Digitale

À vingt ans, Jade est déjà calibrée pour devenir une Guérisseuse digne de ce nom, forte d'un héritage controversé qu'elle tente de surpasser (sa mère était qualifiée de déficiente). Mais qu'est-ce donc ? Le monde dans lequel vit Jade Stone s'est reconstruit en prenant le contrôle des émotions de l'humanité - celle-ci s'est détruite à coup de guerre et de bombe atomique. Pour se relever après un massacre sans précédent, hommes et femmes vivent désormais sous l'ascendant d'un système de puces qui programme leurs faits et gestes, leurs pensées, leurs paroles, leurs pulsions. Même leur parcours sentimental est étudié de long en large, chaque couple formé d'après une recherche dans la base de données et une étude de compatibilité. La spontanéité n'a plus lieu d'être, mais chacun vit dans une parfaite harmonie. Ce discours, Jade l'entend depuis ses dix ans. À aucun moment elle n'a osé contester le principe, dans sa famille sa mère était réputée pour être instable et irrécupérable, aussi la jeune fille a grandi avec la volonté de satisfaire à toutes les attentes. Et puis, tout bascule lorsqu'elle se voit confier le cas de Sacha Fleery, un néodéficient qui résiste à tout embrigadement. Son caractère impétueux et survolté interpelle notre héroïne, de plus en plus troublée par ce jeune homme, et pas seulement parce qu'il a osé l'embrasser exprès pour la tirer de sa léthargie. Jade est curieuse, soucieuse de mieux connaître cet individu, et s'investit plus que de raison dans son travail.

Cette lecture n'offre aucune originalité et m'a d'ailleurs fait penser à la série de Teri Terry (Effacée) ou de Heather Anastasiu (Glitch). Je n'ai pourtant pas été déçue par la version qu'en propose Sarah Wagon, jeune auteur française, qui signe là son premier roman, fortement inspiré par le courant dystopique en vogue. Un peu de chauvinisme SVP. Le roman propose donc une intrigue solide, qui combine habilement la réflexion et l'action, mais peine néanmoins à susciter une véritable émotion. C'est là mon problème, je n'ai rien ressenti pour les personnages, j'ai été entraînée dans leurs découvertes et leurs combats, mais je n'ai pas vibré à leurs côtés en tournant les pages frénétiquement. J'attends de la suite qu'elle me surprenne sur ce plan-là ! Quant au reste, à défaut d'être innovant, c'est écrit avec intelligence et se base sur un rythme enlevé et engageant. 

PKJ / Août 2015

Digitale