L'ERREURAprès un accouchement difficile, une femme peine à s'émouvoir face au berceau de son nouveau-né puis finit par se convaincre qu'il ne s'agit pas de son bébé. Son SOS se heurte à un mur d'indifférence car tous pensent qu'elle est en pleine dépression post-partum.
Hospitalisée au service psychiatrique, elle rencontre d'autres mères en détresse, confie ses déboires et met au point un test ADN pour clamer sa vérité à la face du monde. Son fils est sous couveuse, fragile et vulnérable. Son mari lui raconte des boniments et son père lui fait des révélations fracassantes. On nage en plein délire !
Et pourtant, j'ai longtemps apprécié ce que je lisais car l'ambiance est poignante et hyper stressante, avec une tension insoutenable qui donnerait presque envie de tout zapper pour connaître la fin.
Par contre, on se cogne aussi à des
détails incongrus et gros à avaler. Même l'explication finale est tirée par les cheveux. On a un enchevêtrement de drames et de mensonges qui se déroule en vase clos - bonjour l'angoisse. La chronologie minutieuse vise aussi à casser le mythe du couple beau et amoureux des premiers chapitres. Peu à peu, on s'éloigne du vernis pour une réalité plus amère et douloureuse. Sauf qu'on reste sur le carreau.
Dommage d'avoir dérapé car j'étais mortifiée de partager le désespoir de cette femme en me disant aussi qu'elle délirait peut-être. Qui sait ? C'est l'autre point fort du livre d'avoir réussi à brouiller les pistes et de laisser le lecteur s'imaginer toutes sortes de divagations. Psychose ou pas, on vit un vrai cauchemar. C'est sûr.
Ça reste néanmoins une lecture en demi-teinte à cause des longueurs et des improbabilités du scénario. J'en sors frustrée, avec une sensation d'inconfort et de malaise d'avoir vécu une expérience traumatisante.

Fleuve Noir (2019) - Traduit par Héloïse Esquié