveu dressé ! Malheur à ceux qui pensaient lire un conte gentillet, potentiellement lisse et ennuyeux, car cette double lecture relance l'intérêt, fait sourire et déclare ouverte la chasse aux nombreuses surprises. Armez-vous d'un sens de l'observation affûté pour prendre d'assaut ce livre flip-flap au graphisme actuel et à l'humour décapant.

Gallimard jeunesse, Giboulées, 15€

 

******

 

Un baiser à la figue ~ Raphaële Frier
illustrations de Clotilde Perrin

un_baiser_a_la_figueFestival de couleurs et de senteurs pour ce merveilleux album ! Au centre, monsieur Cyril souffre de solitude et ne sort jamais de chez lui car tout le monde se moque de lui à cause de son appendice nasal d'une longueur disproportionnée. Et pourtant, monsieur Cyril possède un talent caché : le temps d'un frisson, le nez baignant de ravissement dans un tourbillon de parfum (de café, pour commencer), les yeux brillent, les cheveux frisent, la peau frissonne et le coeur gonfle. Aussitôt, monsieur Cyril se sent inspiré et se met à peindre, peindre, peindre sans arrêter. Ses tableaux sont d'une beauté stupéfiante, il les accroche sur son balcon lorsque la jolie Roxane s'enhardit à toquer à sa porte. Elle désire connaître ce peintre exceptionnel, qu'importe son physique pas banal (de l'avis des badauds), Roxane est sous le charme. Elle découvre également le secret de monsieur Cyril, lui offre alors la chance unique de sortir de sa coquille et de trouver l'extase sous un figuier... Un baiser à la figue, rien que le titre, c'est déjà tout un poème !
L'histoire est vraiment très belle, admirablement écrite, presque sensuelle dans la description des sensations (olfactives ou visuelles). Les dessins de Clotilde Perrin complètent la fascination (finesse, élégance, tout y est !). Bref, l'opération séduction est bien en place. Impossible de résister... c'est beau, tout simplement.

Mango jeunesse, 12,50€

******

Céleste - Une étoile dans la nuit ~ Gaëlle Callac
illustrations de Marie Desbons

celesteCéleste est une allumette qui rêve de briller de mille feux.  Elle s'ennuie dans sa petite boîte auprès de ses copines, cela ne vaut pas les promesses d'un scintillement, d'une bravade, d'une exception, de la splendeur. Céleste a des envies incandescentes, elle s'imagine être une étoile dans la nuit, sauver les âmes en détresse, apporter de la chaleur et du réconfort, elle frémit de finir déchiquetée, cassée, piétinée sans même avoir flambé (c'est déjà arrivé à ses comparses !). Céleste attend que sa bonne étoile se mette à scintiller, tel un diamant ou une star de cinéma, elle aimerait briller pour l'éternité.
Hommage à la petite fille aux allumettes, bien évidemment. C'est néanmoins beaucoup moins triste, ouf, puisqu'on suit l'ambition secrète de la petite allumette avant sa rencontre avec la fillette. Et même la fin est toute belle, on sent le souffle d'espoir, la promesse d'une éternité.
Dans ce livre, place aux rêves de grandeur et aux douces illusions. Marie Desbons y apporte son grain de sel grâce à ses illustrations colorées et poétiques, en accord parfait avec le texte, ou qui le transcendent carrément, et puis les petites allumettes avec leur capuche rouge sont vraiment très mignonnes.
La suite, ça se passe en lecture... lisez, admirez, saoulez-vous de bonheur.

Le Buveur d'encre, 15€

******

L'orage magique ~ Gudule
illustrations de Caterina Zandonella

lorage_magiqueUn petit garçon est surpris par un orage alors qu'il se promène dans la forêt. Il trouve un abri sous un arbre, au même moment un éclair strie le ciel et le garçon se retrouve de la taille d'une fourmi. Lui qui rêvait se réfugier dans une coquille d'escargot trouve enfin son bonheur. Une coquille digne d'un palais de conte de fées, avec des gourmandises pour tuer le temps. C'est la belle vie, mais une visite impromptue brise cette tranquillité. Il est temps de sortir de sa coquille, et un nouvel éclair vient rendre la taille humaine du garçon. Il découvre alors une demoiselle qui faisait la cueillette des escargots, elle est aussi étonnée que lui de le découvrir, puis d'apprendre son aventure. Soudain, tous deux se surprennent de rêver à l'unisson pour s'isoler dans cette coquille, ils savent aussi qu'il suffit d'attendre... le coup de foudre !
Délicieux, délicieux, délicieux.
Et puis, charmant.
Je voulais compléter cette sélection avec cet album aux couleurs de guimauve. De plus, l'histoire de ce coup de foudre me rappelle d'autres petits couples, comme Sidonie et Marius ou Zazie et Max, et j'en oublie.

Mic_Mac, 9,90€

 

Kérity, La maison des contes

J'avais très envie de voir le film d'animation de Dominique Monféry, illustré par Rebecca Dautremer, en voici la bande-annonce :

 

 

... et c'est finalement grâce à l'album, sur un texte d'Anik Le Ray que j'ai découvert Kérity.

Il s'agit plus vraisemblablement d'un accompagnement au film, car ce livre est une version illustrée en petit format et à petit prix de l'histoire, de quoi donner un aperçu pour ouvrir l'appétit. De vous à moi, j'ai néanmoins trouvé que c'était très frustrant ! Il serait préférable de connaître avant tout le film, puis de se tourner vers les livres pour prolonger la magie.

L'histoire : après  la mort d'Eléonore, le jeune Natanaël hérite de toute la bibliothèque de la vieille dame. C'est un lieu magique, où l'enfant a passé de longues heures à écouter les histoires lues à haute voix par Eléonore, mais ce présent aujourd'hui l'écrase car Natanaël ne sait pas lire, il ne se sent pas à la hauteur d'un tel don. Aussi, parce que sa famille a un besoin pressant d'argent, le garçon propose de vendre tous les livres de la bibliothèque. Peu de temps après, il découvre - trop tard - que les livres sont vivants, que tous les personnages des contes sont des compagnons charmants et farceurs et qu'ils sont désormais sous la responsabilité de Natanaël. Il faut qu'il lise une phrase magique pour maintenir la petite flamme, ou sinon toutes les histoires vont être effacées.

En comprenant que l'enfant vient de les vendre, les héros se rebellent, Carabosse lui lance un sort et N. devient haut comme trois pommes. De plus, Natanaël n'a pas été capable de prononcer la phrase magique, tous les espoirs semblent être perdus. Les livres sont condamnés, les histoires vont s'éteindre.

Le garçon et tous les héros des contes vont être emmenés chez l'antiquaire, à partir de là il n'y a plus d'autre issue que s'enfuir, retrouver la bibliothèque, sauver les livres, sauver les contes et retrouver sa forme humaine (et pourquoi pas, savoir lire aussi !).

Cette histoire possède de nombreux atouts pour séduire les lecteurs bambins, et savoir Rébecca Dautremer au générique ne peut qu'attirer les plus curieux (c'est vrai que c'est de toute beauté !). Mais cette version abrégée de l'histoire n'offre pas assez de place à la magie, aux rêves et à l'imagination... je vous conseille les albums ci-dessous, peut-être sont-ils plus consistants.

Flammarion, 2009 -  24 pages - 8,90€
Existe aussi Le grand album du film (13€) et Le grand album du film + 1CD audio, texte raconté par Julie Gayet (16€).

   kerity_1   kerity_2

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

08/12/09

Les extraordinaires aventures d'Alfred Kropp ~ Rick Yancey

Folio junior, 2009 - 350 pages - 7,10€
paru en Hors-Série en 2006 (la couverture était mieux !)
traduit de l'anglais par Jean Esch

J'ai souvent lu des romans d'aventure où le héros était un type charmant, courageux, intelligent, bref un surhomme qui ne peut exister que dans la fiction. Soupirs. Avec Alfred Kropp, la vérité est enfin avouée : aucun glamour, beaucoup de maladresse, un esprit pas très vif, un coeur gros comme ça, un bon gros nounours au physique hors du commun, et malgré tout, beaucoup de charisme, de l'humour malgré lui et une cascade de péripéties à suivre les cheveux au vent. Visez la couverture d'un mauvais goût assuré, sic, mais je suis sûre qu'elle branchera les jeunes lecteurs avides de sensations fortes (bon, je dis ça en toute innocence, accro aux jamesbonderies, je trouve que l'histoire ici s'inspire des clichés du genre, en plus de bonnes trouvailles et de mélange du genre, attendez que je développe, bref tout un programme !).

alfred_kropp_poche

Alfred Kropp a quinze ans. Il n'a jamais connu son père, sa mère est décédée d'un cancer, il a été recueilli chez son oncle (quarante ans, célibataire, gardien de nuit pour l'homme le plus riche de la ville), il déteste le foot, il n'a pas d'amis et encore moins de petite amie. Le parfait type de la loose.
Mais imaginez que son oncle et lui, contre un million de dollars, sont prêts à dérober une épée, tombent alors nez à nez avec trois moines armés d'une épée (décidément !) et mettent les pieds dans un beau traquenard... Car cette épée serait celle du roi Arthur et la rencontre avec Bennacio, le dernier chevalier, va entraîner Alfred, au volant d'une Ferrari Enzo, vers une palpitante course-poursuite depuis le Tennessee jusqu'au Canada, via l'Europe et le fantastique site de Stonehenge.
Au tournant, on trouve de la bastonnade, des crimes commis de sang-froid, de la fourberie, en plus de l'appât du gain, et en même temps se mêlent les légendes arthuriennes, la chevalerie, Excalibur, le code de l'honneur et de la loyauté, le courage, la fraternité, l'amour et mon coeur palpite à cent à l'heure.
Les Suzuki Hayabusa et les hélicoptères noirs peuvent pleuvoir et arroser l'intrigue en donnant dans la surenchère racoleuse, cela m'importe peu car j'ai tout lu d'une traite, j'ai beaucoup aimé, l'action est prenante, les personnages ne manquent pas de charme, il y a aussi beaucoup d'humour et Alfred Kropp prouve qu'un garçon ordinaire peut devenir un héros extraordinaire, et plus encore.
La fin suppose que Kropp will be back !

 

Posté par clarabel76 à 15:15:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

07/12/09

La Quête d'Ewilan, D'un monde à l'autre ~ Pierre Bottero

Rageot poche, 2007 - 280 pages - 7,50€
couverture : Jean-Louis Thouard

ewilan_couvEst-il encore besoin de présenter cette série ?
Ewilan, jeune héroïne de treize ans, est en fait Camille, une adolescente brillante, qui a été adoptée et qui vit dans une famille très riche mais pas très affectueuse. Sa vie est partagée entre l'école, où elle s'ennuie car son intelligence hors norme l'isole du reste de la classe, et la maison où elle est tenue de rentrer à l'heure, de ne pas bouger une oreille et de vouvoyer ses parents. Heureusement, elle peut compter sur Salim, son meilleur ami, seul véritable confident et soutien moral.
La vie de Camille bascule le jour où elle fait un pas de côté. Elle se retrouve alors dans une dimension fantastique et médiévale, où la jeune fille prend connaissance de ses véritables origines. En fait, elle possède le Don du Dessin et a un rôle à jouer pour sauver l'Empire de Gwendalavir de la menace ts'liche.
Ce premier tome installe les personnages, les lieux, le contexte et la mission de cette jeune héritière. D'habitude, c'est toujours un peu lent et on attend que ça se mette en place tout de suite pour entrer dans le vif du sujet, ma foi, c'est ce qui me surprend avec ce livre car l'action est bien présente, d'instinct et en force. On ne s'ennuie pas un instant, l'histoire coule tranquille, on tourne les pages avec un sourire de ravissement, on s'éprend tout doucement des héros, on frémit juste ce qu'il faut, on ne se triture pas les méninges pour comprendre les enjeux de l'intrigue, tout est opérationnel, fonctionnel et j'en passe.
J'avais très envie de lire cette série depuis des années, j'ignore pourquoi j'ai toujours remis à plus tard, et maintenant je me rends compte qu'il faut vivre dans l'instant parce que la vie est fichtrement trop courte.
Bref, n'hésitez pas à confier cette série à ceux qui sont fâchés avec la lecture, je n'en suis qu'au début mais je sens qu'elle est plus que passionnante !

A suivre : Les frontières de glace - L'île du destin.

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : ,