21/01/10

Les Demoiselles du Palais-Royal ~ J. Esther Singer

Seuil, 2009 - 288 pages - 12€
illustrations de Natacha Sicaud

Les_demoiselles_du_Palais_RoyalCette série historique pour les lectrices de 12-14 ans est absolument fraîche, divertissante et très agréable à lire. Elle s'inscrit dans la veine des Annie Pietri (Les Orangers de Versailles) et Anne-Marie Desplat-Duc (Les Colombes du Roi-Soleil). L'histoire se passe sous la Régence, en 1718. Les héroïnes sont quatre cousines issues de la bonne société - les jumelles Henriette et Héloïse de Gaumont, et les soeurs Bertrade et Blanche de Pontivy. L'histoire raconte comment Héloïse et Henriette vont, un peu malgré elles, devenir les espionnes à la solde du Régent et déjouer le complot contre le jeune roi Louis XV.
L'auteur s'est attachée à beaucoup détailler le contexte historique en plus des personnages avec un soin proche de la pédagogie. C'est d'ailleurs juste l'infime défaut que je pourrais lui reprocher, ce souci de présenter pénalise légèrement la fluidité du romanesque. Les héroïnes sont charmantes, les situations qu'elles vivent sont peu crédibles et l'inéluctabilité des intrigues nous sautent vite aux yeux. Néanmoins, cela reste un bon moment de lecture, j'ai beaucoup aimé l'écriture de J. Esther Singer, la légèreté des demoiselles et leurs traits terriblement typés (l'une est frivole, l'autre se passionne pour l'étude, encore une autre est pieuse et la quatrième totalement transparente !).
On retrouve dans ce livre les qualités et défauts du genre, car la série se veut à la fois instructive et distrayante. On brasse les complots, les soupirants, les projets de mariage, l'ordre de la Mouche-à-miel, les morts mystérieuses et l'exil avec la même évidence, ou limpidité. Je me répète, mais j'ai trouvé cette série absolument charmante ! Et la couverture est bien jolie.
A signaler la parution rapprochée des deux tomes suivants : le deuxième en mars 2010 et le troisième cet automne.

 


L'incroyable voyage de Jeanpoté ~ J.M. Trewellard

illustrations de Ian Beck
Pocket jeunesse, 2009 - 210 pages - 12,50€
traduit par Sidonie Mézaize

voyage_jeanpot_Voilà un petit roman charmant, drôle et merveilleusement illustré par des ombres chinoises, à conseiller aux lecteurs dès 8-9 ans, même si 200 pages de lecture peuvent rebuter certains, l'aisance et la clarté d'écriture dans ce récit, très largement illustré en plus, noiera facilement le poisson.
L'histoire est celle de Jean, un garçon d'écurie rêveur et amoureux de la belle princesse, mais Jean est maladroit et empoté, on le surnomme Jeanpoté pour se moquer de lui et le garçon ne le supporte plus. Il voudrait prouver qu'il a l'étoffe d'un chevalier, et l'occasion va hélas se présenter lorsqu'il assiste au kidnapping de la princesse par un nuage noir magique. Le roi envoie ses meilleures troupes pour sauver sa fille, tandis que Jean doit rester au château. Il décide alors de constituer sa propre troupe de vaillants héros - Truffe, le chien et Dolly, le cheval - pour retrouver lui-même sa princesse.
Un petit détail, en passant : dans l'histoire, les animaux parlent ! Truffe est un éternel bougon qui appelle Jean à plus de prudence, Dolly est placide, gentille et confiante. Tous les trois ne sont pas impressionnants, pas très forts, pas très bien équipés non plus, mais ils vont prouver que ce ne sont pas simplement les armes qui font la force. En route, ils vont s'allier avec d'autres compagnons - une loutre, un cochon, une vache, une souris, une alouette et un renard. Et de fil en aiguille, ils commencent à dresser le portrait du ravisseur de la princesse - des ailes, des griffes... Brrr. La fin de la mission va mettre à l'honneur la bravoure et l'intelligence de Jean, lequel aura toutes les raisons du monde pour ne plus être appelé Jeanpoté après cette aventure, ou sire Jeanpoté s'il vous plaît !
C'est sans nul doute un bon petit roman qui traite d'amitié et de camaraderie, avec un zest d'humour, de très belles illustrations et une histoire qui fleure bon le conte façon les musiciens de Brême (pour le côté, animaux qui parlent et qui partent à l'aventure).

 

Posté par clarabel76 à 11:15:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

20/01/10

La voix du diable ~ Sylvie Brien

Gallimard jeunesse, coll. Hors-Piste, 2010 - 160 pages - 8,50€

voix_du_diablePetite frustration en découvrant ce quatrième tome des enquêtes de Vipérine Maltais, l'illustrateur n'est plus Gianni De Conno mais Nicolas Thers, et j'avoue que cette couverture n'a plus le même charme, ça manque. Dommage.
Heureusement le contenu du roman est toujours égal à lui-même : notre petite élève du couvent Sainte-Catherine est appelée à la rescousse pour résoudre la mort d'un journaliste, Honorius Sarfato, qui a été retrouvé raide dans un bain public. Direction, donc, la ville de Québec et les yeux de Vipérine sont éblouis ! Accompagnée de sa grand-tante, qui va réceptionner le contenu de son petit soulier (un side-car Harley Davidson !) à la barbe de tous, Vipérine va mener son enquête et résoudre l'affaire comme à son habitude - en un final digne des romans d'Agatha Christie, puisqu'elle réunit tous les suspects et expose les faits point par point avant la sentence implacable !
Je suis une lectrice passionnée et enthousiaste des enquêtes de Vipérine Maltais, j'apprécie l'écriture de Sylvie Brien, l'ambiance de ce Québec des années 1920, les réflexions pertinentes et les flèches bien senties des demoiselles contre l'époque qui refusent liberté et droits à la femme, en cela je suggère aussi aux lectrices de se pencher sur la série de Nancy Springer avec Enola Holmes, la pseudo petite soeur du grand détective.
C'est une série intelligente, avec du suspense, des personnages hauts en couleur et très attachants, un peu d'humour, beaucoup de répartie, les filles mouchent facilement les garçons trop insolents, la prise de conscience de l'injustice quant à l'éducation des demoiselles prend d'ailleurs de plus en plus de place, c'est très bien, et en même temps l'intrigue policière est présente, pas un temps mort, de l'action sympathique, la bonne soeur en side-car dans les rues de Québec, par exemple, c'est vraiment drôle ! Enfin, c'est un rendez-vous toujours appréciable, mais j'aimerais qu'on repêche Gianni De Conno pour ses illustrations, c'était un plus qui ne comptait pas pour des prunes, merci !

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19/01/10

Les Tartines au kétcheupe ~ Marie-Sabine Roger

Ce matin, je suis drôlement pas content. J'ai raté mon dessin animé, et maman m'a pas fait mes tartines.

tartines_au_ketcheupeOuhlala, comment vous parler de ce petit roman ? Petit par la taille, petit en pages, seulement 95, mais costaud en émotion, en message caché, en tout ce qu'il représente sans jamais nommer. Mes aïeux, c'est terrible ! Cela commence presque innocemment, c'est l'histoire d'un petit bonhomme, Nicolas, qui est en maternelle. C'est une petite terreur, il tient tête à la maîtresse, il fait peur à ses camarades pendant la récré, il ne travaille pas, il ne fait que ce qu'il veut, il gribouille au lieu de dessiner, il est le champion toutes catégories en indiscipline, et pourtant la maîtresse avec ses grosses lunettes soupire, sourit et lui ébouriffe les cheveux (et ça aussi, ça l'agace !). Nicolas est un enfant qui déborde d'énergie, c'est aussi un rêveur, il aime se perdre dans sa tête et se raconte des histoires avec Petit Toiseau et Fourmisseau, d'ailleurs ce sont ces dialogues qui commencent à mettre la puce à l'oreille, parce que la véritable histoire de Nicolas n'est vraiment pas rose. Chez lui, ça crie, ça hurle, ça tape, ça vole, il le dit franchement : c'est lui le champion du monde de vol sur baffe. (Sic) Les adultes ont l'estomac retourné, on le sent bien, mais notre petit champion ne s'en mord pas les doigts pour autant, il est d'une insouciance salvatrice et c'est tant mieux, son frère d'ailleurs lui dit : T'as drôlement de la chance, d'être petit. Tu fais rien qu'à t'amuser. Comment vous dire, donc ? Ce roman a tout pour être insurmontable, difficile, terrible et injuste, frustrant aussi parce que c'est une montagne d'impuissance qu'on nous envoie en pleine figure, mais malgré tout c'est un roman qui reste drôle, détaché, léger, attachant parce que ce petit narrateur haut comme trois pommes nous donne une leçon de vie qui nous désarme en même temps qu'elle nous charme.
Ce livre a été édité pour la première fois par Nathan en 2000.

-> on se retrouve,  Mel (complètement bidonnée) +  Gaelle  (qui le juge indispensable)

DACODAC AU ROUERGUE, 2010 -  95 pages - 6,50

J'aime beaucoup la couverture !

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

18/01/10

Envoûtement ~ Carrie Jones

City Editions 2009 pour la traduction française
Publié aux USA sous le titre Need par Bloomsbury
traduit de l'anglais par Philippe Vigneron
380 pages - 17,90€

envoutementDepuis la mort de son père, Zara  a sombré dans une grave dépression. Incapable de lui redonner le goût de vivre, sa mère choisit donc de l'envoyer chez sa grand-mère à Bedford dans le Maine. C'est une petite ville plantée à l'orée de la forêt, il y fait très froid, il y neige très souvent et l'accueil qu'on lui réserve est extraordinairement hystérique (ou frise l'excentricité). Du moins, c'est ce que la jeune fille perçoit, complètement engourdie par sa tristesse et ses phobies qu'elle collectionne à la pelle. Elle ne se plaît pas à Bedford, elle en veut à sa mère, elle traîne un bourdon gros comme une noix, malgré tout le lycée lui apparaît chaleureux et convivial, sentant bon le sirop d'érable, et tous les garçons sont grands, beaux, athlétiques et portent des bottes sans paraître nigauds.

Et puis, il y a cet homme au capuchon noir qui semble poursuivre Zara. La première fois, c'était à Charleston, le jour de la mort de son père. Au début, elle pensait que c'était son imagination, puisqu'elle était totalement à côté de la plaque. Et puis, à peine arrivée dans le Maine, Zara est surprise de le revoir avec sa grand-mère, qui lui apprend dans la foulée qu'un lycéen vient de disparaître et qu'il serait plus prudent pour Zara de ne pas sortir seule le soir ni de se rendre dans la forêt. Un midi, au lycée, la jeune fille surprend encore cet inconnu qui la pointe du doigt. Pourquoi elle, que lui veut-il, les questions commencent à tourbillonner dans la tête mais les réponses risquent de ne pas être à la hauteur de ses espérances.

Ce roman a été une vraie bonne surprise (je m'attendais tellement à être déçue) ! Le style est plat et parfois affreux, je ne sais pas si c'est la faute d'avoir lu le roman en français (mais servir le verbe kiffer par exemple, non vraiment ça ne le fait pas !), l'histoire encore une fois n'est pas nouvelle, c'est un condensé de tout ce qu'on commence à connaître, d'ailleurs c'est une approche déplorable de décréter que ce livre a de l'ADN de twilight, les éditeurs devraient comprendre que les lecteurs de plus en plus se méfient des comparaisons, et ainsi nous épargner l'affreux bandeau rouge et ce titre, non vraiment...

Les amateurs du genre apprécieront de renouer avec un univers de créatures fantastiques doublé d'une intrigue avec romance, action, suspense, tension et émotion à la clef, en sachant que ce n'est pas ce qui manque en ce moment ! Non, je ne me lasse pas, je fais le tri, je lis, je ris, je zappe, j'exulte, je râle, je soupire et puis j'oublie. Ce roman de Carrie Jones est tout simplement agréable, distrayant, facile à lire. C'est du guilty pleasure, ni plus ni moins !

La suite : Captivate (vient de sortir aux USA).

the Dark Side challenge - 2

the_dark_side_challenge

Posté par clarabel76 à 15:30:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , ,


16/01/10

Deadly Little Secret ~ Laurie Faria Stolarz

A Touch novel #1

deadly_little_secretPublished by Disney * Hyperion Book, 2008 - 252 pages.

Ce qui va suivre va probablement vous rappeler une certaine histoire archi connue : sur le parking de l'école, Camelia est sauvée in extremis par un inconnu alors qu'une voiture fonçait droit sur elle. Ce type lui touche le ventre puis s'enfuit. Trois mois plus tard, Camelia le retrouve dans son lycée. C'est le nouvel élève, il s'appelle Ben et il a une réputation affreuse. On raconte qu'il aurait poussé sa petite amie du haut d'une falaise, horreur ! Seule Camelia lui accorde le bénéfice du doute, elle tente de l'approcher pour le remercier de lui avoir sauvé la mise mais Ben la repousse et prétend que ce n'était pas lui, qu'elle se trompe. Vlan.

En cours de sciences, que retrouvons-nous ? Camelia et Ben, partenaires de labo ! Cela devient horriblement bateau, cette histoire de biologie au lycée. Nos jeunes ados américains n'ont-ils pas d'autres endroits pour se croiser, se toucher, se gêner, s'interpeller, se regarder du coin de l'oeil, s'horripiler, ou que sais-je. C'est passablement TOUJOURS la même histoire. Mais ne nous fâchons pas.

Donc, Ben et Camelia partagent la même paillasse. Ils se tiennent à distance, même si la demoiselle ne comprend pas pourquoi il la fuit à ce point. Et puis, arrive un léger incident lors d'une manipulation de produits chimiques et LE contact a lieu. Ben a posé la main sur Camelia, et alors là ... mazel tov ! Quelques jours après, son comportement change et il propose à Camelia de sortir ensemble. Malgré les conseils de ses amis de refuser et fuir ce type, elle s'y précipite et ne sera pas au bout de ses peines !

En parallèle de cette semi romance balbutiante, nous suivons aussi les pensées d'un tordu qui traque Camelia. Fou amoureux, il prend des photos d'elle, glisse les clichés dans sa boîte aux lettres, lui envoie des cadeaux et lui téléphone le soir. Qui est-il, que veut-il. Impossible de le savoir, car cet individu devient progressivement menaçant par son insistance. Camelia est en pleine panique, doit-elle se méfier de Ben qui vient de lui annoncer qu'elle est en danger de mort. Est-ce lui l'inconnu qui la harcèle ? Soudainement, la vie de Camelia prend un tour plus sombre et vraiment flippant. Même dans sa maison, elle ne se sent plus en sécurité, elle ne sait plus à qui faire confiance, et Ben a une attitude inquiétante, c'en est trop, elle choisit de se tenir à l'écart. La menace, alors, devient plus oppressante.

Voilà un vrai roman à suspense, teinté d'un zest de fantastique, alors qu'aucun réel élément surnaturel n'intervient ! ... C'est le flip total, l'angoisse de partager la vie de cette lycéenne qui soudainement perd pied, tombe amoureuse, se découvre en danger, se méfie de son petit copain puis doute de tous ses acquis. Le lecteur est lui-même dans la confidence du maniaque, à surprendre ses pensées, sans jamais se douter de sa réelle identité. Plusieurs intervenants dans l'histoire ont la légitimité d'être suspectés, autant dire que le final est assez bluffant !

J'ai bien aimé, même si je reconnais que ce roman n'est nullement original. Actuellement cela devient difficile de trouver une histoire sans élément déjà lu ou déjà vu, même si la plupart du temps c'est assez innocent et - j'imagine - accidentel. Je me suis faite cette réflexion alors que j'étais plongée dans ma lecture, j'étais à mi-parcours et soudain j'ai soupiré. Certains trouveront la relation entre Ben et Camelia absolument poignante, c'est vrai qu'au début j'avais un bon a priori sur ce garçon, du charme, du mystère, et seul contre tous, j'adore ça !!! Mais à la longue, leur histoire de je-t'aime-mais-c'est-impossible-entre-nous-car-trop-compliqué a aussi fini par me planter un couteau dans le coeur. Allons, allons mes agneaux, vous n'allez pas me servir la même sauce ? ... Bah si.

Sur ce, je lirai très probablement la suite, Deadly Little Lies,  car Laurie Faria Stolarz s'est révélée à moi avec sa série Bleu Cauchemar - dont le premier tome m'avait moyennement emballée, par contre j'ai beaucoup aimé le deuxième : Blanc Fantôme. Cela signifierait qu'elle est - pour moi - l'auteur de la deuxième fois ! ... Allez, j'y crois. :))

Verdict : Deadly Little Secret est un bon roman, que j'ai pris plaisir à lire. Cependant, rien n'est nouveau non plus dans ce livre.

challenge Lire en VO - 7

LireEnVo

Posté par clarabel76 à 12:15:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

15/01/10

La disparition de Paris et sa renaissance en Afrique ~ Martin Page

 

Avec un titre pareil, le roman de Martin Page nous fait sourciller et sourire gentiment. Alors donc, c'est quoi cette farce ? Il faut l'ouvrir pour le croire et, s'appuyant sur les écrits de l'auteur, il faut donc s'attendre à un texte fou, incontrôlable et pourtant bien sage, bien réaliste, tout à fait possible et envisageable, et fatalement pas si tordu que ça !

Qu'on explique le commencement : une dame de soixante-dix ans reçoit un coup de matraque sur la tête, elle tombe dans les pommes et est hospitalisée en urgence. L'autre souci, c'est qu'il s'agit de Fata Okoumi, une femme d'affaires en visite à Paris, elle est très riche, influente et noire. L'affaire fait grand bruit et le maire de Paris est dans ses petits souliers. Il convoque toute sa clique pour calmer le jeu, pour préparer des discours pompeux et ennuyeux pour rétablir l'ordre et le respect, pour cirer les pompes de la victime et lui présenter toutes les excuses afin d'effacer cette bavure policière. Est donc désigné à cette mission notre narrateur, Mathias, quarante ans, une vie de patachon, célibataire, sans famille, sans enfant, sans animal de compagnie.

Il se rend au chevet de Fata Okoumi et tombe sous le charme. Elle est sonnée, elle balbutie quelques mots... elle souhaite faire disparaître Paris. Qu'est-ce que cela signifie ? Mathias n'a pas le temps d'en savoir plus qu'il est poussé vers la sortie, puis d'autres événements vont l'écarter toujours plus de Fata Okoumi, et lui reste seul avec cette terrible confession, sans queue ni tête. A partir de là, sa vie ne va plus vouloir se ranger dans sa petite case. C'est presque l'anarchie pour ce fonctionnaire qui s'est toujours tenu à distance des dossiers qu'il traitait, c'est bien la première fois qu'une telle masse s'abat sur sa tête ! ...

En quelques 200 pages, le roman va donc nous balader dans Paris, la ville lumière, la ville des philosophes, Paris, la ville faite pour la pluie et la neige, comme le souligne Mathias. Cette brutale confession de Fata Okoumi va prendre un sens aberrant dans la vie de cet homme, à qui soudainement des révélations vont lui être apportées, pas sur un plateau d'argent, car il lui en faudra du temps et des balades et des petits déjeuners dans le lit à se demander mais qu'est-ce qu'elle veut, ... bref c'est un roman que je n'arrive pas à qualifier, mais que j'aime parce qu'il est insensé, attachant, touchant, juste, mélancolique et rêveur. C'est aussi un roman qui parle d'amour et de sentiments, des émotions et d'accouchement, car Mathias va renaître et enfin réaliser que cette femme, Dana, qu'il voit toutes les semaines dans une chambre d'hôtel, depuis des mois, selon un rituel immuable et limite flippant, donc cette femme est bel et bien LA femme et qu'il n'est jamais trop tard pour se l'avouer !

Un autre roman de Martin Page vient de paraître en poche, chez points : Une parfaite journée parfaite. De quoi faire le plein pour découvrir cet auteur hors normes, dont j'ai d'abord appris à apprécier les écrits pour la jeunesse.
Voilà tout pour aujourd'hui, amis lecteurs !

disparition_paris Editions de l'Olivier, 2010 - 215 pages - 16,50 €

 

       une_parfaite_journ_e_parfaite  en poche ! 

   

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

14/01/10

La douane volante ~ François Place

Gallimard jeunesse, 2010 - 334 pages - 13,50€

La Bretagne, c'est ce grand bout de granit qui termine la France, à l'extrême pointe du continent : Finis Terrae, disent les savants. L'océan vient s'y fracasser. Les gens qui vivent là ont toujours eu de l'eau salée dans les veines.

la_douane_volanteGwen, quatorze ans, a failli mourir après une partie de pêche qui a mal tourné. Il doit la vie à la patience du vieux rebouteux, qui accepte de prendre le garçon comme assistant chez lui. Nous sommes en 1914, la guerre approche et le vieux Braz s'éteint. Gwen hérite de ses biens, mais aussitôt la jalousie s'allume dans le coeur des voisins. On murmure que le vieux rebouteux cachait un trésor, Gwen le Tousseux est pris pour cible, la nuit son jardin est visité, jusqu'au jour où le garçon tombe dans une embuscade, il sera tabassé, laissé pour mort et alors qu'il est dans les vapes, Gwen aperçoit l'Ankou qui l'emporte dans sa charrette noire.

Est-un un mauvais rêve ? Est-ce que le garçon est mort ? Lorsque Gwen revient à lui, il se trouve sur une plage, il y fait la connaissance d'un garde de la côte, Jorn, et il échappe à la douane volante en taisant les circonstances de son arrivée et de l'Ankou. C'est avec chaleur et grandeur d'âme que le garde l'accueille chez lui, à Waarn. La douce Silde, qui chante et danse du matin au soir, lui caresse les cheveux tendrement. Gwen se prend à rêver d'une vie meilleure... Mais l'illusion s'éteint lorsque le garçon découvre les coutumes de cette contrée (la célébration de la mort de Mère-Grand, une vieille tortue échouée qui agonise devant toute l'assistance avant de finir en viande grillée ... beurk !), puis les véritables intentions de Jorn sont enfin dévoilées.

J'admire la beauté du verbe, l'élégance et le classicisme de l'écriture, l'invention d'un monde perdu entre ici et ailleurs, la richesse des références, l'appui des légendes, l'inspiration qu'ont fait naître les tableaux de Van Goyen, peintre hollandais du XVII° siècle. Et pourtant, je suis restée en retrait. Je n'ai pas été transportée par ce roman, je l'ai bien aimé mais j'ai aussi éprouvé beaucoup de réticence. L'histoire m'est apparue froide, hermétique, très classique et rigoureuse, à l'image de cette peinture qui a été la petite étincelle pour titiller la muse de l'auteur. Je n'y ai pas été sensible, non. J'ai été bercée par les mots de l'auteur, mais ils n'ont pas su me faire rêver ou me transporter. Je suis restée de l'autre côté de la porte de bois, plantée entre deux talus sablonneux, je n'ai pas réussi à franchir le cap. Oui, je suis restée sur le seuil.

C'est un roman admirable, une oeuvre remarquable dans le domaine de la littérature jeunesse, et je suis reconnaissante à ce livre d'exister pour toutes les possibilités d'ouverture et de richesse qu'il va offrir aux lecteurs. On croirait un roman d'un autre temps, paré de ses plus beaux atours, servi à l'ancienne donc et saupoudré d'un zest de fantastique. François Place n'est pas ici qu'un nouveau romancier, il assoit sa réputation de conteur. C'est mérité, à chacun ensuite d'être sensible ou pas à la petite musique.

 

-> l'avis très enthousiaste d'emmyne et celui plus nuancé d'esmeraldae.

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

13/01/10

Joni et Vatanen : aventures

par Anne Cortey (texte) et Janik Coat (illustrations)

joni_et_vatanenCoup de coeur ! Coup de coeur !
Joni est un élan, il adore le jus de bouleau et chanter du matin au soir. Son rêve : devenir chanteur. (En attendant, il fera l'épouvantail en mangeant des cerises, un bon métier !) Son meilleur ami, Vatanen, est un lièvre, il est consciencieux, il bosse tout le temps, il aime dormir, avoir sa petite routine tranquille, planifier les choses, bref c'est l'opposé de Joni ! Mais tous les deux s'entendent à merveille, ils sont inséparables et souvent Vatanen ne refuse jamais de suivre Joni dans ses folles aventures.
Joni, par exemple, s'enthousiasme pour Tahiti et rêve de skier sur la mer gelée (on peut toujours espérer !)  pour rejoindre les vahinés. Ou Joni s'illustre comme le nouveau John Travolta qui se déchaîne sur la piste du bar local, Au Coin du Bois. Folle ambiance assurée, ça swingue, les clients entrent dans la danse et chacun se pare des guirlandes de noël, le tableau est génial, on rigole et voilà notre bon Vatanen qui vient casser l'ambiance. Trop, trop raisonnable, notre ami lièvre... (limite, rabat-joie, chut !).
Sur ce, je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans les cinq petites histoires de ce recueil vraiment drôle. On adore Joni et Vatanen, encore un couple d'amis inséparables totalement barré et attachant. J'espère que ce sera le premier livre d'une série ! Je l'espère très, très fort !!!

La phrase du moment :  Je voudrais un jus de bouleau avec plein de glaçons, s'il te plaît !
- T'en as pas marre, des glaçons ?
Non, moi, j'adore ça, été comme hiver. Et un jus de bouleau sans glaçons, ça ne rime à rien !
C'est comme un hiver sans neige !

-) ici, anne nous offre une très jolie présentation...

Bouge ton corps, Joni !!!! Feel the city breakin' and everybody shakin', people,
Stayin' alive, stayin' alive.
Ah, ha, ha, ha, stayin' alive, stayin' alive.

Albin Michel jeunesse, 2010 - 80 pages - 11,90€

Posté par clarabel76 à 15:00:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

Le curieux voyage d'un drôle de bus dans le monde fabuleux

par Thierry Laval

curieux_voyage_drole_de_busC'est un voyage extraordinaire, disons-le tout court. Un voyage à bord d'un bus rouge, conduit par un chauffeur absolument stoïque du début à la fin. Il pourra en croiser de toutes les couleurs, accueillir des voyageurs tous plus spéciaux, excentriques, réels ou imaginaires les uns que les autres, gravir des collines, des cols de montagne, voguer sur les mers, s'enfoncer à travers la planète, notre sympathique chauffeur poursuivra toujours plus loin sa belle lancée... à destination d'un monde fabuleux. Celui des rêves ? Celui de l'imagination ? Au lecteur d'opter pour la meilleure option. De plus, la lecture offre des surprises grâce au flip-flap - des petites cases s'ouvrent sous un dessin innocent et nous racontent une autre histoire (un procédé qui rappelle dernièrement l'album bon anniversaire princesse, de chamo). Cet album très coloré et un brin onirique, dont la douce naïveté pourrait rappeler les illustrations de Marc Boutavant, de loin, est un enchantement. On compte beaucoup de détails à chaque page, des éléments cachés qui se laissent découvrir après plusieurs lectures, et chacun se fait aussi sa propre interprétation de ce qu'il découvre. C'est un album curieux, drôle et fabuleux !

Gallimard jeunesse Giboulées, 2009 - 18 pages - 15,50€

Posté par clarabel76 à 13:15:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :