29/06/18

L'Archipel 1. Latitude, de Bertrand Puard

L'archipel LatitudeYann Rodin, bientôt dix-sept ans, est arrêté puis condamné pour des crimes qu'il n'a pas commis. Le garçon clame son innocence - il y a erreur sur la personne car il n'est pas du tout Sacha Pavlovitch mais juste son sosie.
Pire que ça, Yann est en fait le pion interchangeable d'un plan redoutable : une organisation secrète accepte d'effacer un individu de la surface de la planète et de le remplacer par une copie conforme. Hier, adolescent lambda, orphelin ayant trouvé refuge dans un monastère sur l'île de Porquerolles. Aujourd'hui, fils d'un criminel aguerri.
Contre la pression médiatique écrasante et la machine judiciaire en marche, impossible de résister. Le môme est expédié sur une île perdue près de l'Antarctique entre les murs d'une prison ultra sécurisée. Autant dire qu'il vient de tomber dans l'oubli...
De son côté, le vrai Sacha Pavlovitch doit donner le change en prétendant être Yann Rodin et débarque la fleur au fusil dans l'arrière-pays provençal en attendant de retourner à ses affaires crapuleuses. Digne héritier de son père, le gamin est froid et calculateur, jusqu'à son installation dans l'ancien fort militaire en compagnie du vieux prêtre aveugle Aliocha.
Contre toute attente, la quiétude des lieux va apaiser Sasha au point de titiller sa conscience et éveiller une petite pensée pour Yann, injustement sacrifié pour servir des intérêts trop grands. Ça et toutes les révélations à venir, je ne vous raconte pas la machination infernale qui va se déployer...
Et je dis bravo l'ami ! Voilà un scénario malicieux et captivant avec un roman qui se lit d'une traite et attend la suite des réjouissances au plus vite (rdv en août, ndlr). Ceci dit, je n'en espérais pas moins de Bertrand Puard qui avait déjà su me surprendre avec sa trilogie Bleu Blanc Sang ! On retrouve ici un rythme endiablé, des personnages énigmatiques, des ramifications nombreuses, des liens complexes et des dénouements invraisemblables... C'est gros, c'est osé. Mais on accepte le défi et on se glisse dans les méandres d'une vengeance de longue haleine.
Carrément TOP pour les jeunes amateurs de lectures qui procurent des sensations fortes. 

Casterman (2018)

 

Posté par clarabel76 à 19:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Comme une ombre, de Pascale & Gilles Legardinier

Je n'ignorais pas que ce roman avait été écrit sur commande à une époque où Gilles Legardinier galérait pour se faire éditer. L'homme se gaussait des romances à la Barbara Cartland et avait fait le pari de proposer à son tour une aventure sentimentale. Voici donc le fruit de son labeur - version revue et corrigée aux goûts du jour - mais c'est tout de même très éloigné des romans qui ont depuis fait son succès. Je ne vous cache pas ma déception...

G02086Alexandra est une belle jeune femme qui aime parcourir le monde sur les sites archéologiques, mais son millionnaire de père tremble pour sa sécurité et l'oblige à voyager avec un cerbère. La demoiselle a hélas pris pour habitude de les collectionner car elle les fait tourner en bourrique et nul ne supporte ses caprices. Son papa embauche finalement un vrai mercenaire - promu à assurer la sécurité du président américain - et ne dit rien à son fifille. Tom Drake entre en scène. Décrit en des termes de killer - mâchoire carrée, voix grave et yeux de braise - on frémit d'avance...
Entre la belle et son garde du corps, bien sûr le courant ne passe pas. Ils ont tous deux ont des caractères de chameau et aucun ne veut céder à l'autre une part de raison. Alexandra se comporte comme une enfant gâtée (même si elle se sent blessée d'être prise pour une bécasse sans cervelle). Tom veut montrer qu'il est seul maître à bord (mais comprend tardivement que c'est un gros lourdaud aux jugements hâtifs). 
On tombe vite dans les rouages d'une romance classique et saupoudrée d'action avec un kidnapping interminable (à lire pour le plaisir des scènes nunuches et les clichés à la pelle). Les personnages sont risibles ou aveugles ou nigauds ou grotesques (au choix). Je ne confierai certainement pas ma vie à ce Tom Drake - qu'est-ce qu'il est long à la détente ! Sérieusement, j'aime beaucoup Gilles Legardinier donc je vais fermer les yeux mais je le préfère dans un autre registre. Moi je veux de l'humour, de l'humour et encore de l'humour.
J'ai ainsi été agréablement surprise par la nouvelle qui clôt cette lecture : « Mange le dessert d'abord » se déguste en une bouchée tout à fait digestive. Cela m'a d'ailleurs fait oublier tout le reste ! Car le reste est tout à fait dispensable.

Gallimard coll. Écoutez Lire (2018) - Lu par Anatole de Bodinat

Anatole de Bodinat nous entraîne dans le périple d’une jeune fille téméraire et intrépide. L’homme qui la suivra comme son ombre n’est pas au bout de ses surprises... (résumé de l'éditeur)

 

Les nouvelles aventures du fakir au pays d'Ikea, de Romain Puértolas

Les nouvelles aventures du fakir au pays d'Ikea Le fakir 2

Même si je n'avais jamais lu les premières aventures du fakir au pays d'Ikea, je n'ignorais pas non plus de quoi cela retournait mais craignais une lecture trop burlesque pour m'y hasarder. C'est finalement pour le rendez-vous mensuel du Club Audible que j'ai relevé le défi et suivi avec beaucoup d'étonnement les joyeuses péripéties de notre Ajatashatru Lavash Patel (acte 2) !

Le fakir escroc a depuis fait du chemin en devenant un homme riche après avoir écrit un roman à succès et se repose donc sur ses lauriers dans son appartement cossu à Paris. Son éditeur lui fait cependant comprendre que son nouveau manuscrit ne vaut pas tripette et qu'il ferait bien de repartir en vadrouille pour pimenter sa prose. Retour donc en Suède pour concrétiser son rêve ultime - s'acheter son fameux lit à clous et rencontrer le grand patron d'Ikea. En parallèle, on replonge dans ses souvenirs d'enfance alors qu'Ajat suivait son apprentissage de jeune fakir auprès d'une autre fripouille, ce sacré Baba Ohrom. Ajoutez des quiproquos, des chassés-croisés, des petits mots doux qui s'envolent, une dulcinée qui imagine son amour perdu et un chauffeur de taxi gitan qui écoute du Raphaël à longueur de journée... La bidonnade est assurée ET assumée. Cette suite a été pour moi une totale surprise - tant mieux - j'ai été épargnée de toute comparaison et mon enthousiasme n'en a été que plus débordant à l'écoute de cette histoire - fabuleusement lue par Dominique Pinon, au passage. Sa gouaille de vainqueur et l'humour pince-sans-rire qui découle de chaque page font évidemment mouche. Le fakir est un antihéros par excellence, toujours présent pour mettre les pieds dans le plat, amateur de jeux de mots débiles, confondant d'une niaserie abyssale et se couvrant souvent de ridicule, mais avec panache...

En somme, cela se lit comme une fable truculente et déjantée. On redécouvre le royaume des boulettes et des pains à la cannelle sous un autre jour, mais on voyage aussi entre l'Inde et la France, on évoque les flux migratoires et l'idée folle d'une Europe aux abois et condamnée à se réfugier en Afrique... Tiens donc, et si on inversait les rôles ? Ne serait-ce point les prémices d'une nouvelle aventure ? Pour l'heure, c'est drôle et savoureux. L'auteur a certes annoncé qu'il allait écrire un troisième épisode - entre autres lubies - mais gare à la surdose tout de même. En attendant je m'en vais écouter Tout un été sans Facebook !

©2018 Le dilettante (P)2018 Audiolib. Lu par : Dominique Pinon

Série : Le fakir, livre audio 2 (Durée : 6 h env.)

#Club_Audible MAI 2018

Discussion  #ClubAudiblePage FB

https://www.audible.fr

 

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,