TE LAISSER PARTIRJacob, un môme de cinq ans, est fauché un soir de pluie par une voiture, qui prend aussitôt la fuite. La mère est brisée, la presse crie au scandale, la police lance de nombreux appels à témoins, et malgré tous leurs efforts, l'enquête stagne. Pour le capitaine Ray Stevens et sa jeune collègue Kate, la frustration est énorme au moment de se résoudre à classer l'affaire sans suite. Pour Jenna, une artiste locale, l'existence aussi a été impactée par ce drame. Bouleversée et en pleine tourmente émotionnelle, la jeune femme part recommencer sa vie au Pays de Galles, en louant un petit cottage abandonné, proche de la mer. Jenna est secrète, mais a besoin de retrouver calme, paix et sérénité. Dans ce trou paumé, sa retraite semble parfaitement indiquée et bénéfique. 

Ce qui est intéressant dans cette lecture, c'est son calme imperturbable à nous raconter les vies des uns et des autres - entre Jenna, en pleine remise en question personnelle, le capitaine Ray, qui néglige sa famille et ne la comprend plus, et enfin Kate, jeune, libre et sans attache... On sent le drame qui s'infiltre partout, entre les lignes, et qui connote le roman d'une ambiance bien lourde et poignante. 
Au départ, j'ai trouvé que cela fonctionnait très bien et n'ai d'ailleurs pas vu venir le coup de bâton qui clôt la première partie. Stupeur et tremblements. C'était tout moi. Seulement voilà, après ça, j'ai été déçue par le nouveau tournant de l'histoire, par le rapport de force inégal et branlant. J'ai très vite senti l'arnaque, d'où mon agacement à participer à cette mascarade.
L'enquête aussi a pris mauvaise tournure, entre les négligences et les énormités, j'ai trouvé son déroulement incongru. Par contre, on découvre un autre aspect du travail de la police et on se rend compte que rien n'est jamais providentiel, que les inspecteurs sont des types ordinaires, et que la vie ne ressemble pas à une série tv.
OK pour la forme, mais j'ai été peu surprise par ma lecture, finalement peu audacieuse et trop convenue. L'ensemble est bancal, malgré une prestation audio de bonne qualité - Joséphine de Renesse est touchante, Philippe Résimont fait carrément flipper (mais n'est pas à l'aise avec les voix féminines). 
Si ce n'avait été pour son format audio, littéralement happant, j'aurais probablement mis de côté les 450 pages du roman. Un buzz littéraire moyennement justifié, pour ma part. :/

©2014 Clare Mackintosh / Publié pour la première fois au Royaume-Uni, sous le titre "I Let You Go", par Sphere, un département de Little, Brown / Hachette Livre (Marabout) pour la traduction française

(P)2017 Audiolib, Texte lu par Joséphine de Renesse & Philippe Résimont (durée : 11h 35)