IMG_6775

Je ne savais pas à quoi m'attendre en ouvrant ce roman, aussi j'ai été agréablement surprise par celui-ci ! Dès le début, j'ai été séduite par l'histoire de Rose, endormie dans un tube depuis soixante ans, et qui se réveille sous l'effet d'un baiser (ça fait très cliché, mais c'est secondaire). La demoiselle est une riche héritière d'un empire interstellaire, son retour ébranle la société, mais pas seulement. Rose elle-même est tétanisée par ce qu'elle découvre autour d'elle, par le fait d'apprendre que ses proches sont morts, que la planète a été frappée par toutes sortes d'épidémies et qu'elle doit aujourd'hui tenter de s'adapter à ce qui l'entoure.

A ses côtés, il y a Bren, le beau garçon aux yeux verts, très gentil et dévoué. Rose compte énormément sur lui pour faire ses premiers pas dans le monde, sauf que tout la paralyse. Au lycée, elle fait également la rencontre d'Otto, à la peau bleue et aux yeux jaunes, une créature génétiquement créée selon un protocole discutable... Et il y aussi le Plastine, une espèce de Terminator programmé pour trouver sa cible afin de la conduire auprès de son commanditaire, quitte à l'éliminer si celui-ci demeure introuvable. Très, très flippant, à vrai dire !

Tout ceci constitue un roman au charme envoûtant, au rythme lent, aux considérations poignantes mais dont la conclusion est quelque peu décevante (c'est peut-être un détail pour d'autres, mais pour moi j'ai trouvé le choix de vie qui s'impose à Rose plutôt malsain et bancal...) ! Tout au long du roman, Rose apparaît comme une jeune fille fragile, vulnérable, nostalgique et meurtrie. Elle vit dans le souvenir de son premier amour, Xavier. Elle est parfois bizarre et incohérente dans ses agissements, je dois avouer que ça a failli m'agacer, mais c'était bien avant de découvrir et comprendre la cause son traumatisme.

Rose a été victime d'un système, victime d'un abus de pouvoir, victime d'avoir fait confiance, victime d'avoir cru en sa responsabilité, victime donc de penser qu'elle avait mérité un truc pareil. C'est affreux, révoltant, ça vous remue les tripes et ça fait réfléchir. Parce qu'il faudra du temps à Rose pour se reconstruire, si jamais elle y parvient, et rien que pour ça, on lui pardonne son air éthéré pendant les 3/4 du roman ! A nous aussi, lecteur, il faudra du temps pour digérer une histoire aussi forte et profonde, qui risque de nous hanter pendant un moment...

Belle de Glace, par Anna Sheehan
Hachette jeunesse, coll. Black Moon, 2012. Traduit par Mathilde Bouhon. 
titre VO : A long, long sleep