Henri est en retard

Les parents de Henri sont malades et se sentent incapables de le conduire à l'école. L'enfant ne concevant pas de rester à la maison, il téléphone aussitôt à son grand-père qui débarque aussi vite sur sa mobylette. Promis, le garçon arrivera à l'heure en classe.

Et pourtant, les ennuis s'enchaînent : une route barrée à cause de la pluie, le détour et la barque à emprunter pour traverser le lac, la rencontre avec une vieille copine... Ça se traîne, soupire l'enfant. Henri décide finalement de poursuivre le chemin à dos d'élan !

Eh oui. Les aiguilles de l'horloge, par contre, continuent de tourner et l'enfant risque sérieusement d'arriver en retard à l'école. Que de stress à la lecture de cet album ! Pour l'enfant, toujours pointilleux d'être à l'heure, louper l'école est absolument impensable. Et tout, dans cette histoire, sera pour lui source de tension et d'angoisse, même si tout est mis en œuvre pour conduire le jeune Henri jusqu'à son but.

Quelle aventure, quelle épopée ! Mais le voyage est également riche de paysages enchanteurs, avec une faune épatante que l'auteur prend le temps de dessiner et de présenter (des grèbes huppés, des foulques, des courlis corlieu, des marouettes, des panures à moustaches...). Avec le grand-père motard, finalement, on apprend aussi un tas de choses !

C'est magique, sensationnel & exaltant. Les albums d'Adrien Albert ont cette étincelle à part, avec ce trait de crayon précis et cette pureté aérienne qui rendent son graphisme identifiable. J'aime beaucoup, beaucoup. Ses histoires, ensuite, possèdent ce petit grain de folie douce qui donne à la lecture une part d'excentricité qu'on ne trouve nulle part ailleurs.

Une jolie échappée, à travers la campagne pluvieuse et parsemée de rencontres farfelues. Un album accompli.   

L'École des Loisirs - Novembre 2016

Afficher l'image d'origine