11/01/18

Passenger, d'Alexandra Bracken

PassengerC'est le grand soir pour Etta Spencer qui s'apprête à jouer du violon sur la scène du Metropolitan Museum, mais son heure de gloire va tourner court alors que la jeune fille assiste à une scène de chaos - bousculades en coulisse, coups de feu, son amie Alice qui s'effondre, une inconnue qui l'entraîne vers un bruit assourdissant, plongée dans les ténèbres... Etta se réveille alors au beau milieu de l'Atlantique, à bord d'un navire corsaire, en 1776. Face à elle, Nicholas Carter a été mandaté pour la conduire à New York afin d'y rencontrer Cyrus Boisdefer. Le Grand Maître des voyageurs dans le temps. C'est donc dans le feu de l'action que Etta apprend le poids de son héritage, le secret des passages, la mission qui l'incombe - mettre la main sur l'astrolabe, que sa mère aurait dérobé dans le passé. Elle a moins de dix jours pour tout gober et foncer à l'aveuglette vers son nouveau destin. Sur ce, on applaudit des deux mains la formidable capacité de notre héroïne à rebondir tout de go et l'énergie déployée à sillonner les époques sans tourner de l'œil au moindre contretemps. Pourtant, l'aventure ne manque pas de danger ni d'obstacles. Pour sauver sa mère, Etta doit en effet digérer les non-dits de son enfance, revoir toute son éducation et décrypter les indices glissés subrepticement. En dépit des apparences, Rose n'a rien laissé au hasard dans la préparation de sa fille... si ce n'est la présence de Nicholas, petit-fils illégitime de Boisdefer, dont le rôle consiste à coller aux basques de miss Spencer pour lui chiper l'astrolabe sous son nez.

Entre jeux de dupe et de séduction, cette intrigue réserve un éventail d'émotions fortes et délicieuses. J'avoue que cela m'a bien plu ! Si tout n'est pas parfait, à première vue, l'essentiel sauve la mise et nous embarque pour 480 pages de pimpante distraction. Forcément, j'ai beaucoup aimé les voyages dans le temps, l'Amérique du 18e siècle, Londres sous le Blitz, la jungle cambodgienne ou le jardin du Luxembourg sous la troisième république... C'est à chaque fois une promesse d'évasion et la découverte d'un univers riche et excitant. On met ensuite le cap vers une chasse au trésor complexe, avec des familles ou des clans qui s'entredéchirent et se trahissent pour gagner du terrain et décrocher le gros lot. Au milieu, le couple ne manque pas d'attrait, Etta est charmante, Nicholas attendrissant. On babille de joie à suivre leur idylle naissante. En somme, c'est parfois décousu et bancal, mais j'ai tout de même bien accroché et suis très heureuse de n'avoir pas à patienter de longs mois pour lire la suite (prochaine parution début février 2018). Non seulement tout est frais dans ma mémoire, et je n'ai aucune frustration à attendre. Cette lecture a été, pour moi, une agréable surprise que j'ai dévorée avec enthousiasme et ravissement.

Milan, 2017 - Trad. Leslie Damant-Jeandel

 

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Les orages de l'été, de Tamara McKinley

Les orages de l'étéPeu après le décès de sa mère, Olivia débarque en Australie et se rend dans le Queensland pour y retrouver sa sœur Irène. Mais les années et l'éloignement n'ont pas adouci leur relation conflictuelle, pourtant Olivia n'est pas prête à repartir en Angleterre, voulant solder les comptes du passé, puisqu'elle a en sa possession des documents attestant un secret trop longtemps gardé. Auprès de Gilles, son ami d'enfance, Olivia se livre avec pudeur et lui confie son histoire familiale jonchée de drames et de non-dits. Sur place, les deux amis font connaissance avec Maggie, la gérante d'un hôtel dont Sam est le propriétaire. Cette rencontre n'est pas anodine et donnera en son temps du grain à moudre dans la trame romanesque.

En attendant, on plonge les deux mains liées dans cette grande fresque sentimentale et on avale de son plein gré une grande quantité de banalités comme on est en droit d'attendre. Donc, la famille déchirée et les révélations fracassantes sont du nombre. Les amours contrariées, les mensonges et autres trahisons, aussi. C'est cousu de fil blanc et néanmoins inspirant. En vrai, j'ai beaucoup aimé une bonne partie de ma lecture - évasion garantie, promesse d'exotisme, des paysages arides et un climat capricieux... L'Australie en 1947 se dévoile à nos yeux ébahis et ravis. C'est superbe. Et tout simplement distrayant. Par contre les personnages sont fades et ne renvoient aucune passion. Ils sont tristement convenus et répondent au cahier des charges. Il y a l'amoureux éconduit, la jeune femme rejetée depuis l'enfance, la sœur revêche et ambitieuse, la mère cachottière... Les histoires d'amour se dessinent sans surprise. Les aveux ne soulèvent aucun étonnement. On retombe vite dans les clichés, et le final s'éternise.

En gros, je n'éprouve aucune déception et ai assouvi au mieux ma curiosité sur Tamara McKinley (La dernière valse de Mathilda). J'ai également apprécié ma lecture faite par Ludmila Ruoso - l'écoute est plaisante, faite en toute modestie, même si parfois les voix frôlent la caricature selon les rôles attribués. Ceci dit, ma prochaine lecture portera sur la trilogie de Sarah Lark dans un registre qui me semble approchant. À voir ! ... ☺

> Ce livre audio est proposé en exclusivité par Audible et est uniquement disponible en téléchargement. Version intégrale d'une durée de 13h env.

©2016 L'Archipel. Traduction : Danièle Momont. (P)2017 Audible Studios FR 

Les yeux de Sophie, de Jojo Moyes

Les_Yeux_de_Sophie audible

À Saint-Péronne, petit village du nord de la France, les troupes allemandes ont établi leur campement et terrorisent la population locale. Nous sommes en 1916. Sophie et Hélène, deux sœurs, se donnent beaucoup de peine pour l'auberge familiale, en attendant le retour de leurs hommes. Mais l'arrivée d'un nouvel officier va perturber leur quotidien, car celui-ci prend désormais tous ses repas au Coq Rouge et se montre étonnamment galant avec Sophie. En fait, cet homme a révélé sa vraie nature face au tableau peint par Edouard Lefèvre, l'époux de la jeune femme, lequel la représente lascive et mystérieuse. Depuis, l'allemand semble obséder par les yeux de Sophie. Cette dernière y est également sensible, mais pense tirer avantage de cet ascendant pour sauver son mari prisonnier de guerre.

Voilà toute la première partie du roman, intense et passionnante ! Car l'histoire bascule ensuite un siècle plus tard, à Londres. Liv Halston est veuve, solitaire et paumée. Elle tombe amoureuse d'un ancien flic, Paul McCafferty, reconverti détective pour une agence chargée de retracer les biens volés par les allemands durant l'occupation pour ensuite les rendre à leurs propriétaires et héritiers. Bref. Le tableau des yeux de Sophie fait sa réapparition, par hasard, ce qui conduit le couple dans la tourmente. En fait, j'ai d'abord eu un peu de mal à m'embarquer dans leur histoire, car j'étais nostalgique du passé et trouvais les chagrins de Liv creux et insignifiants. Heureusement, l'évocation de la peinture a colmaté les brèches. La lecture a alors repris du poil de la bête, par contre attendez-vous à un roman cousu de fil blanc, avec des coïncidences miraculeuses et improbables en plein ! ☺

Au final, j'ai trouvé ça plutôt agréable et pas déplaisant. Cela se lit tout seul, le ton est romanesque et historique. Jojo Moyes confirme son talent de conteuse et réussit à nous embarquer dans son récit avec ses grandes envolées sentimentales et poignantes. J'ai été happée par le destin de Sophie et ressenti beaucoup de compassion à l'écoute du roman. La voix d'Émilie Ramet est douce et attachante pour convenir à la nature romantique du texte. C'est d'ailleurs la même comédienne qui interprète tous les livres de Jojo Moyes pour Hardigan et j'approuve grandement ce choix !

>> Ce livre audio en version intégrale est proposé en exclusivité par Audible et est disponible en téléchargement.

©2017 Milady. Traduit de l'anglais par Odile Carton. Titre VO : The Girl You Left Behind. (P)2017 e-Dantès. Lu par Émilie Ramet. Durée : env. 15 heures.
 
Couverture de Les Yeux de Sophie

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,