12/04/17

Pêle-Mêle : Un gâteau comment ? - Disparais ! - Fritzi et la chaussure enragée

un gateau comment

Le temps que papa passe un coup de fil important, Léonie doit surveiller son petit frère. À l'approche du goûter, celui-ci lui réclame un gâteau. La fillette lui répond « comment ? ». En fait, Léon a oublié de dire s'il te plaît, mais avant de le comprendre, il va s'arracher les cheveux pour obtenir de sa sœur son précieux gâteau au chocolat du paquet qui se trouve là, juste à côté. Le déroulement de l'histoire est tout simplement génial, rigolo et malicieux, on se sent complice de Léonie qui tient tête - avec raison - au jeune insolent. Car on ne rappellera jamais assez l'importance de la politesse dans la vie de tous les jours ! Gwendoline Raisson et Ella Charbon pointent du doigt les mauvaises habitudes, l'étourderie, l'oubli, même chez les grandes personnes, et non pas la mauvaise éducation. De toute façon, la police des bonnes mœurs n'en loupe pas une miette. Et Léonie rappelle à l'ordre les contrevenants ! ^-^ Un album adorable et drôle, avec des illustrations absolument charmantes. 

Un gâteau comment ? de Gwendoline Raisson & Ella Charbon

L'école des loisirs, 2017

 

disparais

Charlotte adore ses parents, sauf lorsqu'ils sont toujours sur son dos à l'assommer avec des ordres comme “lave-toi les mains”, “range ta chambre”, “fais tes devoirs”... De toute façon, Charlotte est persuadée de venir d'une autre planète où il n'existerait aucun parent. Chaque enfant aurait ainsi le droit de faire tout ce qu'il veut. Pour son anniversaire, la fillette demande à ses parents une boîte de magie car elle a une idée derrière la tête. Le soir même, au moment du coucher, zou ! elle brandit sa baguette sur sa mère, puis sur son père, en hurlant “disparais”. Et ses parents se volatilisent dans un grand nuage de fumée. Youpi, Charlotte vient d'acquérir sa liberté. À elle toutes les cochonneries à engloutir jusqu'à l'écœurement, pouvoir s'avachir devant la télé, regarder des dessins animés toute la nuit en mangeant du chocolat ! Aucune contrainte, aucune nuisance, aucun parasite. C'est le pied. Bizarrement, c'est beaucoup moins drôle quand on entend des bruits bizarres dans la maison en étant toute seule dans le noir. Gloups. Papa, maman, revenez ! Si votre enfant imagine qu'un monde sans règles serait tellement plus cool, ouvrez ensemble cet album qui traite du sujet avec humour. On y découvre un rapport à l'autorité concrètement désopilant et savoureux.

Disparais, de Michaël Escoffier & Matthieu Maudet

L'école des loisirs, 2017

 

fritzi

Fritzi se fait du souci pour le petit éléphant Popote, parti tout seul en vadrouille alors qu'une chaussure enragée sème la terreur sur son chemin. Elle avertit aussitôt la police pour lui prêter secours, mais c'est le boulanger qui accourt (l'agent de police est malade). Ensemble, ils réussissent à piéger la chaussure folle et se sentent rassurés... à tel point qu'ils décident de partir tous en vacances ! Eh oui, l’amitié est plus forte que la godasse qui mord. Voilà qui donne envie de sourire jusqu'aux oreilles ! Cette lecture un brin fantasque et tellement drôle nous embarque dans une aventure riche en surprises, absolument sans logique et truffée d'anecdotes farfelues. Rien que pour ça, j'adore l'humour de Catharina Valckx, son univers et son originalité. On trouve même dans cet album une limace prénommée Joëlle. Qui dit mieux ? ☺

Fritzi, de Catharina Valckx

L'école des Loisirs, 2016

 


Pêle-mêle : Tout est magie - Bienvenus - Le Chat blanc et le Moine - Ma sœur, je la déteste !

tout est magie

Monsieur Lapin est un célèbre magicien, qui a toutefois bien du mal à trouver l'assistant idéal. Sa chance tourne le jour où il auditionne Houdini Bouquin. Un petit lapin au poil. Efficace, appliqué, sommant les troupes, veillant au grain, vraiment irréprochable. Mais un soir de représentation, une peau de banane oubliée sur scène, tout dérape. Monsieur Lapin perd le contrôle de la situation, Houdini aussi. Et les rôles sont inversés. Houdini va briller sous les feux de la rampe, devenir la nouvelle coqueluche en tant que magicien et faire salle comble en enchaînant une tournée à guichets fermés. Plus Houdini s'épanouit, plus Monsieur Lapin s'étiole en coulisses. La magie lui manque terriblement, il est temps de renverser le sablier. Quelle belle et étonnante histoire, franchement adorable ! Et quel fabuleux tour de passe-passe ! L'histoire et les illustrations offrent un très joli numéro de prestidigitation, assez cocasse et stupéfiant. Elle montre aussi que les lapins et les humains sont capables de choses “incroyablement surprenantes”, de quoi donner des étoiles dans les yeux aux enfants, enchantés à la lecture de cet album, coloré, fantasque, tout simplement magique ! ♥

Tout est magie, de Meg McLaren

Kaléidoscope, 2017 - Trad. Elisabeth Duval


©Tout est magie, de Meg McLaren

 

bienvenus

Trois ours polaires se prélassent sur la banquise, quand soudain la glace cède et les emporte au beau milieu de l'océan, sur leur fragile embarcation. Affrontant les intempéries, ils pensent crier victoire à la vue d'une terre à l'horizon, mais l'accueil réservé par les habitants est froid, inhospitalier. Ils doivent donc repartir, chercher une autre terre d'asile, loin, toujours plus loin. Chassés, ignorés, snobés, conspués, nos ours errent comme des âmes en peine. Désespérés, à bout de force, ils s'imaginent périr en mer, dans l'indifférence générale. Ce magnifique album, au sujet tristement d'actualité, présente aux enfants une vision des mouvements migratoires sous une apparente légèreté et beaucoup de poésie, sans écarter l'injustice et la complexité que peut provoquer cette transhumance. On nous présente aussi des pays planqués derrière leurs barricades, fermés aux autres, rejetant fermement toute nouvelle intrusion. Barroux illustre le thème des réfugiés en toute sobriété en racontant une histoire d'ours polaires, en train de dériver sans but, sans avoir recours à des propos moralisateurs. Chaque lecteur jugera selon son ressenti, sa sensibilité, en tenant compte du chemin parcouru pour nos trois ours aux abois. J'ai beaucoup apprécié la démarche, surtout que l'histoire baigne dans un beau cadre lumineux et pointe du doigt l'absurdité des uns et des autres. À découvrir ! Un album très pertinent.

Bienvenus, par Barroux

Kaléidoscope, 2017

 

le chat blanc et le moine

Un moine et un chat blanc partagent la douceur de vivre ensemble, dans le calme d'une cellule ascétique, chacun vaquant à ses occupations, dans un silence respectueux. L'un s'abîme les yeux à étudier des manuscrits, pesant chaque mot, ne négligeant aucun détail. L'autre scrute le trou dans le mur et attend son heure pour sauter sur la souris qui se cache. Cette cohabitation respire la sérénité, la plénitude et la sagesse. À première vue, l'esthétisme peut sembler austère, les couleurs sont ternes et les illustrations plutôt sobres, mais cette ornementation épurée colle aussi avec l'ambiance du récit, d'où l'impression d'une harmonie parfaite. Cette lecture hyper apaisante fait également écho à un poème (Pangur Bán) inspiré d'après un moine bénédictin du 9e siècle et de sa relation complice avec son animal de compagnie. Il se dégage de cet album une vraie sensation de pureté et de bien-être. 

Le Chat Blanc et le Moine, par Jo Ellen Bogard & ill. par Sydney Smith

Kaléidoscope, 2017 - Trad. Elisabeth Duval

 

ma soeur je la deteste

Place maintenant à un grand classique : la sacro-sainte rivalité au cœur de la fratrie ! Christine Davenier nous raconte l'histoire de ce joli duo de frangines, qui ne se supportent plus. L'une est forcément plus douée, intelligente et préférée des grands, a contrario de l'autre qui se sent dans l'ombre et cherche à tirer la couverture à elle. Que de bisbilles pour presque rien. Quand l'une reçoit un chien en cadeau, l'autre choisit une belle palette de crayons... pour exprimer son talent artistique et susciter l'émerveillement de tous ! Et hop rebelote. La crise de jalousie alterne selon les jours, les humeurs, les circonstances. C'est une ronde sans fin. Et c'est ce qui rend l'album aussi attachant, amusant et authentique. On se retrouve implicitement dans cette guerre d'usure, chère en souvenirs ou autres anecdotes qui sentent le vécu, d'où le fil invisible qui relie le lecteur aux personnages et inspire une charmante connivence. 

Ma sœur, je la déteste ! de Christine Davenier

Kaléidoscope, 2017