04/04/12

"I love you anyway, Lia," he calls after me. "Until time tells, I mean."

IMG_7143

C'est l'histoire de deux soeurs, Lia et Alice Milthorpe, qui vivent dans une grande maison bourgeoise, frappée par la mort (leur mère quelques années plus tôt, et récemment leur père). Elles deviennent alors les héritières d'une prophétie qu'elles vont l'une et l'autre tenter de s'approprier en empruntant des chemins différents. C'est une histoire à l'action lente, pas désagréable, et dont l'atmosphère envoûtante fait réellement tout le charme de la lecture. C'est sombre, un peu gothique, happant et mystérieux. J'ai été totalement subjuguée par l'intrigue et ses secrets, il n'y a rien de bouleversant et c'est justement cette petite mélodie dramatique qui vous fait tourner les pages du livre. J'ai littéralement adoré cette ambiance feutrée, où se baladent des personnages en apparence lymphatique, se débattant avec des secrets de famille et un complot fantastique. Pour moi, c'est une belle découverte qui me rappelle mon appréciation des romans de Susan Hubbard.

Maudites (tome 1), par Michelle Zink
Hachette jeunesse, coll. Black Moon, 2009 - traduction de Laurence Kiefé 


The vampire in me was closer to the surface...

IMG_7399

Deuxième tome de la série Evernight (qui se boucle en 4 livres). 

Ce qu'on découvre ici tend à suggérer que Bianca est VRAIMENT différente de celle qu'on imaginait. Sa séparation avec Lucas ne tartine pas le récit de mélancolie amoureuse indigeste, et puis cela profite à Balthazar, qui se met doucement en avant.

Bianca et lui sont proches et se rapprochent - sur papier, c'est dans le but de pouvoir s'échapper d'Evernight sans éveiller les soupçons, et ainsi pouvoir retrouver Lucas à l'extérieur. Concrètement, on sent bien que cette relation factice tourneboule les concernés, même Lucas devient jaloux, inutile de chercher plus loin. Le clash arrive au grand galop !

En chemin, Charity-la-folle fait son apparition. Il s'agit en fait de la soeur de Balthazar, elle déteste Mrs Bethany et Evernight, s'est jurée de se venger et d'être sanguinaire envers les humains et ses ennemis. Je pensais que son intrusion serait purement anecdotique, bien qu'envahissante, il n'en est rien.

De même, Bianca fait connaissance avec les spectres - les ennemis jurés des vampires. Depuis toujours, un semblant de paix existe entre eux, alors pourquoi aujourd'hui les spectres envoient tout balader et hantent les murs d'Evernight, en prétendant réclamer un dû ?

Tout ceci donne des frissons à notre héroïne, mais pas seulement. Chaque fois qu'elle s'infiltre parmi les membres de la Black Cross, je retiens mon souffle ! Claudia Gray a déjà démontré qu'elle pouvait lâcher des scuds capables de TOUT remettre en question. En bref, ce deuxième tome enchaîne les événements et annonce d'autres rebondissements. La série a désormais son rythme de croisière, j'en soupire d'aise.

Evernight, livre II par Claudia Gray
Pocket jeunesse, 2011 - traduction de Cécile Chartres 

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

“The trouble is, sometimes words are like arrows. Once you shoot them, there's no going back.”

IMG_7078

Brie a quinze ans et est folle amoureuse de Jacob. Ils sortent ensemble depuis onze mois, puis tout s'arrête. Jacob lui annonce qu'il ne l'aime pas, et elle s'effondre sur la table. Véritablement. Son coeur est en miettes, scindé en deux, une anomalie cardiaque comme il en arrive rarement. C'est le choc pour ses proches, pour sa famille, dont le père est un éminent chirurgien cardiologue...

Brie s'envole donc vers un lieu nommé Eternité, elle se retrouve dans une pizzeria où se trouvent d'autres résidents immortels, dont Patrick, beau gosse, avec son blouson en cuir d'aviateur. Façon Top Gun. (Les références aux années 80 sont d'ailleurs nombreuses, surtout au début, j'ai bientôt cru que l'auteur s'était gourrée de cible, mais c'est marrant, un peu ringard aussi.)

J'ai entamé ma lecture sur une note de scepticisme, ne gobant pas toute l'histoire de Brie, notamment l'idée de mourir le coeur brisé, cela m'est apparu proprement aberrant. Puis, j'ai fini par m'attacher à elle, par ressentir de l'empathie. Brie est jeune, elle a quinze ans, elle est naïve et douce et impétueuse. Elle a grandi dans un cocon, le destin l'a arrachée de son paradis terrestre, maintenant elle a besoin de comprendre avant d'accepter son sort. C'est normal, même s'il lui faut passer par des moments difficiles et tristes, des révélations déplaisantes, mais aussi des passages plus drôles et touchants. Heureusement qu'il y a sa rencontre avec Patrick pour surmonter le choc ! (Il est du genre canaille avec beaucoup de charme, ça aide!)

C'est finalement un roman multiple, pour les émotions à transmettre. C'est une leçon sur les chagrins d'amour, sur le deuil avec cinq étapes à franchir, c'est une aventure frustrante et complètement folle, où la colère se dispute à la détresse et au chagrin. J'ai longtemps cru que l'histoire était écrite d'avance, avant de réaliser qu'elle n'était pas aussi prévisible et qu'elle pouvait surprendre sur plusieurs plans. Cela se termine aussi dans la sérénité, la tendresse, la promesse d'une éternité sans heurt, c'est fichtrement romantique, avec son lot de détails pénibles et agaçants, mais globalement on passe un bon moment de lecture.

Eternité, par Jess Rothenberg
La Martinière J., 2012 - traduit par Nathalie Azoulai 

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,