30/04/14

Petit bilan du mois d'avril ♪♫•*¨*•.¸¸ ♥ ¸¸.•*¨*•♫♪

springlove

En avril, nous vous recommandons de savourer :

♥  Les Suprêmes, d'Edward Kelsey Moore

♥  Muchachas, de Katherine Pancol

♥  toute la série Becky Bloomwood, de Sophie Kinsella

♥  L'étrange pouvoir de Finley Jayne, de Kady Cross

♥  Du son sur les murs, de Frantz Delplanque

... et puis voilà ! C'est déjà le mois de Mai, le temps passe et les vacances approchent à grands pas ! ☺

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


L'accro du shopping attend un bébé, de Sophie Kinsella

L’ACCRO DU SHOPPING ATTEND UN BÉBÉ

Eh oui, ça continue ! On n'oublie pas un rendez-vous gagnant. La recette a été maintes fois réchauffée, avec toujours les mêmes ingrédients dans le faitout : une énergie euphorisante, des anecdotes désopilantes, une héroïne insatiable question shopping, son mari débordé par le travail, dans lequel il s'enferme et rencontre des difficultés, sans jamais l'avouer à sa tendre épouse, qui va piquer une crise de nerfs, enceinte, oui, jalouse... aussi.

En gros, on ne s'ennuie pas, on se régale toujours des situations loufoques, car Becky est suivie par la gynéco des stars, Venetia Carter, qui est une ex de Luke (ça, elle ne le savait pas !). Celle-ci se la joue vipère louvoyante et cherche à humilier la jeune femme, comme lui filer des bas de contention et des sandales orthopédiques. Becky est verte de rage. Elle a compris que Venetia voulait lui chiper son mari, mais Luke ne voit aucun danger et pense que Becky exagère. Pour le coup, on se sent solidaire et on a envie de lui secouer le cocotier !!

Plus surprise par la mécanique, mais toujours accro à la série, je n'ai pas boudé mon plaisir, même si je reconnais que les trois premiers tomes étaient franchement les meilleurs. C'est toujours drôle et constamment dans la démesure, un vrai délice de suivre cette héroïne pétillante, dont la détresse va aussi nous toucher en plein cœur. L'avenir pour Luke et Becky va se corser un peu, mais on se doute qu'ils vont rebondir pour de nouveaux projets audacieux. En attendant, on prend les paris sur le sexe du bébé et sur son prénom !.. ☺

Pocket, juin 2009 ♦ traduit par Daphné Bernard pour les éditions Belfond

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29/04/14

Esprit d'hiver, de Laura Kasischke

Le matin de Noël, Holly se réveille en retard, voit son époux partir en catastrophe chercher ses parents à l'aéroport, leur fille Tatiana est d'humeur grincheuse. D'abord, elle ne quitte pas sa chambre, ne répond pas quand on l'appelle, refuse de manger, se moque de sa mère, ne cesse de changer de toilettes, s'emporte pour des broutilles... Holly est inquiète.

Dehors, le blizzard s'est levé, les routes sont impraticables, les invités pour le déjeuner se décommandent les uns après les autres, Holly est tour à tour déprimée, en colère, impuissante, nostalgique, soucieuse et énervée. Elle n'en peut plus du mutisme de sa fille, de ses sautes d'humeur, rumine son désespoir et répète constamment « Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux »...

De là, ses souvenirs s'évadent jusqu'au jour où le couple est allé en Sibérie pour adopter la petite Tatiana. Holly a aussitôt eu la sensation d'accueillir la huitième merveille du monde et de la sauver d'un univers sordide et sans avenir. Aujourd'hui, face à son adolescente de 15 ans, devenue une étrangère, elle se sent rejetée et déboussolée.

IMG_0866

Ce qui ressort de ce roman, construit à la manière d'un roman noir, c'est son ambiance mystérieuse et inquiétante à laquelle j'ai d'abord été très sensible, avant de finir par me lasser. En effet, plus on avance dans l'histoire, dont on a envie de cerner le fin mot, et plus on ressent le poids écrasant du climat lourd et malsain.

L'ensemble m'est alors apparu long, divaguant, confus, parsemé de nombreuses pistes qui ne mènent à nulle part. Car au final, il n'y en a que pour le personnage de Holly, poétesse en manque de reconnaissance, mère dévouée se sentant dépassée, femme privée de sa féminité et de son droit à la maternité, du fait d'une mutation génétique héréditaire... On la sent vite désabusée, perdue, sur la corde raide.

Et à force d'avoir lu les autres avis des lecteurs qui annonçaient une fin de roman particulièrement glaçante, je n'ai plus du tout été surprise par la fameuse révélation !! Pour moi, cette lecture n'aura pas su répondre à mon attente, tant dans son dénouement, que par la relation conflictuelle entre la mère et la fille (toutes deux très agaçantes). J'ai probablement surestimé le potentiel (certain) du livre, de même que l'interprétation d'Irène Jacob - pour l'Audiolib - m'a semblé parfois surfaite. Une rencontre en demi-teinte, dommage.

Audiolib, avril 2014 ♦ texte intégral lu par Irène Jacob (durée : 7h 57) ♦ traduit par Aurélie Tronchet pour Christian Bourgois éditeur

28/04/14

Solo (Une nouvelle aventure de James Bond), par William Boyd

IMG_0902

Intriguée par l'opération de lancement du livre lors d'une cérémonie fastueuse en Angleterre, j'ai aussitôt voulu lire cette nouvelle aventure de James Bond, par William Boyd. J'avoue connaître pour l'essentiel le héros de Fleming à travers ses prestations cinématographiques. Aussi, cette lecture m'aura davantage prise au dépourvu car j'attendais de ma rencontre peut-être plus de glamour et de séduction.

James Bond fête ses 45 ans et ressasse, avec une pointe d'amertume, son passé de soldat qui aurait encore laissé des traces (nous sommes en 1969). Perpétuellement en quête de sensations, il s'invite chez une belle inconnue avant de s'éclipser pour une mission en Afrique afin de mettre un terme à la guerre civile qui déchire le Zanzarim. Sur place, de nouvelles rencontres, des enjeux politiques inavoués, des mascarades et autres faux-semblants rendent l'infiltration plus pernicieuse et équivoque.

Tant et si bien que notre espion au service de Sa Majesté va opérer en “solo” pour solder un vieux compte personnel. Rebondissements à prévoir, coups bas et action à répétition in extenso. On pourrait se frotter les mains d'avance en espérant un bon divertissement, et pourtant l'ensemble m'a semblé froid, distant, avec un James Bond aguerri, sans humour, sans charme... plutôt peu convaincant et pas franchement prêt à nous vendre du rêve. L'intrigue aussi est dépourvue de gadgets et se conforme aux faits. Le résultat n'en est que terriblement impersonnel.

Thibault de Montalembert livre une interprétation lisse, mais irritante dans l'accentuation prononcée de “Bond”, qui apparaît 1 million de fois dans le livre, ce n'est pas possible... j'ai fait une fixation dessus, c'était fichu ! Au final, nous avons là un bon roman d'espionnage, qui offre une escapade dépaysante et très réussie vers l'Afrique des années 60. Pour le reste, j'ai surtout eu le sentiment que ma lecture froissait le mythe de l'agent 007 qui n'inspire aucune sympathie (mieux vaut se contenter de rêvasser sagement sur la plastique de Daniel Craig à l'avenir).

Audiolib, avril 2014 ♦ texte intégral lu par Thibault de Montalembert (durée : 9h 13) ♦ traduit par Christiane Besse pour les éditions Seuil

Le Duel, par Arnaldur Indridason

IMG_0862

Pendant l'été 1972, le monde a les yeux braqués sur la minuscule Islande qui accueille les championnats d'échec qui opposent l'américain Fischer au russe Spassky. Dans le même temps, le corps d'un adolescent est retrouvé poignardé dans un petit cinéma de quartier. Marion Briem et son collègue Albert se rendent sur place et procèdent à une enquête.

Pas d'Erlendur au programme, ce livre nous plonge dans le passé de son mentor, alias Marion Briem, se dépatouillant avec une affaire sur fond d'espionnage et de guerre froide, mais surtout on plonge dans son passé d'enfant malade de la tuberculose, envoyé dans un sanatorium au Danemark pour y suivre des soins, se faire à une vie isolée, ponctuée de rencontres éphémères, marquée par les pertes et les amitiés fugaces. Le type ne déborde pas d'un charisme dévastateur, l'intérêt du livre apparaît minime et seule la toute fin fait vaguement sourire. 

Malgré cet a priori peu reluisant, on se laisse prendre par l'histoire au rythme lancinant. Rouages parfaitement huilés, lecteur mené par le bout du nez, contexte politique haletant vécu à travers un duel d'échecs sur lequel on cherche à faire peser des enjeux, et puis... bon... C'est plutôt bluffant ! Même si elle est classique et très conventionnelle, l'intrigue reste agréable à écouter (grâce à un Jean-Marc Delhausse au taquet, bien à l'aise dans son rôle, et qui distille une interprétation toute en nuances).

La série s'offre ainsi un nouveau crochet, intéressant mais peut-être pas indispensable, en attendant le retour des nouvelles enquêtes de notre commissaire fétiche !  (NB : eh bien, changement de perspective ... avec un prochain tome qui sera la suite de celui-ci. Scrogneugneu !)

Audiolib, avril 2014 ♦ texte intégral lu par Jean-Marc Delhausse (durée : 9h 28) ♦ traduit par Éric Boury pour les éditions Métailié


25/04/14

L'accro du shopping dit oui, de Sophie Kinsella

Accro dit oui

Un épisode 3 incontournable pour ses scènes cultes comme le mariage de Suze, la demande de Luke, la ruse finale, le mariage féérique, le bouquet de fleurs qui parle, la précieuse bonhomie des parents de Becky, les délires de Danny, la naissance de Baby Tarquin, etc. Il faut bien rebondir pour ne pas réaliser que l'histoire n'est plus un étourdissement sans fin de dépenses compulsives ! En fait, Becky est confrontée à un autre dilemme : une double organisation de mariage, deux rêves impossibles à conjuguer. Mais impossible n'est pas Becky !

Le roman s'échinera à raconter comment elle va réussir à slalomer entre les deux, puisque Becky est attirée par les deux perspectives, le glamour, le strass, les paillettes, son rêve de petite fille... mais justement elle ne veut pas non plus décevoir ses parents !! Et en matière de fantasmes à dormir debout, de vérité édulcorée, de petits mensonges pour arrondir les angles, Becky en connaît un rayon. Ce ne sont plus ses dettes qu'elle doit éponger, mais la susceptibilité de ses proches. Mouhahaha.

On a beau soupirer, souffler et pester, on lui pardonne tout ! Becky figure parmi ces héroïnes dont on excuse les frasques, même les plus chichiteuses. C'est comique et carrément exagéré, mais ça permet de détendre l'atmosphère. Car l'histoire met à jour la relation malsaine entre Luke et sa mère, et là c'est le drame, on ne le comprend plus, Luke devient décevant, fuyant, aveugle... pitié, non ! Malgré tout, on s'amuse du début à la fin, cette série est à déguster pour le plaisir, comme une friandise, à mâchouiller en déculpabilisant. De plus, les atermoiements de Becky sont une façon de rappeler l'essentiel de la vie, avec ses valeurs fondamentales (la famille, les amis, etc.). ☺

Pocket ♦ juillet 2010 ♦ traduit par Christine Barbaste pour les éditions Belfond ♦

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24/04/14

La Vie épicée de Charlotte Lavigne, de Nathalie Roy

Charlotte Lavigne

Charlotte Lavigne est une jeune femme pétillante, qui adore boire, cuisiner, sortir avec ses amis et partir en quête du mari idéal. Son dernier amant en date, Maximilien, est un diplomate français ambitieux et snob, mais avec lequel elle se sent merveilleusement bien. Pour l'impressionner, elle n'hésite pas à mettre les petits plats dans les grands, l'invite chez elle et manque de mettre le feu à l'appartement, perd tous ses moyens, noie son désarroi dans la vodka, se ridiculise ... et nous, on se marre !

Pourtant, Charlotte connaît aussi son lot de galères, quand sa meilleure amie se la joue vamp d'un soir pour séduire Maxou, ou quand celui-ci la traite avec condescendance lors d'un repas guindé, on se sent tout chamboulé pour elle. Notre trentenaire québécoise, qui n'a rien à envier à Bridget Jones ou Becky Bloomwood, nous réserve donc de bouleversantes et tumultueuses aventures, au boulot (elle est documentaliste pour une émission de télé mais rêve de décrocher un poste d'animatrice), avec ses amis Ugo (un amour) et Aïcha (assez peste), mais aussi sa famille (sa mère, une croqueuse d'hommes !).

En bref, c'est frais, rigolo, pas prise de tête. Tous les ingrédients pour la parfaite comédie romantique sont réunis - charme, humour et dérision. Mais j'aurais tellement voulu m'attacher aux personnages, à commencer par Charlotte et son Maxou (lui, non... pas possible !). Je me sentais souvent en décalage avec les choix de la jeune femme, même si j'avais envie de passer outre, parfois ça coinçait un peu. Sinon, j'ai beaucoup aimé l'ambiance, la culture québécoise, les références culinaires et la bidonnade générale. Un bon moment de lecture, juste pour décompresser.

Pocket ♦ Avril 2014 ♦ Tome 2 à paraître en juin ♦

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

23/04/14

Lexi Smart a la mémoire qui flanche, de Sophie Kinsella

Lexi Smart

La veille encore, Lexie sortait en boîte avec ses copines, avalait quelques verres, pestait contre son mec et son boulot, menait une vie étriquée. Mais au moment d'attraper son taxi, Lexie fait une chute et se réveille sur un lit d'hôpital... trois ans plus tard. Le plus choquant pour elle n'est pas de découvrir qu'elle est amnésique, mais plutôt d'apprendre qu'elle est mariée à un type canon, qu'elle est tout simplement superbe, totalement relookée, avec des fringues de marque à gogo, et qu'elle habite un superbe appartement, en clair elle mène une vie de rêve.

Pourtant, Lexie a effacé de sa mémoire les trois dernières années de sa vie et tente aujourd'hui de recoller les morceaux en vrac. Pour y remédier, son mari parfait lui glisse un manuel pratique de leur vie conjugale (absolument ahurissant !). Elle recontacte aussi sa bande de copines mais réalise qu'elles sont fâchées. Chemin faisant, Lexie découvre qu'elle serait devenue la Reine des garces au boulot. Pour atteindre les sommets, elle aurait, comme qui dirait, tout écraser sur son passage. Sans oublier qu'elle aurait aussi un amant !.. Ah, ah. 

Ce nouveau visage ne la rend pas fière, finalement elle est de plus en plus perturbée par les changements opérés et décide d'en avoir le cœur net en menant son enquête. Certes, on devine la fin mais on se laisse charmer, guider par cette histoire légère et amusante, où l'ambition dévorante ne doit jamais nuire aux valeurs sacrées que sont l'amitié, la famille et l'amour. C'est gentillet dans l'ensemble, assez mignon et facile à lire, mais c'est pour moi loin d'être un récit pétillant, qui laisse éclater sa joie et son insouciance. J'ai, de plus, eu beaucoup de mal à m'attacher au personnage de Lexie ! Un bon début, et puis plouf, plus rien...

Pocket, Juin 2012 ♦ traduit par Daphné Bernard pour les éditions Belfond

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22/04/14

Muchachas (1) de Katherine Pancol

IMG_0860

Dans Muchachas, on retrouve Hortense et Gary à New York... puis Joséphine à Londres, et Zoé qui n'en peut plus de vivre loin de son amoureux, obligeant sa mère à un énième sacrifice qui nous fait lever les yeux au ciel. Puis, on découvre Stella, au volant de son camion, et sa maman Léonie, hospitalisée, complètement démolie par son homme, Ray Valenti, la coqueluche de la ville.

Froncements de sourcils, perplexité, je n'étais pas sûre d'adhérer au nouveau programme. Puis, au fil des pages et des chapitres, l'histoire s'est envolée, a continué de livrer ses secrets, ses drames, ses peines. Impossible de demeurer insensible, j'étais au cœur du récit, parmi les personnages, partageant la même histoire. Sensation rare et grisante.

C'est, de plus, amené en douceur, avec tendresse et habileté. Katherine Pancol est réellement douée pour créer ce lien invisible. Certes, le sujet de fond (les violences faites aux femmes) me faisait peur, je redoutais du pathos et trop de misérabilisme. Et finalement, non. On découvre un récit prenant et poignant, traité avec beaucoup de pudeur, sans désinvolture, au contraire, on ressent une sincère empathie. Cela m'a plu, tout simplement.


Pour bien faire, Audiolib a accordé sa confiance à Marie-Eve Dufresne pour l'interprétation, un excellent choix qui a déjà fait ses preuves (cf. la précédente trilogie), on passe ainsi un très bon moment, grâce à une écoute agréable et apaisante, qui nous berce dans ce nouvel univers, désormais familier... J'ai hâte de découvrir la suite.

Audiolib, avril 2014 ♦ texte intégral lu par Marie-Eve Dufresne (durée : 9h 23) ♦ Albin Michel, février 2014

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19/04/14

Tout finit par un baiser ! de Kate Klise

IMG_0859

Un roman frais, charmant, qui se lit en deux bouchées et nous fait vivre une folle histoire de rencontres amoureuses entre deux adolescents et leurs parents célibataires !

Coco et Webb échangent par mégarde leur bagage à l'aéroport. Ni une ni deux ils foncent tête baissée et s'envoient des mails déjantés, impertinents et enlevés, tandis que de leur côté les parents (qui se sont aussi croisés dans l'avion) se frôlent et échangent des regards en coin, réfléchissant à deux fois avant de faire le premier pas. Quel drôle de micmac, je n'ose pas trop en dévoiler, mais j'ai adoré l'histoire dessinée entre les adolescents (« l'Amour à l'ère post-numérique »). Ils sont décomplexés, prêts à mordre la vie à pleines dents, jouant du destin, et des parents, inventant mille et une excuses et débordant d'une imagination folle, trop folle !

Le roman se pose ainsi comme une conception moderne et enjouée des rapports amoureux d'aujourd'hui, à travers quatre perspectives et points de vue alternés. C'est léger, comme une comédie romantique, avec tout le tralala attendu (humour, naïveté, quiproquos et situations invraisemblables). La fin est tarte, mais elle ferme la marche d'un rendez-vous gentillet, charmant et sans prétention.

Albin Michel, coll. Wiz, avril 2014 ♦ traduit par Dominique Kugler

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,