25/05/16

Un monde sauvage, de Xavier-Laurent Petit

Un monde sauvage

- La Maslenita au feu ! La Maslenitsa au feu ! 
C'était la même chose, chaque année, à l'arrivée du printemps. Les enfants, les parents, les jeunes, les vieux, les femmes, les hommes... On était tous là, tous ceux de Slobodnié, y compris le minuscule bébé de Klara, notre voisine, qui disparaissait sous le manteau matelassé de sa mère. Rien qu'à nous entendre hurler ce jour-là, on aurait pu croire que nous étions des milliers. Mais Slobodnié n'était qu'une minuscule bourgade perdue au bout du bout de la taïga. À part les loups, les ours et les renards, personne ne pouvait nous entendre. L'air sentait la fumée, le miel, le girofle et les blinis. Il faisait un froid à fendre les pierres, mais on se réchauffait en dansant autour du feu, en buvant et en braillant comme des déments. On fêtait le printemps, qui n'arriverait que des semaines plus tard.

Dans une contrée isolée de l'Extrême-Orient sibérien, Felitsa, une jeune ado russe, a coutume de faire l'école buisonnière pour suivre sa mère dans ses tournées de garde-forestier. Celle-ci vient de relever des traces d'une maman tigre pleine et n'ignore pas qu'elle constitue désormais une proie de rêve pour les braconniers. Le père de Kostia, un camarade de Felitsa, est d'ailleurs la bête noire de sa mère, même si elle veille au grain, son impuissance est grande en apprenant que son échalas de fiston cherche à prendre du galon.

Dans une ambiance sauvage et fascinante, se dessine une vie rudimentaire, basée sur la simplicité, les traditions et le respect de la nature. Et c'est l'homme qui vient y mettre sa pagaille, en traquant férocement des espèces protégées, en glissant vers l'interdit, en se gavant de paradis artificiels ou en cédant aux émulsions hormonales... Observatrice sensible et attentive, Felitsa diffère de ses amis en boudant le shopping, les fêtes, les soirées arrosées, les danses lascives. À la rentrée prochaine, elle devra partir en ville pour poursuivre ses études et quitter l'école de la taïga si chère à sa mère. En attendant, elle va être au cœur des événements tragiques de ce printemps en pleine mutation, dont l'auteur va livrer tous les secrets et les enjeux en déployant force et émotion, insouciance et ferveur. Des drames personnels et familiaux viendront ponctuer l'histoire vers une issue poignante, d'où l'on retiendra essentiellement la valeur symbolique de la préservation des valeurs ancestrales et de l'environnement. Un roman qui complète merveilleusement l'œuvre de l'auteur pour une lecture toujours riche en réflexion et pleine d'une promesse d'évasion. Dépaysement assuré. 

L'École des Loisirs, mai 2015

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Moi & ma Super bande, de Timo Parvela & Zelda Zonk

S.O.S maître en danger ! & Tous en scène !

IMG_6465

Nathan lance une nouvelle collection de romans pour jeunes lecteurs (dès 7-8 ans) de presque 100 pages et l'inaugure avec cette chouette série de Timo Parvela, dessinée par Zelda Zonk (ah, ce pseudo !... j'en papillonne de bonheur - les initiés comprendront). C'est l'histoire d'une petite bande de mômes, Ella, Sam, Toni, Hanna, Heidi, Paulo et Tiina, tous élèves en primaire. De nature intrépide, pour ne pas dire dissipée, nos lascars sont d'insatiables curieux, capables de tourner en bourrique leur enseignant si celui-ci n'a pas anticipé leur imagination galopante. Ils peuvent ainsi rebondir au moindre détail sordide ou dès qu'un élément leur échappe, comme récemment le changement d'humeur de leur maître qui ne cesse de les intriguer. Attentifs, ils ont pu remarquer que c'est après avoir reçu une lettre qu'il est devenu l'ombre de lui-même. Il ne fait plus de blagues en classe, il est souvent à côté de la plaque, comme à la piscine, où la séance ressemble à du grand n'importe quoi. Les enfants ont dans l'idée que leur instit est tourmenté par un maître chanteur et qu'ils doivent le sortir de ce mauvais pas. Mettre leur grain de sel dans une affaire d'adulte... Quelle farce ! On retiendra, dans cette histoire cocasse et délirante, le délicieux subterfuge de la valise remplie de vieux journaux de Mickey, une sacrée surprise pour notre grand voyageur ! Je n'en dévoile pas davantage.

Le deuxième tome voit notre joyeuse bande en pleine effervescence créatrice, car ils viennent d'apprendre que leur classe va se produire sur scène pour la fête de Noël. Une pièce de théâtre, ni plus ni moins. Mais imaginez des enfants intenables s'appliquer à suivre des directives et clamer leurs répliques, selon des consignes strictes... ha, ha, ha ! C'est aller au devant de terribles aventures, ou alors il faut aimer le risque et l'inattendu ! Accrochez-vous. Cette série possède ce petit grain de folie qui rend la lecture drôle et attachante. La super bande de potes est impayable, avec ses farces et ses dialogues hilarants, les idées fusent à chaque coin de page. C'est original, espiègle et comique, avec aussi des illustrations en symbiose parfaite avec le ton décalé de l'histoire. Deux prochains tomes vont paraître en juin.

Nathan, coll. Premiers romans, avril 2016

   

SOURCE : Zelda Zonk

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Mademoiselle Alice qui inventa le cinéma, de Sandrine Beau & Cléo Germain

Mademoiselle Alice qui inventa le cinéma

Ce petit roman nous introduit avec efficacité dans le milieu du cinéma à ses débuts balbutiants et nous fait rencontrer une incroyable demoiselle, Alice Guy, vingt-deux ans en 1895. Suite au décès de son père, Alice n'a pas d'autre choix que de trouver du travail et décroche un poste de secrétaire au Comptoire général de photographie, auprès de M. Gaumont. Sa découverte du cinématographe des frères Lumière va considérablement chambouler son destin ! Car Mademoiselle Alice comprend très vite le potentiel de la machine et la nécessité de créer des petites histoires pour divertir le public. Son succès est immédiat, parfois au grand mécontentement de son patron, qui rouspète pour la forme, car il la propulse à la tête d'un vrai studio de cinéma pour y développer ses tournages. Alice, toujours pleine d'entrain, se lie d'amitié avec un garçon comédien, Joseph, surnommé La Glu, et tombe amoureuse de son cameraman, Herbert. Ensemble, ils vont même s'exiler aux USA pour assurer la promotion du chronophone de M. Gaumont et réaliser toujours plus de films. J'étais remplie d'enthousiasme à la lecture de ce délicieux portrait, jusqu'à ce que je tombe sur la note biographique en fin d'ouvrage (le coin des experts) pour y apprendre le revers de la médaille et les malheurs d'Alice, ce qui explique pourquoi, de nos jours, cette figure du cinéma du XIXe siècle soit si peu connue. Tristesse. Mais je conserve néanmoins une excellente appréciation quant à ma lecture et au parcours de cette pionnière mésestimée, qui a réalisé pas moins de 400 films et révolutionné le genre en apportant de la couleur et du son aux images. Le roman fait aussi un bref état des lieux de cette industrie décrite comme « une invention sans avenir » selon Louis Lumière et qui évoluera de façon considérable grâce au génie de réalisateurs passionnés et talentueux (Alice Guy, mais aussi Georges Méliès et son célèbre Voyage dans la Lune). Une lecture instructive, enrichissante et un tantinet poignante.

Belin Jeunesse, avril 2016 - illustrations de Cléo Germain

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

La Poule qui avait pondu un boeuf, de Christian Oster & illustré par Jean-Luc Englebert

La poule qui avait pondu un boeuf

Branle-bas de combat à la ferme ! Denise la poule vient de pondre un bœuf. Oui, un bœuf. Gros, gras, imposant. Passablement niais et interloqué. On croit rêver. Denise fait aussitôt appel à son amie Marge, qui a une théorie à ce propos. Denise a probablement avalé un B avant de pondre un bœuf, car tout le monde sait que le B devant l'œuf donne un bœuf. Voyons, voyons... Aurait-elle avalé une banane ou un bouillon ? De la brioche, de la betterave, du beurre, de la biscotte, des bigorneaux ? Non. Juste du blé. C'est déjà une piste ! Tous les trois partent ainsi à travers la campagne pour mener leur enquête. En chemin, rien d'anormal... jusqu'à ce qu'ils croisent un fermier en train de s'époumonner Hue ! hue ! devant son attelage inexistant. Son histoire réserve encore de belles surprises à nos enquêteurs en herbe et peut-être aussi la solution à tous leurs problèmes. Cette lecture revisitée et à l'humour farfelu, dont Christian Oster se fait le spécialiste, se lit avec des yeux ronds comme des billes et un sourire jusqu'aux oreilles. C'est certes invraisemblable et tiré par les cheveux, mais ce zeste de fantaisie interpelle à juste titre les plus jeunes, qui débutent en lecture, et qui vont se triturer les méninges avec cette leçon de B qui rend un œuf bœuf (et inversement) ! Très drôle, simple, efficace, avec des illustrations de Jean-Luc Englebert aussi cocasses et tendres pour accompagner cette promenade bucolique. Une valeur sûre, toujours. 

Mouche de L'École des Loisirs, mai 2016

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Libérez les dinos ! par Anne Loyer, Ingrid Chabbert & Estelle Billon-Spagnol

IMG_6069

L'effervescence règne en ville, depuis l'arrivée du cirque Magicus qui annonce avec force et fracas des numéros prestigieux impliquant un lion, une girafe et un éléphant. Pierre-Hercule, dit Djingo, en grimace d'avance et cherche à doucher l'excitation de son frangin, le jeune Marcel, impatient de se ruer sous le chapiteau. Mais voyons, les animaux n'ont rien à fait dans un cirque ! imagine-toi vivre derrière des barreaux... Rien n'y fait. Le gamin fait des pieds et des mains pour se rendre au spectacle, puis décide de faire le mur en pleine nuit. Du jamais vu. Djingo le surprend juste à temps pour le pister, direction la place où était installé le cirque, et là... surprise ! Le cirque s'est envolé. Au lieu de ça, le couple de diplos, Dino et Dina, est dévasté par le chagrin. Leurs chers bambins ont été kidnappés, enlevés, arrachés à leurs parents. Seul coupable : Augustus Pitrus, le dompteur indomptable. Plus de temps à perdre, il faut réunir le gang des trottinettes et courser la compagnie Magicus pour libérer les triplés. Même la maîtresse va se joindre à l'aventure, à fond sur ses patins à roulettes, « attrapant le mastodonte au vol pour stopasser son élan et finir sa course en un magnifique soleil autour du cou de son sauveur ». Ha, ha. Voilà une lecture pleine de pep's, de joie, de péripéties stupéfiantes, d'humour et d'entraide. Où l'on évoque le droit des animaux et le sensationnalisme effréné, mais aussi le droit aux rêves et à la magie (parce que le cirque est aussi un monde de paillettes et d'étoiles). J'ai beaucoup apprécié la dynamique de cette courte histoire, qui s'adresse aux enfants, avec des illustrations qui traduisent ce sentiment de conte déjanté à découvrir avec grand plaisir ! 

Frimousse, coll. Papillon - février 2016

Déjà parus : Dino et nous - Dino la panique - Un Dino au tableau

 

IMG_6070   IMG_6071

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,