Fais-le pour maman

Le Dr Sébastien Venetti est un jeune médecin totalement investi dans son travail, sans pour autant négliger ses deux petites filles qu'il élève seul depuis la mort de son épouse. Claire Abecassis vient de décrocher un poste de commissaire de police dans une ville de province, résultat d'une ascension sociale brisée nette dans son envol. Traumatisée par un drame personnel, elle carbure aux antidépresseurs et vit dans une angoisse permanente. Leur rencontre s'inscrit dans une suite logique : touché par sa détresse, Sébastien va vouloir gagner la confiance de Claire et chercher à la revoir sur un terrain plus privé.

La mise en place de l'histoire est redoutable : on ne se doute de rien (ou de tout), on ramasse des miettes, on se demande où on va, l'ambiance est suspicieuse et pesante, avec très peu d'action mais une tension psychologique hyper efficace. Cela a suffi pour me convaincre et j'ai plongé les deux mains devant. Par la suite, j'ai froncé les sourcils au vu de la direction prise. Trop, trop facile. Car au départ, on s'installe dans une apparente normalité, en position d'observation. Et en un claquement de doigts, on assiste à une hécatombe : des enfants soignés par Sébastien tombent comme des mouches, le type est interpellé, suspect idéal, etc. Son passé revient en force, sombre et dérangeant.

Mouaip... j'étais d'humeur sceptique. Toutefois, le roman est bon, finement troussé, sauf qu'il est assez inégal (la fin est trop précipitée). Je n'ai pas non plus adhéré aux chapitres où c'est la jeune Léa qui intervient, car le ton ne colle pas du tout avec celui d'une fille de 12 ans. Ajoutez aussi cette folie furieuse qui crapahute partout. Attention, terrain glissant. Halte. Rebroussez chemin ! Je ne me suis pas du tout sentie à mon aise. C'est en soi un thriller intéressant, mais peut-être surestimé par les autres lecteurs (j'en attendais beaucoup !).

Fleuve Noir, mars 2014