les jumelles

Dévastée par la mort tragique de sa sœur jumelle, dont elle porte la lourde responsabilité, selon elle, Abbi part s'installer à Bath où elle rencontre Beatrice et son frère Ben. Eux aussi sont jumeaux et inséparables. Ils vivent dans une grande demeure bourgeoise, où cohabitent d'autres artistes en herbe, et proposent à Abbi de se joindre à eux. Celle-ci est aimantée par le couple, d'abord par Beatrice qui ressemble physiquement à sa sœur, puis par Ben dont la beauté la trouble et lui donne des palpitations dans le ventre. L'entente idyllique ne va pourtant guère durer. Une étrange attirance se tisse au sein du trio et on ne sait plus bien qui en tire les ficelles - Beatrice met son frère en garde contre le comportement paranoïaque de Abbi, laquelle est convaincue d'être poussée à bout pour paraître folle aux yeux de Ben, tiraillé entre sa loyauté familiale et son béguin amoureux. En clair, c'est très ambigu, très flou, totalement déroutant. L'auteur brouille les pistes et nous plonge dans un terrible imbroglio où la manipulation s'impose comme maître d'orchestre. Résultat, on doute tout le temps, on accuse tout le monde, on se cogne la tête contre le mur. On slalome d'une pensée à l'autre et on ne sait plus sur quel pied danser. L'histoire a des effets perfides et inquiétants... jusqu'à la fin ! Certaines révélations détonnent, comme si le roman voulait montrer la relation gémellaire comme une sombre affaire de dépendance. C'est tordu et étouffant, ça aurait pu creuser plus loin et gratouiller la dernière couche de vernis qui sauve les maigres apparences. Du moins, cela se lit vite et bien. Le suspense est au taquet, même si les personnages sont tous extrêmement agaçants et le dénouement discutable. Je referme néanmoins le livre sur une note positive et agréablement surprise.

HarperCollins Poche, 2018 - traduit par Florence Guillemat-Szarvas [The Sisters]

================================================================