17/09/15

Le Cabinet chinois, de Patricia Wentworth

Le cabinet chinois, de Patricia Wentworth

En devenant l'héritière d'un mystérieux cousin, Chloé ignore que celui-ci a bâti sa fortune grâce au chantage. Toutes les lettres compromettantes se trouvent désormais dans un cabinet chinois fermé à clef, avec une combinaison. Lorsque la jeune femme pousse la curiosité à fouiller dans les affaires du vieil homme, elle tombe des nues et cherche à fuir le domaine de Danesborough. C'est sans compter sur le couple d'intendants, les Wroughton, qui ne la lâche pas d'une semelle et espionne ses moindres faits et gestes. C'est dans cette atmosphère charmante et désuète que Patricia Wentworth tisse une intrigue gentillette, avec une tension dramatique palpable, qui n'est pas sans rappeler les films d'A. Hitchcock ou les romans de Daphné du Maurier. Par contre, l'héroïne est confondante de naïveté et devient vite un brin agaçante à accorder sa confiance aux mauvaises personnes ou à agir sur un coup de tête avant de s'en mordre les doigts. La deuxième partie en devient quasi poussive, avec un dénouement faiblard, qui ternit quelque peu la très bonne appréciation du début.

10/18 Grands Détectives ♦ Juillet 2015 ♦ Traduit par Pascale Haas (The Black Cabinet)

Posté par clarabel76 à 15:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Du sang sur Abbey Road, de William Shaw

DU SANG SUR ABBEY ROAD

Brimé par ses collègues, qui lui reprochent son caractère solitaire et taciturne, Paddy Breen accepte de chaperonner Helen Tozer, une jeune inspectrice particulièrement bavarde, sur la scène d'un crime ignoble. Une fille a été assassinée dans le quartier d'Abbey Road, pas loin du studio d'enregistrement des Fab Four. Son corps nu a été jeté sur un matelas. Les voisins n'ont rien vu, rien entendu. Et on ignore tout de l'identité de la victime. Notre duo d'enquêteurs dépareillés mais bougrement attachants va aussitôt s'embarquer dans une course entraînante, à travers les rues de Londres ou sur les routes du Devon, traquant le moindre indice pour remonter un début de piste, même si la tâche s'annonce ardue. Mais c'est franchement grisant, planté dans l'ambiance électrique du Swinging London, en pleine Beatles mania (nous sommes en 1968) et avec des personnages truculents.

J'ai franchement adoré ! Paddy est guindé au possible et traîne son vague à l'âme depuis la mort de son père, tandis que Helen est pétillante, enjouée et décidée. Elle ne s'embarrasse pas des procédures (une femme n'avait pas le droit de conduire une voiture de police) et roule sa bosse pour oublier un drame familial. Tous deux étaient faits pour se rencontrer et vont probablement nous réserver d'autres aventures pleines de réjouissances ! J'ai hâte. ☺ 

10/18 ♦ Janvier 2015 ♦ Traduit par Paul Benita (A Song From Dead Lips)

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16/09/15

Travail soigné, de Pierre Lemaitre

TRAVAIL SOIGNÉ

J'aurais souhaité n'avoir jamais lu Alex avant celui-ci et procéder aux présentations dans les règles de l'art - Camille Verhoeven, commandant de police, soucieux du travail bien fait, barbotant au sein de sa brigade comme un poisson dans l'eau, amoureux à la ville et bientôt papa. À la place, j'avais déjà aperçu l'image d'un type brisé et désabusé par la faute de cette enquête criminelle qui s'installe présentement.

Des meurtres, ignobles et épouvantables, mis en scène de façon soignée et macabre, basculant toujours plus loin dans l'horreur et l'innommable... Et déjà une étiquette sur ce tueur en série - le Romancier - dont l'obsession consiste à reproduire les crimes les plus célèbres de la littérature policière et récolter les lauriers de la gloire en faisant la une des journaux. Sans se douter, Camille est devenu le jouet du psychopathe.

C'est indubitablement un roman noir, violent, déroutant mais fichtrement prenant. Jacques Frantz - spécialement sollicité par l'auteur pour enregistrer son roman pour Audiolib - accomplit par la même occasion un jeu d'acteur époustouflant. Sa voix rauque et grave nous entraîne vers des sentiers glissants, au cœur de la cellule de crise et en communion avec la détresse de Verhoeven pour un effet vibrant, poignant, étonnant.

¡Madre mía! Ce roman est plus noir que noir, violent et déroutant, même s'il est fichtrement prenant. Certaines scènes sont d'ailleurs assez dures, avec force détails nauséeux et séquences émotionnelles bouleversantes (mais rien n'est jamais gratuit, comme l'explique P. Lemaitre dans l'entretien qui suit la lecture, en rappelant pourquoi on choisit de lire un roman noir et quelles sont nos attentes). Malgré tout, la puissance littéraire est là, intacte - la lecture est saisissante sur toute la ligne, elle remue tripes et boyaux et vous laisse k-o en fin de parcours. Chapeau bas.

Audiolib / août 2015 ♦ Texte lu par Jacques Frantz (durée : 12h 33) ♦ Suivi d'un entretien entre l'auteur et l'éditeur

15/09/15

Marée d'équinoxe, de Cilla & Rolf Borjlind

Marée d'équinoxe Sixtrid

Un soir d'automne 1987, une inconnue est enterrée vivante sur la plage de l'île Nordkoster et noyée par la marée. Vingt ans plus tard, Olivia Rönning, élève à l’école de police, déniche ce Cold Case pour son mémoire de fin d'études, la coïncidence voulant que son père décédé avait également enquêté sur le dossier. Olivia cherche à contacter l'autre inspecteur, Tom Stilton, pour évoquer son travail d'investigation. Or, l'homme a disparu de la circulation et aucun de ses collègues n'est en mesure de lui fournir la moindre explication. 

Dans le même temps, les rues de Stockholm deviennent le théâtre d'une flambée de violence : agressions de SDF, filmées et diffusées sur internet, ce qui ne chamboule pas outre mesure le policier chargé de l'enquête. Aux antipodes, dans une petite ville du Costa Rica, un individu vient de prendre une grave décision et plie ses bagages pour rentrer au pays, les larmes aux yeux. On ne saisit pas encore la portée de cette accumulation de personnages et d'informations, mais on se doute que ce schéma puzzle est en train de servir à dessein l'écheveau de l'intrigue. 

En attendant, on se laisse bercer ou guider par le rythme erratique, mais non moins passionnant. L'histoire qui se dessine est judicieusement mystérieuse, poignante et rondement menée. Impossible de décrocher avant la fin ! On s'attache aux personnages, on se sent proche de leur parcours, on se met au diapason et on vit l'enquête en frémissant. C'est tout bon. Il y a peut-être quelques facilités dans le dénouement, dont on aurait pu faire l'impasse, mais je pense que cela relance aussi la série pour la suite.

Transportée par l'histoire et ses rebondissements, je n'ai pas non plus considéré trop pénible l'interprétation de Françoise Miquelis, pour Sixtrid, qui est très « maîtresse d'école » (lente, pointilleuse et scandée). Car pour l'heure cette lecture s'est avérée une expérience pleinement convaincante  ! 

Sixtrid / Avril 2015 ♦ Interprété par Françoise Miquelis (Durée : 14h 45) ♦ Traduit du suédois par Carine Bruy (Springfloden) pour les éditions du Seuil ♦

Disponible en poche chez Points coll. Policier / Janvier 2015

Marée d'équinoxe

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14/09/15

Sans faille, de Valentin Musso

Sans Faille

Tout commence par des retrouvailles dans un café - Théo et Romuald, deux anciens camarades de lycée, décident de partir en weekend pour une randonnée dans les Pyrénées au nom de leur vieille amitié. David, Juliette et Dorothée sont également de la partie. Mais très vite on comprend que cette excursion sonne fausse et manipulée. Les garçons ont en commun un passé chargé de mensonges et de trahisons, qu'ils tentent d'évacuer avec une grande claque sur l'épaule, mais les inimitiés ont la vie dure.

Le scénario est accrocheur et entretient un suspense haletant. On suit l'ascension du groupe avec une certaine interrogation quant aux motivations des personnages - il est clair que tous ont des secrets prêts à resurgir inopportunément. Le drame n'est pas loin et l'action s'intensifie de façon stressante. Alors on peste franchement contre les séquences de flashback un peu longuettes qui viennent se greffer à l'intrigue. Le rythme est cassé, mais la pression parfaitement maintenue.

Au final, on dévore l'histoire avec avidité et angoisse. C'est assez simple, mais suffisamment prenant. Et le lecteur pour Sixtrid, Alain Lawrence, est également surprenant par sa façon de lire « à l'ancienne », en y mettant les formes, le ton, les voix et (on imagine) les mouvements de bras. Je ne pensais pas que cela allait autant me plaire, mais j'ai vite suivi la cadence et adopté la mesure imposée. C'était efficace, enlevé et distrayant.

Sixtrid / Juillet 2015 ♦ Interprété par Alain Lawrence (durée : Durée : 11h 03) ♦

 

Sans Faille Points

Disponible en format poche chez Points / Janvier 2015

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


12/09/15

L'Ombre de Gray mountain, de John Grisham

L'OMBRE DE GRAY MOUNTAIN

L'été dernier, j'avais pris grand plaisir à me plonger dans le roman de John Grisham, L'Allée du sycomore en l'occurrence, et imaginais renouveler cette sensation avec son nouveau titre. Or, L'Ombre de Gray Mountain s'est avéré décevant, long et lassant.

L'histoire se passe à New York, en 2008. La crise financière s'invite à la fête et brise en plein envol la brillante carrière d'avocate de Samantha Kofer. Placée en congé sans solde, elle accepte de suivre un stage dans un centre d'aide juridique dans les Appalaches. Sitôt débarquée à Brady, une petite ville de Virginie, Samantha y découvre une existence assez terne et souffreteuse. La communauté dépend totalement des grandes compagnies minières, lesquelles polluent la région par leurs extractions intempestives. Tout le monde se tait. Tout le monde ploie l'échine. Seul Jeff Gray a choisi de s'élever contre les méchants pour protéger sa ville, ses habitants et leurs traditions.

Je pensais que l'histoire m'emporterait vite dans les coulisses des affaires judiciaires, à élaborer des stratégies et monter des dossiers qui tiennent la route. Au lieu de ça, l'histoire m'a d'abord fait la visite des lieux et enchaîné un panel de « cas » peu croustillants (des femmes bafouées, des foyers sans le sou, des maris violents). La misère sociale selon J. Grisham, décryptée en plusieurs chapitres fastidieux. J'ai senti poindre l'ennui. Survient alors la collaboration entre Samantha et Jeff - la promesse d'une immersion plus grisante et cernée de dangers. À ce stade, j'étais dans les starting-blocks. Avant de faire chou blanc.

Ce livre m'aura franchement déçue. Nous sommes loin du genre thriller ou intrigue judiciaire, en fait l'auteur semble vouloir sensibiliser son lecteur à la cause écologique et rappeler qu'être avocat consiste avant tout à aider « les vraies gens ayant de vrais problèmes ». C'est la décision qui devrait s'imposer à Samantha, à la fin du roman. Et encore ? Honnêtement, j'ai trouvé ce roman surfait.

Audiolib / Juillet 2015 ♦ Texte lu par Ingrid Donnadieu (durée : 12h 30) ♦ Traduit par Dominique Defert pour les éditions JC Lattès

Pas pleurer, de Lydie Salvayre

Pas pleurer CD

Dans une Espagne agitée par les idées libertaires autour desquelles s'opposent nationalistes contre républicains, l'été 1936 est aussi celui des grands bouleversements pour Montse, sa famille et leurs proches amis. Montse est jeune, belle, rêveuse et innocente. Elle suit de loin les conflits et les déchirements. C'est une vie autrement plus excitante qu'elle découvre, loin de sa campagne et de ses parents. Elle est animée d'une soif d'absolutisme et c'est tout naturellement qu'elle tombe sous le charme d'un poète français croisé sur son chemin.

La suite de l'histoire est racontée par le truchement de deux voix entrelacées. Celle de Georges Bernanos, à Palma de Majorque, devenu malgré lui le témoin impuissant des exactions commises par les troupes nationalistes, avec la complicité de l'église catholique. Et celle de Montse, désormais malade et sénile, qui s'exprime dans « un français bancal qu'elle estropie » en multipliant les grossièretés. C'est donc avec patience, en prenant un soin jaloux des confidences de sa mère, que Lydie Salvayre dépoussière l'histoire de sa famille, pour un hommage sensible, délicat et touchant.

Or, je n'ai pas vraiment trouvé le souffle espéré, alors qu'il ne manque pas grand-chose pour le rendre captivant et malgré une écoute audio bénéfique. Marie-Christine Letort y livre une force et une vitalité galvanisantes et rend la lecture solaire, sauvage, passionnée. Notamment les passages avec Montse, qui transcendent le récit selon moi. L'évocation des souvenirs se fait dans la douleur (perte de mémoire ou détails approximatifs). La mère se mélange les pinceaux et confond le français et l'espagnol pour un style direct, déconcertant mais amusant.

Une belle expérience littéraire, qu'il faut cependant débroussailler pour y apprécier l'essentiel (Montse!).

Sixtrid / Février 2015 ♦ Texte lu par Marie-Christine Letort (durée : 6h 23) ♦ éditions du Seuil, août 2014

 

Pas pleurer de Lydie Salvayre

Disponible en format poche chez Points, août 2015

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11/09/15

En poche ! # 48

Voici quelques-unes des dernières nouveautés en format poche = l'autre rentrée littéraire ! ;-)

♦♦♦♦

 

TONY HOGAN   FAMILLE MIDDLESTEIN   Les héritières de Rome,

Tony Hogan m'a payé un icre-cream soda avant de me piquer maman, de Kerry Hudson

La Famille Middlestein, de Jami Attenberg

Les héritières de Rome, de Kate Quinn

 

300 Mots   Une main encombrante   Un été avec Kim Novak

300 Mots, de Richard Montanari

Une main encombrante, de Henning Mankell [LU]

Un été avec Kim Novak, de Hakan Nesser [LU]

 

COULOIR DES TENEBRES   L'automne du commissaire Ricciardi   Jamais deux sans toi

Le couloir des ténèbres, d'Anne Perry

L'automne du commissaire Ricciardi, de Maurizio De Giovanni

Jamais deux sans toi, de Jojo Moyes

 

Cirque des reves   DÉCHIRÉS   Et rien d'autre

Le Cirque des rêves, d'Erin Morgenstern

Déchirés, de Peter Stenson

Et rien d'autre, de James Salter  [LU]

 

Le détroit du Loup   Le village   Saratoga Woods

Le Détroit du  Loup, d'Olivier Truc  [LU]

Le Village, de Dan Smith

Saratoga Woods, d'Elizabeth George

 

CAFE DE LUXE   Retour à Little Wing   Nos mensonges

Le café de luxe pour beaux messieurs, d'Alexander McCall Smith

Retour à Little Wing, de Nickolas Butler

Nos mensonges, de Louise Douglas  [LU]

 

Les Indomptées   Sarah Thornhill   Dernier jugement

Les Indomptées, de Nathalie Bauer

Sarah Thornhill, de Kate Grenville

Dernier Jugement, de Jane Casey

 

Oh my dear   Le Bruit des autres   Le Retour

Oh my dear ! de TJ Middleton  [LU]

Le bruit des autres, d'Amy Grace Loyd

Le Retour, de Robert Goddard

 

Un fragile espoir   Cadavre 19 Poche   L'homme de la montagne

Un fragile espoir, de Hannah Richell

Cadavre 19, de Belinda Bauer  [LU]

L'homme de la montagne, de Joyce Maynard  [LU]

 

Trouble   Scène de crime virtuelle   Le Sang versé

Trouble, de Helene Uri

Scène de crime virtuelle, de Peter May

Le sang versé, d'Asa Larsson

 

La couleur du lait   Ne meurs pas sans moi   Une héroïne américaine

La couleur du lait, de Nell Leyshon  [LU]

Ne meurs pas sans moi, de Suzanne Stock

Une héroïne américaine, de Bénédicte Jourgeaud

 

   Constellation   Muchachas

 Pas pleurer, de Lydie Salvayre  [LU]

Constellation, d'Adrien Bosc

Muchachas Tome 1, de Katherine Pancol  [LU]

 

Mauvaise compagnie   Meurtres en Majuscules   Ames soeurs Humaine Tome 2

Mauvaise compagnie, de Linwood Barclay

Meurtres en majuscules, de Sophie Hannah

Ames Sœurs (Humaine tome 2), de Rebecca Maizel  [LU]

 

Animale

 Animale : La malédiction de Boucle d'Or, de Victor Dixen  [LU]

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

À un fil, de Rainbow Rowell

À UN FIL

Georgie tient la chance de sa vie en décrochant un contrat pour son premier feuilleton TV, en coécriture avec son ami Seth. Elle doit hélas renoncer à ses projets de vacances et ne pas passer Noël en famille. Son mari Neal et leurs deux filles partent sans elle, la laissant plus désemparée que jamais. Georgie court se réfugier chez sa mère et multiplie les tentatives de joindre Neal, qui ne répond pas à ses coups de fil.

Un soir de désespoir, elle l'appelle depuis le vieux téléphone jaune de son adolescence, celui planqué dans sa chambre. Et le miracle s'accomplit, Neal est en ligne, aussi malheureux et désemparé qu'elle, et lui marmonne : « Je n’ai pas envie de rompre avec toi, pas maintenant. Pas ce soir, en tout cas. Ce soir, j’ai envie de faire comme si tout le reste n’existait pas. J’ai envie d’être amoureux de toi. »

Avant d'en découvrir davantage, le roman confirme son potentiel douillet et adorable en proposant une histoire aussi tendre et touchante que possible. On a deux personnages en perte de vitesse, qui s'aiment, c'est évident, mais qui accusent quinze ans d'une vie à deux où le malaise a fini par s'installer. Ni l'un ni l'autre ne se sent heureux. Comment ont-ils pu en arriver là ?

Puis, réalisant que Georgie parle au bout du fil avec le Neal de sa jeunesse, elle saisira l'occasion de “soigner” son couple en cernant la source du problème, devenue le poison de sa vie actuelle. Elle remontera aussi le fil du temps en ressassant sa rencontre avec Neal et les débuts de leur relation balbutiante, mais riche en émotions.

Rainbow Rowell nous offre une vision romantique et magique de l'amour, à laquelle on a aussi très envie d'y croire, et qui nous berce de douces illusions. Seul bémol, je ne me suis jamais sentie en communion avec les personnages. Et l'attitude de Neal m'a souvent agacée. Sans quoi, cela reste une jolie lecture et un doux moment à partager.

Milady / Janvier 2015 ♦ Traduit par Benjamin Mallais (Landline)

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10/09/15

Plus loin, plus près, de Hannah Harrington

Plus loin, plus près

Effondrée par le suicide de sa sœur, qu'elle ne comprend pas et n'accepte pas, Harper décide de partir avec l'urne de June, traverser le pays jusqu'en Californie pour y déverser les cendres dans l'océan. C'est seulement en compagnie de sa meilleure amie et d'un type croisé par hasard qu'aura lieu cette escapade empreinte de musique, de rires et de larmes.

On a là un roman d'une très grande sensibilité, avec des mots qui sonnent vrais et qui font du bien.
De l'amitié, ciment de la vie, et une famille en déroute.
Des silences qui font mal, ou qui font peur.
Des non-dits à creuser.
Et il y a l'amour pour combattre la mort.
Tout ça au rythme des kilomètres avalés, dans une fourgonnette surnommée Joplin.


C'est super agréable à lire. L'histoire est exaltante, débordante de joie et de tristesse, elle procure aussi une énergie positive. Et on en ressort galvanisé par cette vitalité et cette soif de survie. Une très jolie rencontre.

Mosaïc / Mai 2015 ♦ Traduit par Barbara Versini (Saving June)

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,