les vrais amis de melissa

Melissa et son amie Candice ont été sélectionnées pour être les photographes de l'album du collège. Pour ces élèves de sixième, l'opportunité est trop belle pour mettre à l'honneur ceux ou celles qui n'en ont jamais l'occasion. Or, elles se confrontent très vite à la réalité : ce sont toujours les mêmes, toujours les plus populaires, qui ont les faveurs de la rédaction. Candice veut donc tout révolutionner et trouve en Leo un complice inespéré. Mais Melissa se sent trahie car elle ne supporte pas ce garçon et refuse de lui faire confiance. Ne comprenant plus son amie, Melissa tombe sous la coupe d'Anna, la responsable de l'album qui a décidé de n'inclure que ses amis branchés et les beaux athlètes. Elle a immédiatement senti que les deux copines ne partageaient plus les mêmes idées et se sert de son antipathie pour Leo pour mieux amadouer Melissa. Commence donc un vrai casse-tête pour l'adolescente, tiraillée entre sa loyauté envers ses principes et son amitié avec Candice, rongée par la jalousie, avec des idées confuses plein la tête, désirant soutenir des élèves au potentiel insoupçonné, sans perdre son statut de nouvelle favorite. Cruel dilemme. Cela peut paraître cruche à lire, de prime abord, mais le fond du problème demeure sincère et perspicace. Être ou ne pas populaire, soutenir ou pas ses amis, se déguiser pour plaire, rentrer dans le moule ou assumer sa différence... encore et toujours les mêmes questions. J'ai premièrement craint un roman trop superficiel, et bien évidemment très jeunesse, car Melissa est parfois immature (ok, elle a onze ans) mais j'ai peu à peu revu mon jugement en considérant l'histoire sans prétention, juste purement divertissante comme une série ou un film US (rien que le concept de l'album est très américain, mais nos ados imprégnés de culture pop en saisissent vite les aboutissements). Dernière chose, contrairement aux apparences, l'histoire n'est pas inachevée et l'auteur a bien écrit une suite (Project (Un)Popular #2)... Pour lecteurs dès 10 ans.

La Martinière J. (2018) - traduit par Frédérique Fraisse