Le Vol du FrelonLondres, 1941. Lassés de voir leurs avions torpillés par l'ennemi, les anglais déduisent que les allemands détiendraient une machine redoutable capable de repérer leurs attaques. Leurs soupçons se portent sur une petite ville danoise d'où la résistance locale tente de tisser sa toile à la barbe de l'occupant.
Parmi ces Veilleurs de Nuit, deux frères vont prendre une part active à des missions d'espionnage mais devront également affronter une vieille connaissance - un policier cruel et mesquin - qu'une longue rancœur familiale a rendu encore plus amer et revanchard.


Cette histoire me laisse globalement un goût d'invraisemblance avec en héros un lycéen de 18 ans ingénieux au point de réparer un biplan de fortune pour survoler la Mer du Nord et remettre (potentiellement) des documents qui pourraient changer la face du monde...
Même pas peur de la Luftwaffe, vous dirai-je, ça carbure à l'insolence (ou inconscience). C'est dire si Harald est un môme qui en veut ! 
Dès lors, la lecture prend des tours et des détours stupéfiants... et notamment les derniers chapitres qui se lisent de manière frénétique et avec des yeux hallucinés !
Cela peut paraître dingue et insensé (après tout, il faut s'accrocher). C'est surtout long aussi : l'histoire manque de rythme et s'éternise sur des détails... (le décryptage du Frelon, vraiment, on perd un temps fou dans cette chapelle abandonnée et on s'improvise mécano). L'auteur a le sens artistique, moi non. J'ai trouvé ça un peu bancal et pas toujours captivant.
Malgré tout, les personnages sont jeunes et intrépides. Ils apportent à leur façon un souffle de fraîcheur à cette lecture qui se laisse conter. Peut d'ailleurs convenir à un public adolescent ou désirant se mettre en selle sur le sujet.
Pour ma part, ce ne sera pas le meilleur des Ken Follett lus à ce jour. C'est distrayant, lu avec entrain et donc entraînant. Mais je tique sur la perspective d'un jeune Géo Trouvetout trop habile et tenant tête aux ennemis les plus impitoyables... Plus de sang et de larmes auraient apporté du crédit - non ?

Très bonne lecture audio... effectuée par Valentin Merlet (également la voix récurrente d'Adam Driver, de Jamie Dornan ou d'Alexander Skarsgård).

©2003 Éditions Robert Laffont (P)2019 Audiolib