28/02/19

Bilan du mois de Février 2019 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

winter hygge

Parmi mes lectures du mois, voici donc mes préférences :

La nouvelle vie de Kate Reddy, par Allison Pearson

L'amour ne vit qu'obscurément, Brianna Wolfson

Le Dragon au Cœur de chocolat, de Stephanie Burgis

Les secrets de Temple College, de Cathryn Constable

L’aventure de Castle Rock, de Natasha Farrant

Dix jours avant la fin du monde, de Manon Fargetton

La déferlante & La colère des abysses (La Déferlante 2), de Michael Buckley

 

♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪ Séries TV du mois ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

The Last Kingdom : série britannique de Stephen Butchard baséé sur The Saxon Stories de Bernard Cornwell 
avec Alexander Dreymon (Uhtred de Bebbanburg), David Dawson (Roi Alfred). Diffusion depuis 2015

The last kingdom

Une saga flamboyante sur l'Angleterre médiévale avec l'accession du Roi Alfred sur le trône, aidée par son bras droit armé Uhtred de Bebbanburg. Celui-ci a été arraché enfant à sa famille par des vikings, mais cette double culture a forgé son caractère et sa maîtrise de guerroyer. Au fil de sa carrière, Uhtred a régulièrement été manipulé par Alfred pour servir ses intérêts. Notre homme n'est pas un mauvais bougre et se plie souvent à sa loyauté inébranlable. C'est du je-t'aime-moi-non-plus entre eux. Outre cet aspect romanesque et historique passionnant, le parcours de Uthred fait battre le cœur. Cette série - en 3 saisons - se regarde avec frénésie : il y a du rythme, du sang, de l'amour, des guerriers, des clans, du feu et des larmes. C'est captivant. M'en vais découvrir la série VIKINGS en attendant la saison 4 de TLK.

 

*****************

Victoria : série britannique créée par Daisy Goodwin. Diffusion depuis 2016

VICTORIA jenna coleman

Ô merveilleuse série retraçant les jeunes années de la Reine Victoria, héritière dès 18 ans, considérée trop jeune et influençable, elle va rapidement se heurter aux rivalités du pouvoir et de la politique, imposer son style et sa fermeté, mais aussi sa fraîcheur pour incarner une icône appréciée de son peuple. Sa rencontre avec Albert aussi va apporter du piment à son histoire qui décrit leurs rapports passionnels et profondément entichés. Jenna Coleman est magnifique (elle forme un vrai couple à la ville avec son partenaire) nul doute que leur alchimie transperce leurs rôles. Leur amour est un bonheur à voir ! * étoiles dans les yeux *

On redécouvre ainsi la très emblématique Reine Victoria dans un portrait touchant et attachant (sa peur de la grossesse, son blues post-partum, ses conflits avec sa mère) en brossant aussi l'évolution d'une époque à l'ère de l'industrialisation etc. Suis complètement sous le charme & en attente de la suite. 

Victoria Albert

 

*****************

Umbrella Academy série américaine développée par Steve Blackman pour Netflix. Adaptée de la série de comics de Gerard Way et Gabriel Bá (Dark Horse Comics).

Umbrella Academy

Je ne connaissais pas du tout les comics. Ai douté au moment de la promotion. Puis ai pris le pari de tenter, et là BOUM. Grosse surprise. Cette série est complètement farfelue mais a su me tenir en haleine du début à la fin. J'ai beaucoup aimé.

C'est donc l'histoire d'un millionnaire ayant employé sa fortune à adopter des bébés dotés de pouvoirs exceptionnels pour former une brigade de petits singes savants. En grandissant, tous ont mis les voiles et coupé tout lien. Toutefois, à l'annonce du suicide de leur père, ses enfants accourent à son chevet et s'interrogent sur cette mort suspecte. Au-delà de leur mission à décrypter le pourquoi, le comment, mais surtout à sauver le monde de l'apocalypse annoncée sous peu, cette Umbrella Academy révèle la part sombre et torturée d'une famille dysfonctionnelle. Et ça, j'aime énormément. Ce n'est pas seulement une série sur des super-héros (...) mais une série déjantée sur les liens qui unissent une fratrie. En gros, c'est totalement décalé. L'histoire est tantôt fantastique, tantôt loufoque. Elle est servie par un très bon casting, de belles séquences qui font glousser ou papillonner des cils, et aussi une super musique. En bref, une production 100% exaltée.

 

*****************

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Les secrets de Temple College, de Cathryn Constable

Les secrets de Temple CollegeAprès une année difficile, marquée par la maladie de sa meilleure amie, Livy Burgess accepte de s'inscrire dans une nouvelle école, le Temple College, où son père vient de décrocher le poste de bibliothécaire. La famille s'installe rapidement dans leur logement de fonction. Livy trouve refuge dans la chambre sous les combles, d'où elle peut se faufiler discrètement et ainsi gambader sur les toits. Depuis quelques temps, la jeune fille se sent attirée par les statues de sentinelles qui encadrent la cour. Livy s'imagine même pouvoir converser avec l'une d'elles. Réalité ou hallucination ? Une nuit, elle croise un garçon qui lui fait comprendre qu'elle n'est pas à sa place et qu'elle doit s'en aller. 

Prenez place à bord d'une histoire envoûtante, portée par une héroïne à mi-chemin entre Lyra Belacqua et Harry Potter. Livy est une élève réservée, chahutée par ses camarades, préférant se replier sur elle-même, loin du réel. Logique qu'elle trouve autant de réconfort dans ses rêves ou ses échappées nocturnes. Pourtant, le danger est réel : la directrice de l'école cache son jeu, le vieil homme dans le parc insiste pour lui donner des livres, vu que la bibliothèque est sens dessus dessous, interdite d'accès.

Un mystère plane entre les murs du Temple College, probablement dans le patrimoine génétique de Livy, qui vient d'apprendre que son aïeul en était le créateur. Dès lors, l'histoire nous entraîne dans une aventure passionnante, encore un coup de génie de Cathryn Constable (il faut lire Sophie et la Princesse des loups, un véritable enchantement). J'ai retrouvé dans cette fable la même atmosphère extraordinaire et merveilleuse qu'on prend plaisir à parcourir. Suis définitivement conquise !

Gallimard jeunesse (2018) - traduit par Alice Marchand

titre VO : The White Tower

Couverture illustrée par Helen Crawford-White

 

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

En poche ! Un amour imprévu, de Teri Wilson

Attention ! Ce roman compile deux titres préalablement parus en 2015 et publiés respectivement sous les titres de : Darcy, what else ? et Just Juliette.

Un amour imprévu teri wilson

Dans « Monsieur Darcy », Elizabeth a tiré un trait sur les hommes et le mariage. Seule Bliss, sa chienne adorée, est digne de son amour. D’ailleurs, c’est elle qu’elle a choisi d’emmener à Londres pour commencer sa nouvelle vie de nounou de chiens de concours. Mais, sur place, rien ne se passe comme prévu lorsqu’elle croise l’arrogant, désagréable et odieusement sexy Donovan Darcy. 

Quelle déception. Cette réécriture trop romancée d'Orgueil et préjugés manque de subtilité, de finesse, de charme et de crédibilité. Car il y a d'emblée un couac entre l'attitude guindée des personnages (ou le prétendu rôle qu'on cherche à leur donner) et leur penchant sexuel qui submerge leurs émotions. Oui, on en est là ! L'adaptation est alors bancale et passablement risible. De plus, toutes les scènes se passant autour du concours canin sont à côté de la plaque. Le trait est forcé, le héros est tout sauf sexy. Même Elizabeth est décevante - soupe au lait et envieuse. On a connu mieux !

Cette lecture a manqué de saveur et d'humour, les personnages n'ont aucune charisme, bref rien pour sauver cette intrigue qui s'accroche désespérément aux grandes lignes du classique de Jane Austen sans en saisir l'essence même !

Au contraire, « Mademoiselle Juliette » se révèle une bluette charmante et délicieuse, qui ravit autant les papilles que les zygomatiques. La lecture est aussi goûteuse et sucrée qu'une tasse de chocolat qu'on avalerait sans se soucier des kilos superflus. Du plaisir coupable sur toute la ligne.

La vie de Juliette est dictée par deux commandements : vénérer le chocolat et mépriser la famille Mezzanote. Pour le premier, aucun souci : le chocolat est sa passion. Pour le second, ça se complique. Car si son père honnit ces « parvenus » de Mezzanote, elle-même n’a rien à leur reprocher. D’ailleurs, ces histoires commencent à l’ennuyer. Et si, pour une fois, elle mettait ses contraintes familiales de côté ?  Elle décide alors de se rendre à un bal masqué pour faire la fête en tout anonymat et bousculer les conventions. 

L'histoire est simple, mais adorable. Sans surprise, sans la moindre aspérité. Juste quelques soubresauts en cours de route, qui ne feront pas dévier la piste non plus. On a là du romantisme pur et simple pour une jolie histoire d'amour incluant des personnages attachants. Un rappel à Shakespeare, mais de très loin. Tout est onctueux, ça colle aux doigts mais on s'y noie en buvant sa honte. Autant vous dire que c'est délectable ! Je recommande.

PS : Je n'aime pas cette couverture ! :(

Harlequin (2019) - format poche : 8.90€

Résultat de recherche d'images pour "dharma & greg gif"

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

L'amour ne vit qu'obscurément, Brianna Wolfson

L'amour ne vit qu'obscurément

Willow et son frère Asher naviguent entre deux maisons, deux trains de vie diamétralement opposés. Chez leur père, les listes de corvées sont placardées sur les murs. Il est interdit de sauter sur les canapés. Impossible d'obtenir un câlin les soirs d'orage. Alors que chez leur mère, place à la fantaisie, aux éclats de rire et aux nuits blanches. On avale des pizzas et des bonbons devant la télévision. On regarde en boucle le film préféré de maman et on oublie le réveil du matin pour se rendre à l'école. Depuis toujours, un lien fort unit la mère et la fille. Et Willow voue à Rosie une admiration sans borne. Toujours débordante de peps, de joie et d'amour. Rex aussi était tombé sous le charme de cette tornade de vie et de couleurs, avant d'abdiquer face au mal qui la ronge insidieusement.

L'histoire va ainsi révéler les hauts et les bas d'une histoire attachante et désarmante de tendresse. En alternant les ressentis de Willow et la relation tumultueuse des parents, racontée en flashback, elle nous fait partager des moments d'émotion d'une rare intensité. Car la maman de Willow sombre peu à peu dans son coin. Sentant la menace grandir, la fillette s'isole et prend peur. Elle tient aussi à distance son père, méthodique et rigoureux en apparence, mais profondément soucieux du bien-être de ses enfants, sauf que la petite fille est trop ébranlée dans ses certitudes pour l'admettre.

Ohlala. J'ai été agréablement surprise par ce roman. Totalement prise au dépourvu par son histoire bouleversante et néanmoins très douce, très poétique. Au-delà du chagrin, des larmes et de la détresse, on a surtout l'amour inconditionnel du papa qui perce entre les lignes et nous touche en  plein cœur. C'est maladroit - Rex est un homme bourru et affreusement guindé - et pourtant tout sonne viscéralement sincère. Moi qui m'attendais à une chronique légère et farfelue, j'ai finalement découvert une histoire profonde sur l'amour fusionnel et dévastateur. Sur les émotions contradictoires, sur le besoin d'attention, les S.O.S muets et le sentiment de trahison. Tout ça, tout ça, et plus encore. Quelle belle rencontre, en somme. J'ai beaucoup, beaucoup aimé.

HarperCollins, 2018 - traduit par Thibaud Eliroff

Titre VO : Rosie Colored Glasses

Parution en POCHE en AVRIL 2019

l'amour ne vit qu'obscurément poche

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,