Les Cendres froides

C'est en fouillant dans les affaires de son grand-père Abuelo, peu après sa mort, qu'Aurélien découvre avec horreur un film de propagande nazie : dix jeunes femmes enceintes, grandes et blondes, souriant à la caméra, près d'un officier allemand, en compagnie de son aïeul. Cette révélation est un choc, car elle ébranle son idée d'appartenir à une famille déjà sujette aux drames. Il prend alors contact avec une jeune thésarde que venait de rencontrer son grand-père avant de mourir et cherche avec elle une réponse à ses nombreuses questions.

Jusqu'où Abuelo a pu s'impliquer dans ce Lebensborn basé en France dans les années 40 ? Quel était son rôle, en tant que médecin ? Et quel lien avec cette vieille dame sauvagement assassinée chez elle dans la Marne ? Aurélien s'entête alors à déterrer secrets et mensonges entretenus par la famille, mais se heurte à des menaces et autres agressions intimidantes. Sa sœur et lui vivent dans la terreur, sans pour autant réussir à partager leur désarroi et chasser ce mal-être qui couve entre eux depuis leur enfance.

Bref. Le roman se lit étonnamment vite et nous tient en haleine de bout en bout. On voyage à la fois dans le temps et les époques, à revisiter des histoires du passé entremêlées aux chapitres noirs de l'histoire de France. L'intrigue est bien ficelée, dynamisée par une intensité dramatique captivante. L'auteur est parvenu à tisser des liens étroits entre sa trame romanesque, une ambiance noire pétrifiante et de précieuses indications historiques... Le résultat n'est pas mal du tout !

Points coll. Thriller / Mai 2012