IMG_1910New York sous une bulle de verre. New York sous la neige. New York rêvé ou fantasmé. New York comme jamais on ne pourrait l'imaginer. Mais c'est le pari. Planter un décor mirifique où l'héroïne se réveille complètement sonnée. Elle a été renversée par la voiture d'un type très riche, qui propose de l'aider mais elle fuit et rentre chez elle. Là où elle se réfugie, la demeure est grande et belle, hantée par la présence d'un majordome. Encore une fois, le décor semble sortir tout droit d'un rêve. C'est beau, c'est sacré, c'est précieux. Un silence religieux y règne. On entend les pages du livre qui se tournent, la cuillère dans l'assiette à soupe, les ailes de l'inséparable qui se débat dans sa cage, les rideaux qu'on ouvre et qu'on ferme, le bruissement de la couette... C'est un roman très, TRES étrange. Les premières pages sont irréelles, mais fascinantes. Vraiment cette ambiance, c'est tout un poème.
Puis, l'histoire finit par prendre le dessus, et c'est un peu regrettable. Anna est une jeune fille délicieuse, qui ne se souvient plus de rien. Elle rencontre Wynter qui lui sort le grand jeu de la séduction, elle est touchée, troublée. Elle n'en oublie pas les étranges messages qu'elle reçoit, ils sont signés par le Masque. C'est un individu à la réputation sulfureuse. Toutes les polices sont à ses trousses, il est accusé d'avoir kidnappé et tué d'autres jeunes filles. Anna sera-t-elle sa prochaine victime ? Wynter a juré de la protéger.
Comment vous dire ? C'est un peu trop bizarre finalement. Le charme éthéré de l'intrigue a fini par s'étioler, ou par peser. A force de faire planer le doute, de dessiner ce décor enchanteur mais un poil oppressant, l'histoire en est devenue étouffante. De plus, j'ai rapidement cru comprendre où on voulait en venir (ce n'est pas marrant d'anticiper les fins à chute, moi je vous le dis). J'avais quelques soupçons, aussi le dénouement n'a pas suscité de vif émoi. J'étais lasse, à vrai dire. La magie du début a fini par se briser. Je suis déçue !

Bal de Givre à New York - Fabrice Colin
Albin Michel jeunesse (2010) - 294 pages - 13,50€

On retrouve ce livre un peu partout sur la toile. Prenez garde à ne pas trop chercher la petite bête sous peine d'être spoilés ! (Ce serait dommage.)