23/04/11

"It was just a kiss, but how I felt during it was startling. Overwhelming. New."

IMG_3566

Lauren Lee Smith trouve qu'elle porte un nom aussi sexy qu'un grille-pain ! Tout la consterne chez elle : elle est plate, insignifiante, quelconque et ordinaire. Terriblement ordinaire. Aussi, quelle surprise lorsque le beau gosse du lycée, Dave, craque pour elle ! Et depuis plus d'un an, c'est une affaire qui roule entre eux, ils s'aiment, ils incarnent le couple parfait, enfin Lauren est regardée, enviée, connue et reconnue.

Tout ceci n'est finalement qu'un leurre, et il lui faudra du temps pour qu'elle l'admette. Enfin, elle n'est pas idiote et sait que quelque chose cloche chez elle. Elle a tout pour être heureuse, alors pourquoi ne l'est-elle pas totalement ? Elle joue le jeu de la petite amie comblée, encore un peu sonnée d'avoir un type aussi extra à ses côtés, elle a été choisie parmi tant d'autres qui la jalousent. Mais bon, au fond d'elle ce n'est pas ça. Pas l'extase, pas le pied, c'est très loin du firmament.  C'est aussi une question de trouille, car renoncer à ce cadeau du ciel reviendrait pour elle à retomber dans l'anonymat et l'indifférence générale. Non, elle ne sent pas prête. Plutôt faire semblant. 

(Bon, son attitude de godiche s'explique aussi du fait d'une situation familiale compliquée, pour ne pas dire inexistante. Sa mère a quitté le foyer dix ans plus tôt, n'a jamais donné signe de vie, son père a ensuite collectionné les conquêtes, imposant ce choix de vie à sa fille, qui n'en pouvait plus, et aujourd'hui elle étouffe dans la grande maison vide et silencieuse.)

Entre alors en scène Evan Kirkland. Lauren est mortifiée. Tous deux se connaissent, puisqu'à l'âge de neuf ans  il a vécu avec sa mère chez Lauren et son père avant que la liaison capote brutalement (et bruyamment). Ces retrouvailles chamboulent la jeune fille, dont le coeur bat très fort dès qu'elle l'aperçoit, elle pense à lui sans arrêt, veut le voir, lui parler. Et petit à petit, elle met de côté sa vie parfaite (au début, elle ment essentiellement) parce que plus rien d'autre ne compte à part Evan.

Finalement, ce roman que je pensais être l'histoire d'une romance adolescente est tout autre ! L'intrigue sentimentale passe au second plan, elle est occultée par les tâtonnements et la prise de conscience de Lauren, ce qui rend parfois l'ensemble mou et répétitif, je dois dire. C'est donc davantage un roman sur l'épanouissement personnel (d'où le titre : Bloom), et sur cette vérité (ou cette sincérité) qui sommeille en nous et qui ne demande qu'à éclore. En gros, ce fut mignon et attachant, mais pas transcendant.

Bloom - Elizabeth Scott
Published April 2007 by Simon Pulse

LUENVOLu en VO - 17

(Oui, je traverse une phase "I'm 17 again". Say hello and welcome !)

> lu aussi par Francesca

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


22/04/11

"I guess we both understood that our relationship was built entirely on witty repartee (...)"

IMG_3578

Meg, dix-sept ans, brûle la chandelle par les deux bouts. Elle boit, fume un peu de drogue que lui procure son petit copain, Eric, avec lequel elle couche alors qu'elle n'a aucun sentiment pour lui. Elle vit dans une petite ville perdue en Alabama et rêve de s'échapper de cet enfer où elle s'ennuie comme un rat mort. Le soir, elle traîne avec ses potes près du pont, alors que c'est strictement interdit, et c'est là qu'intervient l'officier After.

John n'est pas un rigolo, pas un tendre. Il houspille les jeunes qui risquent leur peau à traîner sur ce pont de malheur et embarque aussitôt Meg et sa copine Tiffany (complètement saoule) à l'arrière de son véhicule de police. Suite à cette arrestation, Meg devra passer sa semaine de Spring Break en probation - soit, être l'assistante muette et observatrice impassible du travail de police. John After bosse de nuit, Meg n'est guère enchantée de la perspective, elle rêvait de découvrir la Floride et l'océan, ses projets tombent à l'eau.

La couverture annonce la couleur et se confirme à la lecture : la romance sera craquante, authentique et pas dégoulinante de guimauve. La promiscuité du service de nuit, les longues heures passées ensemble vont tisser des liens et faire apparaître une réelle connivence entre nos têtes de mule. Meg et John ont en commun d'être torturés par leur passé, tous deux méfiants et renfermés, ils ne savent plus communiquer, discuter, échanger.

J'ai beaucoup aimé le doux badinage entre eux, Meg est une fonceuse, elle titille John à la moindre occasion, son humour est tordant et un peu ironique, de son côté John campe sur ses positions, il est solide, n'a pas la même vision de la vie et croit en des rêves qui font doucement marrer la jeune fille. C'est ce qui rend le jeu charmant et irrésistible, dès le début ces deux-là se cherchent, et l'alchimie nous saute aux yeux. L'idylle est riche en émotions, avec des sentiments, des révélations et des clashs, mais aussi des beaux moments qui font rire et qui donnent des papillons dans le ventre !

J'ose espérer que Jennifer Echols trouvera un jour le chemin de l'édition en France, comme ce fut le cas pour Simone Elkeles.

Going Too Far - Jennifer Echols  smileyc002
Published March 2009 by Pocket Books/MTV Books

LUENVOLu en VO - 16

 

 

> l'avis contrasté de Cécile (avec spoilers) et celui tout aussi positif de Francesca

Posté par clarabel76 à 13:00:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20/04/11

Pensées de Manon D. : sur moi-même et quelques autres sujets

IMG_3427

Ce roman est une petite douceur de 200 pages qui font un bien fou (et qu'importe l'âge !). Les pensées de Manon D. sont en fait des observations, avec notes et dessins, d'une adolescente de quatorze ans, coincée entre une mère qu'elle juge collante et psychotique et un père qu'elle voit à mi-temps, en plus de sa nouvelle tribu qu'il faut supporter contre mauvaise fortune bon coeur.  
Tout y passe - les vacances en Normandie, le roman-photo avec Brandon et Pamela, la mamie Yolande et ses robes fleuries, le Minus qui se prend pour un Jedi, le mois d'août à Paris, la rencontre avec le neveu des voisins (le coeur qui bat, touloulou), la rentrée en troisième, et déjà le premier avertissement par la prof principal pour calmer les festivités, les parents qui voient rouge et promettent de faire vivre un enfer à leur adolescente de fille, laquelle se demande pourquoi tant de haine ! ?
Le ton est enlevé, mordant mais drôle. Manon est heureusement une adolescente normale, elle n'a pas de gros problèmes dans sa petite vie, juste des considérations existentielles, c'est très sympa, surtout que le livre a été graphiquement bien étudié et cela rend sa lecture encore plus originale. A suggérer pour l'été et pour les bonnes tranches de rigolade !

Pensées de Manon D. sur moi-même et sur quelques autres sujets - Sophie Dieuaide
Casterman (2011) - 236 pages - 15€
Et en exclusivité, les bonus de Brandon et Paméla, saison 1 !!!

IMG_3328 IMG_3332

(les illustrations sont de l'auteur) (un clic sur l'image pour voir en grand)

Posté par clarabel76 à 10:15:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

19/04/11

"She has a boyfriend. Like, really, really, really has a boyfriend. The nuclear bomb of boyfriends. Trust me on this one."

CityofFallenAngels

Je ne trouvais pas utile de créer un nouveau cycle, et pourtant j'ai succombé à la tentation. C'était trop facile. Résultat, je me sens heureuse d'avoir retrouvé mes personnages fétiches mais déçue par le traitement infligé par l'auteur. Cela me coûte de l'écrire, mais Jace a sincèrement perdu de sa superbe. Oh, pas tout de suite, au début il est brillant, sarcastique, charmeur et sexy. Son couple formé avec Clary est mignon, et à l'origine de scènes ultra sensuelles. Puis, la belle osmose faiblit et arrive ce qui doit arriver à toute intrigue basée sur une romance idyllique qui risquerait d'ennuyer le lecteur sur le long terme - il faut pimenter tout ça, créer de nouveaux tourments (Jace fait des cauchemars, il se tient à distance de Clary, elle ne comprend pas et pense qu'il ne l'aime plus).

Hmm, quelle frustration ! Soit, il fallait s'y attendre aussi. Toutefois, Jace renoue avec sa facette torturée, son moi qui se morfond et qui s'enferme dans l'apitoiement. Oh non. Pas ça ! Heureusement il y a un peu d'humour à côté pour sauver les apparences, surtout dès qu'il est en présence de Simon, c'est drôle, ça rappelle le bon vieux temps. Le meilleur ami de Clary, désormais vampire qui collectionne les particularités, doit donc gérer sa nouvelle vie, résister à l'appel du sang humain et déjouer les attaques répétées de drôles d'individus, ainsi que décliner l'alliance mielleuse de Camille, la reine des vampires. Accessoirement, il entretient une vie sentimentale mouvementée (Isabelle / Maia) et doit se réfugier chez Kyle, le nouveau chanteur de son groupe de rock, pour protéger sa mère.

City of Fallen Angels est une lecture rapide, divertissante et enthousiasmante, toutefois il ne faudrait pas négliger les défauts et les vicissitudes du système qui veut faire des sous sur une série à succès, au risque de désavouer l'essentiel (l'essence même de la série - des personnages attachants, une intrigue riche en rebondissements, de l'humour, beaucoup d'humour, un univers coloré, foisonnant et excitant). Il en est question ici, mais c'est un peu fané aussi. J'aime, parce qu'il s'agit de The Mortal Instruments, mais j'ai senti aussi le trop et le pas assez de ci et de là.

City of Fallen Angels (The Mortal Instruments #4) - Cassandra Clare
Published April 5th 2011 by Walker

LUENVOLu en VO - 15

 

Une sortie musicale à ne pas louper : l'album de Brigitte - j'adooore.

brigitte_tournee_2011_617x244

Posté par clarabel76 à 13:00:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Teaser Tuesday #16

Superbe ce teasing !

Mara wakes up from a coma with no memory of the accident that caused the deaths of her best friend, boyfriend, and boyfriend's sister. The doctors tell her parents that starting over in a new state, a new school will be good for her and to let the memories come back on their own. But Mara's new start is anything but when she sees the faces of her dead friends everywhere and her world is falling apart. And then she begins to see people's deaths before they happen - at least she thinks that is what is happenning. On top of that, the most beautiful boy she has ever seen can't seem to leave her alone, but is his agenda more than he leads on ?

The Unbecoming of Mara Dyer by Michelle Hodkin (Expected publication: September 27th 2011)

Birthmarked2

In the thrilling follow up to Birthmarked, sixteen-year-old midwife Gaia Stone has fled
from the Enclave and now must fight for her baby sister’s survival in the matriarchal society of Sylum.

Striking out into the wasteland with nothing but her baby sister, a handful of supplies, and a rumor to guide her, 16-year-old midwife Gaia Stone survives only to be captured by the people of Sylum, a dystopian society where women rule the men who drastically outnumber them, and a kiss is a crime. In order to see her sister again, Gaia must submit to their strict social code, but how can she deny her sense of justice, her curiosity, and everything in her heart that makes her whole ?

Prized (Birthmarked #2) par Caragh O'Brien (Expected publication: November 8th 2011 )

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


18/04/11

Pêle-mêle Clarabel #29

J'ai aimé...

Les voisins musiciens. Un album sans texte. Juste des illustrations et des couleurs, une rencontre musicale et des auras sublimées qui créent une belle harmonie. (Avec des accents drôles et cocasses, ce qui n'est pas négligeable !)  C'est très beau !

IMG_3503 
IMG_3504 IMG_3505 
IMG_3506 IMG_3507 

Par Junko Shibuya (Autrement, 2011)

IMG_3502

Très belle découverte également avec KOROKORO d'Emilie Vast (Autrement, 2011).
Un petit hérisson se promène dans la nature et rencontre toutes sortes d'animaux et d'insectes. Pas de texte non plus, juste des dessins qui racontent leur propre histoire. La simplicité de ce bel objet n'en altère point la poésie et la finesse. Beaucoup de séduction au tournant.

korokoro
korokoro2

Jetez un oeil sur cette animation réalisée par la classe de moyenne section maternelle d'Emilie Russo de l'école de Launois sur Vence dans le cadre de Cinémascol 2010.


La fille sur la rive

IMG_3519

Coincée dans une ville-enclave, Nour, quatorze ans, est sur le point de craquer. Elle ne supporte plus cette existence - sa marginalité lui fait sentir le poids douloureux de la solitude, elle est lasse des moqueries de ses camarades, des fêtes et des danses organisées par le bourgmestre dans le but de divertir la population, bien entendu Nour n'y trouve aucun plaisir. Ce qu'elle préfère, c'est s'enfermer dans son grenier pour confectionner des petites boîtes ou se promener le long de la rive brumeuse et observer les chats sauvages (avant qu'ils soient trucidés par des missions commandos). Avouez que l'atmosphère est bien étrange et étouffante ! Ce roman ne s'éternise pas au-delà de 60 pages, lui laissant le temps de dresser un portrait d'adolescente décalée et en quête de vérité. Pourquoi des patrouilles sur les berges ? que cherche-t-on à lui cacher ? pourquoi ne peut-on pas sortir de la ville ? pourquoi les frontières sont-elles fermées ? Le soir du fleuve en crue, Nour décide alors de braver l'interdiction et se rend près des eaux réputées mortelles. Advienne que pourra.
Ce fut, hélas pour moi, une lecture un peu trop morbide, et probablement trop courte aussi. J'encourageais fortement l'héroïne à se poser des questions et à vouloir s'évader de son bourbier, l'oppression se ressent tellement (et pourtant ce roman n'est pas bien long !) que j'étais pressée de tourner la dernière page. En bref, je suis totalement passée à côté de ce roman d'anticipation. J'ai trouvé l'ensemble trop sinistre, et pas assez exploité. Il nous reste des tonnes de questions sans réponses à la fin et c'est dommage.

La fille sur la rive - Hélène Vignal
doAdo noir (Rouergue, 2011) - 8€

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

15/04/11

Let's get lost

IMG_3524

Isabel est insupportable - elle fume, elle boit, elle pique l'argent de son père, elle sort en cachette et elle ment. Au lycée, en dépit de ses résultats brillants, c'est la reine de la tyrannie, en guise de revanche sur le passé, elle est passée désormais maîtresse dans l'art de persécuter ses camarades. Elle est entourée de trois copines, toutes plus pestes les unes que les autres, avec lesquelles Isabel fait les 400 coups.

En mode off, Isabel est une fille paumée, totalement déboussolée depuis le décès de sa mère. Ses rapports avec son père sont détestables, elle passe son temps à se chamailler, elle fuit les responsabilités et refuse de rencontrer la psychologue de l'école. Elle excuse son comportement grossier parce qu'elle est une timide maladive et qu'elle a souffert d'avoir été martyrisée au collège. En fait, Isabel se sent seule et ne peut compter sur personne pour se confier (d'ailleurs, ce n'est pas son truc non plus).

Un soir, complètement pompette, elle fait la connaissance de Smith, un type également à côté de la plaque, qui la prend pour une autre et lui saute dessus. C'est plus fort qu'elle, il faut qu'elle lui sorte le grand jeu et se met à le baratiner. Mais le temps va passer, ils vont se revoir, Isabel se surprend à apprécier sa compagnie, à découvrir chez Smith des qualités insoupçonnables, lui seul parvient à la calmer par exemple. Commence alors une petite double vie, jusqu'à ce que la réalité vienne la frapper en pleine figure.

Et moi, lectrice attentive et quelque peu fleur bleue à ses heures perdues, j'étais totalement accrochée à cette histoire, j'avais mon petit coeur serré face à la détresse d'Isabel, surtout quand j'ai compris pourquoi elle se comportait ainsi, et inévitablement j'avais la larmichette au coin de l'oeil. J'ai adoré, même si Isabel est une enquiquineuse de première catégorie, je n'ai pas pu faire autrement que compatir à son désoeuvrement et vouloir pour elle des lendemains meilleurs. L'émotion est forte, surtout vers la fin, mais c'est pour un bien !

Au coeur de ma nuit - Sarra Manning  smileyswoonsmileyc002
traduit de l'anglais par Julie Lafon
Pocket jeunesse (2008) - 386 pages - 13,50€

Love. Love.

Posté par clarabel76 à 11:15:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14/04/11

"Is falling in love with someone's story the same thing as falling in love with the person himself ?"

IMG_3429

Cassia avait tout pour être heureuse : à dix-sept ans, sa cérémonie de Couplage est un vrai succès, son Promis n'est autre que son ami d'enfance Xander, de plus ses exercices de classement font d'elle une experte en la matière, la destinant ainsi à une grande carrière. Une petite vie parfaite, donc. Et puis la demoiselle perd peu à peu ses certitudes - le visage d'un autre garçon au lieu de son Promis apparaît sur sa microcarte, le décès de son grand-père survient et deux poèmes interdits ont été glissés dans son poudrier. Mis bout à bout, ces indices vont inciter Cassia à voir la Société différemment.

N'attendez pas la cavalerie au détour de cette lecture, vous risqueriez d'être déçus. Il s'agit en fait d'une histoire subtile, profonde et délicate, où sont soulevées des interrogations essentielles sur nos sentiments et notre libre-arbitre, alors qu'est dépeint un monde utopique - celui de la Société (il n'y a aucun problème de santé, on tombe amoureux et on épouse la personne promise, il n'existe aucune place pour le hasard, même l'âge de mourir a été décrété). Cassia n'est pas une héroïne intrépide, pas une rebelle, mais la petite fille sage va progressivement sortir de sa bulle d'obéissance. Son grand-père lui suggérait de se poser des questions, les bonnes questions, cela lui demandera du temps (après tout, l'illusion de la perfection était une vraie réussite). Mais elle va y parvenir, notamment par le biais sentimental (Cassia tombe amoureuse d'un autre que son Promis et c'est le drame !), elle réalise que la Société a toujours entretenu un semblant de complaisance qui dissimulait une main-mise sur leurs libertés. Et ainsi de suite, elle prend conscience de la vaste manipulation, de la perfidie des Officiels, toujours présents et attentifs aux moindres faits et gestes. Les événements se précipitent sur la fin, les masques tombent et les émotions sont très fortes.

J'ai apprécié la finesse de l'intrigue qui n'a pas cherché à bousculer son lecteur à travers une mise en scène spectaculaire, mais plutôt grâce à des faits quelconques, racontés minutieusement et portés par une héroïne ordinaire, en recherche de vérité. Je me suis totalement laissée porter par l'histoire, ressentant l'inertie et l'abrutissement avant de chercher à échapper au contrôle, comme Cassia. L'identification est habile, même si ses sentiments amoureux m'ont plutôt laissée songeuse...

Affaire à suivre !

Promise - Ally Condie
traduit de l'anglais (USA) par Vanessa Rubio-Barreau
Gallimard jeunesse (2011) - 424 pages - 18€

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13/04/11

I fell to earth with a thud. Or so I thought.

IMG_3130J'ai bien senti, dès le démarrage, que ce roman n'allait guère m'inspirer. Outre la ravissante couverture, l'histoire n'a pas su entretenir le moindre suspense (on m'expliquera pour le titre). S'il fallait encore douter du secret de l'héroïne, c'était juste pour faire semblant. Non ?

Ellie se sent observer par un beau gosse au lycée - il s'agit de Michael, il prétend qu'ils se connaissent déjà. Trois ans plus tôt, au Guatemala. Huh ? L'adolescente est confuse, elle ne se souvient de rien. Peut-être que ça va lui revenir. Et c'est vrai que ce garçon lui plaît, très vite ils sortent ensemble, échangent un premier baiser qui s'emballe, Michael est obligé de repousser les ardeurs de la demoiselle, calme-toi, chérie, nous avons tout notre temps, "we are meant to be together and this is just the beginning". Ha ! ha ! La pauvre Ellie est douchée. Elle s'autoflagelle et rase les murs du lycée, c'est sans compter sur l'insistance de Michael qui l'a vraiment dans la peau.

Moouuiii... Je n'ai pas encore lu 100 pages et déjà je sens que cet amour-coup-de-foudre m'ennuie profondément. Alors je fais mine de m'intéresser aux secrets de ce couple, Michael et Ellie se ressemblent, ils font les mêmes rêves dans lesquels ils volent, ils peuvent deviner les pensées des autres dès qu'ils les touchent, ou dès qu'ils boivent une goutte de leur sang. Bingo ! ce sont des vampires !? Et pourtant, le titre du roman m'indiquait une autre piste. (Tape sur le front.) Suis-je bête ?! J'ai pourtant déjà lu la série de Melissa de la Cruz, han-han, je vois très bien où l'auteur veut nous mener.

Gros, gros soupirs. Hélas, oui ce roman réunit tous les ingrédients qu'on peut déjà trouver à droite et à gauche dans les séries existantes. (A la rigueur, il y aura toujours des lecteurs curieux et benêts pour mordre à l'hameçon.) (Courbe l'échine.) Soyons fous, soyons honnêtes. Je n'ai pas détesté mais je n'ai pas beaucoup aimé non plus. L'histoire est, somme toute, basique. Et je ne parle même pas du couple d'amoureux - pfff. Quel ennui. De toute façon, c'est devenu une vilaine manie - désormais nos ados n'ont plus le temps de tomber amoureux, ils flashent instinctivement, ils se voient, ils se reconnaissent, ils s'aiment, ne cherchez pas la petite bête (ne vous embarrassez pas d'outsiders, pauvres de vous !). C'est écrit sur le cahier des charges : amour et évidence. Point à la ligne. (Et le reste, c'est accessoire.)

Je voudrais que ça change... j'ai le droit d'espérer ? Ceci dit, je suis blousée de mon plein gré. Cheers !  

Fallen Angel - Heather Terrell
Published December 2010 by HarperTeen

LUENVOLu en VO - 14

Posté par clarabel76 à 19:30:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,