28/11/19

Noël et préjugés, par la #TeamRomCom

Noël et préjugésCette lecture procure une sensation de chaleur qui se répand dans tout le corps et ça fait un bien fou ! Au programme, les six histoires sont toutes plus adorables les unes que les autres, pleines de tendresse et d'humour. Je n'ai aucune préférence car toutes ont un charme à part et sont surprenantes à leur façon.

Tonie Behar expédie sa princesse Disney pour un séjour détox dans un château à la montagne avec un propriétaire grognon. Marie Vareille réinvente le mythe du premier amour (brisé par des malentendus). Isabelle Alexis ose la séance chez une psy avec grand déballage d'un cafouillage sentimental qui dure depuis vingt-six ans ! Sophie Henrionnet nous dresse le portrait d'un tonton qui se morfond d'amour pour son ex sous les yeux de ses neveux qui veulent lui secouer les puces. Adèle Bréau nous fait le coup du réveillon coincé dans un grand magasin de jouets. Et enfin, Marianne Levy raconte les déboires d'une auteure coincée entre sa deadline et un technicien sexy en pleine tempête de neige.

Certes le format est trop court et donne parfois des intrigues qui se développent trop rapidement (ou quand l'amour surgit rien qu'en sautant une ligne... hum-hum). C'est assez frustrant mais on se console vite car les histoires se suivent et nous font oublier notre humeur chagrine en nous plongeant dans des aventures adorables et auprès de personnages attachants.
Jane Austen est également mise à l'honneur au fil des épisodes mais je vous laisse le plaisir de découvrir son rôle et vous invite à croquer avec gourmandise cette petite douceur... pile poil pour la saison.

©2019 Leduc.s (P)2019 Audible Studios



description

 


L'Anniversaire du chat assassin, par Véronique Deiss & d'après Anne Fine

L'ANNIVERSAIRE DU CHAT ASSASSIN

En apprenant la date de sa naissance, Tuffy réclame à cor et à cri une grande fête d'anniversaire.
Or, le jour du 31 octobre, la famille d'Ellie organise une grosse fiesta avec tous leurs voisins pour fêter Halloween. Rancunier, Tuffy n'a pas dit son dernier mot.
Jour après jour, il va hanter les nuits du papa d'Ellie (ses jours aussi). Il va glisser des indices, mettre la pression, en parler à tous ses copains... Tuffy veut marquer le coup et donne rendez-vous à sa bande dans un hangar à chevaux.
Vient rapidement le jour J. Tandis que ça swingue et ça glousse dans la maison d'Ellie, l'ambiance dans la grange retombe vite. Les bonnes blagues, ça va cinq minutes. Et puis l'intrusion des chiens du quartier finit de boucler la boucle.
Tuffy entraîne ses camarades jusqu'au jardin de sa jeune maîtresse. On entend les rires et les exclamations depuis les buissons. Nul ne réalise le drame dans les coulisses : des chiens revanchards, les babines retroussées, et des potes aux abois....
La fête du 31 va forcément dégénérer par une succession de malentendus, de maladresses et de gags en puissance !
Cet épisode est extra, comme toute la série. L'humour de Tuffy est désopilant... auquel les illustrations facétieuses de Véronique Deiss apportent ce zeste supplémentaire.
Il y a du piment et de l'espièglerie dans l'air et c'est ce qui fait craquer les mômes.
Succès assuré et mérité.

Rue de Sèvres (2019)

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

27/11/19

Dans notre pile de 📚 : Ma bébête à moi - Un voyage sans fin - Les pochettes surprises - Un jour...

Ma bébête à moi, par Virginy L. Sam & Aurore Callias

Ma bébête à moi

Parfois, dans la vie, il y a des moments où on a beau se rouler dans la couette, la peur de l'orage ne vous quitte pas. Ou la peur face à une expérience nouvelle, quand un camarade vous embête ou déchire les pages de votre livre préféré, quand vos parents annoncent qu'ils vont se séparer... Parfois, vraiment, c'est difficile d'absorber ce flot d'émotions qui vous mettent le cœur en miettes et vous collent la boule au ventre.

Mais attendez... penchez-vous sous votre lit, regardez bien : une grosse bébête, rien qu'à vous, présente pour distribuer des câlins et envoyer de bonnes ondes positives. Une grosse boule de tendresse, de chaleur et d'amour. C'est cadeau. Il n'y a que vous pour la voir, il n'y a qu'elle pour comprendre votre désarroi. Un tandem de choc car indissociable... si ce n'est, au fil du temps, un besoin moins pressant, une roue de secours moins utile, mais une grande bienveillance au souvenir de cette bébête d'amour et de générosité, qui accompagne l'enfant et lui apprend à gérer chagrin, tristesse, angoisse, détresse etc. 

Un très joli album, qui déborde de justesse et qui rayonne d'illustrations éclatantes. 

================

Un voyage sans fin, de Sang Miao

Un voyage sans fin

Après la mort de son grand-père, Hugo se sent tellement triste. Il ne comprend pas pourquoi son papi est parti subitement, sans prévenir, ni dire au revoir. Il se sent malheureux et abandonné. Mais un soir, dans son rêve, Hugo a la surprise de retrouver son grand-père qui l'embarque pour un périple fantastique, au cours duquel l'enfant va peu à peu comprendre l'utilité des souvenirs et comment nos proches disparus vivent à travers nos mémoires.

Quelle lecture incroyable, qui explique la mort avec poésie et fantaisie, qui propose des solutions pour apprivoiser sa tristesse et accepter le départ de ceux qu'on aime. Très, très fort ! Avec de jolies illustrations aussi. Cet album m'a bouleversée.

================

Les Pochettes-surprises, de Rachel Hausfater & Marion Barraud

Les pochettes-surprises

Place à un raz-de-marée de couleurs et de babioles à travers cet album qui dresse des listes à la Prévert.

Dans la boutique d’Élisheva, on trouve tout ce qu’il faut pour fabriquer et remplir des pochettes-surprises. On farfouille dans les grands coffres peints, les armoires dodues et les paniers profonds. Puis on choisit un cornet de la couleur qu’on veut avant de le fermer avec un beau ruban. Dans ces pochettes confectionnées avec tendresse, on trouve un livre d’histoires sans fin, les horaires du Transibérien, une canne à pêcher les souvenirs, un crocodile aux grandes dents, des billes géantes, un mini-jeu électronique qui fait zip boum dring...

En fait, à travers ces pochettes-surprises, ce sont aussi ceux qu’on aime qui sont mis en avant : le copain rigolo, l'amour secret, les parents, la famille, les proches auxquels on tient beaucoup... On prend ainsi du temps pour penser à eux en concoctant des petits trésors qui leur sont spécialement dédiés. Cela donne un joli patchwork de délires dans un style bariolé et joyeux ! Car cette lecture met du soleil dans votre vie. Elle est riche et grouille de détails à découvrir !

================

Un jour..., de Guillaume Guéraud & Sébastien Mourrain

Un jour

Grandir, encore et toujours... Pour un enfant, c'est synonyme de liberté : pouvoir manger autant de bonbons, aller seul à l'école, avoir un chien, regarder des films qui font peur, parcourir le monde et vivre de folles aventures. Tout ça, tout ça. Et adieu les punitions, les privations, les interdictions !

Ce joli portrait est détaillé avec humour par Guillaume Guéraud et illustré sur le même ton par Sébastien Mourrain. Ce tandem donne ainsi à découvrir un album attachant, plein d'esprit, de tendresse et d'amour aussi. On sourit beaucoup, « on rigole comme des tordus », et ça se boucle sur une note très touchante, qui fait dire qu'on rêve tous de grandir, vite et bien, mais que la vie aussi file à vitesse folle ! Vient toujours ce moment où l'on se souvient « de quand j'étais petit » avec une certaine nostalgie.

Super album, entre humour et tendresse, on aime !!! ☺

 ================

De La Martinière Jeunesse, 2019

 

La Femme du banquier, de Cristina Alger

La Femme du banquier

Voilà une lecture agréable et distrayante, dont on suit le fil comme sur des roulettes et en se prenant vite au jeu.
D'un côté, on a l'histoire d'une jeune femme qui apprend la mort tragique de son mari dans un accident d'avion. Mais bientôt elle réalise que son homme, qui travaillait pour une banque suisse, était impliqué dans un lourd dossier d'évasion fiscale et plus encore.
Parallèlement, une journaliste accepte de reprendre le flambeau tendu par son mentor décédé et s'attaque à un article concernant des magouilles financières et politiques. Or le sujet vient chatouiller les babines de son beau-père dont la campagne pour l'élection présidentielle vient d'être annoncée.
Les deux affaires vont venir se télescoper... on s'en doute. En attendant, l'une et l'autre vont pas mal louvoyer car elles sont devenues des cibles de choix pour leurs détracteurs. Les menaces se font pressantes, du coup le rythme et les rebondissements se donnent le mot. Cela se ressent à la lecture qui file à toute vitesse.
Par contre, l'intrigue criminelle reste assez légère et convenue. 
Mais on ne s'ennuie pas du tout. Les chapitres alternés permettent aussi de tenir la cadence. C'est entraînant à lire, très sympathique et divertissant. Attendez néanmoins le format poche ou empruntez un exemplaire en bibliothèque. Sinon le format audio est top avec l'excellente Rachel Arditi !

©2018 / The Banker's Wife / Éditions Albin Michel, pour la traduction française (P)2019 Audiolib

Après le succès de l'éblouissant Park Avenue, Cristina Alger plonge dans le monde opaque de la haute finance. Ce thriller où glamour, corruption et politique se mêlent dans le secret des coulisses du pouvoir, raconte aussi la quête éperdue d'une femme pour découvrir la vérité sur un homme qu'elle croyait connaître.

 

 

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25/11/19

#Murder, par Gretchen McNeil

gretchen mcneill murder

Condamnée pour le meurtre de sa demi-sœur, Dee clame son innocence et subit un procès expéditif avant d'être envoyée sur l'île d'Alcatraz 2.0 devenue le théâtre d'une nouvelle téléréalité grandeur nature. Le système judiciaire ayant été revu de fond à comble, un milliardaire anonyme a ainsi proposé de confiner les criminels en les livrant à la sentence populaire.
Leur sort est désormais lié aux clics frénétiques d'une application à succès menant à des exécutions toutes plus extravagantes les unes que les autres ! Oui, le monde est devenu dingue.
En débarquant sur cette île, Dee dispose de peu de temps pour sauver sa peau, accorder sa confiance à ses comparses, comprendre la dictature du Postman et s'attirer la haine du public... tout ça, tout ça.
Les assassinats sont filmés et retransmis en direct : franchement, ça dépote ! Mais la belle mécanique semble aussi un peu grippée car les éliminations masquent de plus en plus les dévoiements d'un programme qui ne se contente plus de divertir les américains... et qui relèverait presque d'une vengeance personnelle.
Bouh, ça va cavaler sur les plateaux d'Alcatraz ! Et ça vaut le coup d'y jeter un œil.
Ce roman se lit à toute vitesse parce qu'il est shooté au suspense, à l'action, aux scènes trash et aux dérives modernes des réseaux sociaux etc. On plonge les deux mains jointes et on file à toute vitesse pour échapper aux pièges - on mord aussi à l'appât mais c'est de bonne guerre.
C'est une lecture bien ficelée et entraînante qu'on ne regrette pas d'avoir tenté par curiosité. Une duologie est annoncée, même si ce livre se suffisait à lui-même. À voir !

Milan (2019) - Traduit par Florence Chevalier

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


Les choses humaines, de Karine Tuil

Les choses humainesL'histoire du roman met en avant beaucoup de choses qui vont de travers dans notre société et contre lesquelles on a parfois fini par s'y habituer, lâchement. C'est un constat affligeant. D'où ma lecture en apnée, dans un état d'hébétude, à la fois pressée d'en finir mais curieuse du dénouement.

Lors d'une soirée trop alcoolisée, un garçon propose à une fille de sortir prendre l'air puis lui roule une pelle derrière une benne à ordures. Ce qu'il advient ensuite est flou, disons qu'il est vécu différemment par les deux protagonistes. Car dès le lendemain, Alexandre est accusé de viol et placé en garde à vue. Son attitude est nonchalante : le garçon nie les faits et réclame son passeport pour retourner à Stanford. Comble de tout, Alexandre Faller est un fils de - son père est un animateur emblématique de la télévision, sa mère est une journaliste féministe très engagée. Le poids de cet héritage va également peser dans la balance. Il ne faudrait pas ébruiter l'affaire et encore moins épiloguer pour un coup d'un soir d'à peine vingt minutes... damned.

Au fil de la procédure judiciaire, on s'intéresse à ce petit monde imbu de leur pouvoir et on déteste sans exception ce spectacle désolant. On évoque pêle-mêle la sentence médiatique, les hashtags qui pullulent en masse, la violence des réseaux sociaux, la sexualité bafouée, les propos explicites, les gestes anodins qui ne doivent plus l'être, l'absence d'empathie, quid du bourreau et de la victime, bref un constat sec et sans concession d'une société qui va mal. Au cœur de ce maelström, on se sent complice et coupable. On n'aime pas du tout ça ! Les personnages sont moches. Le miroir qu'on nous tend renvoie l'image d'un monde qui s'autodétruit. On a le moral à zéro après cette lecture... qui m'inspire vraiment peu d'espoir ! Quelle tristesse.

©2019 Editions Gallimard (P)2019 Editions Gallimard

Prix Interallié, 2019
Prix Goncourt des Lycéens, 2019

Le sexe et la tentation du saccage, le sexe et son impulsion sauvage sont au cœur de ce roman puissant dans lequel Karine Tuil interroge le monde contemporain, démonte la mécanique impitoyable de la machine judiciaire et nous confronte à nos propres peurs. Car qui est à l’abri de se retrouver un jour pris dans cet engrenage ?

Constance Dollé met en voix avec justesse un récit efficace qui révèle toutes les complexités soulevées par la question du consentement.

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22/11/19

Rose désert, de Violaine Huisman

G03362En comparaison avec Fugitive parce que reine, le deuxième roman de Violaine Huisman paraît d'abord beaucoup plus superficiel. C'est l'histoire d'une jeune femme qui vient de se séparer de son compagnon et qui décide de traverser le désert du Sahara pour tout oublier. Elle débarque avec un modeste bagage et ignorant les zones à risques qu'elle va fouler... qu'importe, elle va au-delà de rencontres et d'interdits un peu flous. C'est une jeune femme bohème, libre et entière, après tout.

Au fil des pages, on réalise aussi que l'histoire se répète, mais sonne plus profonde et consistante. L'ombre de la mère est toujours présente et plane sur son existence, ses choix de vie, ses aventures amoureuses. On y revient sans cesse. On parle aussi de son père, de leur famille, de son adolescence chaotique, des premières idylles et des hommes toxiques. Par contre c'est toujours aussi cru et impudique, tellement personnel aussi (comme raconter sa première fois), érotique et sensuel, pense-t-on, moi ça ne me branche pas beaucoup.

Le roman est donc un fourre-tout de souvenirs, de rencontres, d'expériences, d'états d'âme et d'espoirs. Dommage pour le déballage grivois (tendance porno-chic). Reste la sincérité derrière les confidences. Et puis ce roman est merveilleusement lu par Rachel Arditi, comédienne prodigieuse et interprète formidable, qui mérite à elle seule qu'on n'abandonne pas trop vite ni trop tôt ! 

©2019 Editions Gallimard (P)2019 Editions Gallimard

En revisitant ses rapports aux hommes depuis l'adolescence, la narratrice aborde avec une sincérité rarement égalée les tabous de l'éveil à l'amour et à la sexualité. L'écriture si particulière de Violaine Huisman, à la fois poétique et abrupte, s'impose sur ce sujet intime dans toute sa vitalité.

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Fugitive parce que reine, de Violaine Huisman

G02701Quel beau roman... qui m'a d'ailleurs fait penser aux films de Diane Kurys et au roman de Gwendoline Hamon, Les dieux sont vaches. Des univers profonds, qui puisent dans l'intimité et l'authenticité, tout en titillant notre corde sensible. Ça peut effrayer, lasser, exaspérer - moi, ça m'a bien plu.

Dans ce roman, Violaine Huisman évoque sa maman, Catherine, une femme très belle et farouche, qui se voulait libre d'aimer sans la moindre attache. Par contre, c'était aussi une femme fragile, exigeante envers les hommes et tyrannique avec ses filles. Elle buvait trop, fumait comme un pompier, était malade, n'avait aucune convenance sociale. Honteuse de ses origines modestes et de son manque d'éducation, elle avait mis l'accent sur son charme, sa sensualité, son aura. Toute sa vie, Catherine a ainsi tracé son chemin sans tergiverser, se donnant sans retenue mais griffant comme une tigresse à la moins incartade.

Ce portrait de femme est raconté à travers les yeux de sa fille qui déballe son enfance tumultueuse, ses chagrins, ses frustrations, ses lacunes, ses désirs... avec toujours son besoin désespéré d'attirer l'attention de celle-ci, de crier son amour et d'en recevoir autant. C'est assez violent et sans concession (d'où l'étalage de sexe et d'obscénités... pas top !). Mis à part ce détail, le roman est envoûtant et touche au cœur de la cible (quand tu es en plein chaos affectif ou quand tu lis tout ce qui touche à la famille ou avec des mères sur la corde raide). C'est tout bon !

©2018 Éditions Gallimard (P)2019 Éditions Gallimard

Ce premier roman raconte l'amour inconditionnel liant une mère à ses filles, malgré ses fêlures et sa défaillance. Mais l'écriture poétique et sulfureuse de Violaine Huisman porte aussi la voix déchirante d'une femme, une femme avant tout, qui n'a jamais cessé d'affirmer son droit à une vie rêvée, à la liberté.

Violaine Huisman met en voix ses propres mots et livre une déclaration d'amour bouleversante. Une lecture d'une rare intensité. Note de moi-même : excellente perfomance ! Car il est rare qu'un auteur soit aussi bon lecteur... hé oui.

Disponible en collection Folio (n° 6631)

  G02630

PRIX LITTÉRAIRE DE L'ENS CACHAN 2019

PRIX FRANÇOISE-SAGAN 2018

PRIX MARIE CLAIRE DU ROMAN FÉMININ 2018

 

 

 

 

 

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20/11/19

Qui a une taille de guêpe (Hamish Macbeth 4), de M.C. Beaton

Qui a une taille de guêpeÇa se confirme : c'est de mieux en mieux !
Les enquêtes de Hamish Macbeth m'inspirent cocooning, ambiance vintage et dépaysement dans la campagne écossaise. C'est une lecture 100% confort et conduite en toute bonhomie avec en figure de proue notre sympathique policier (nonchalant et désintéressé de sa carrière). Lui se plaît dans son village de Lochdubh (on se souvient de son exil contraint et forcé dans Qui s'y frotte s'y pique). Il aime sa petite vie tranquille, auprès de son chien et de ses moutons. Et pas loin de la ravissante Priscilla Halburton-Smythe.

Dans ce nouvel épisode, un couple venu s'installer dans une vieille bicoque fait déjà beaucoup jaser car l'épouse, intrusive et insolente, s'attire de moins en moins la sympathie des gens. À l'exception des ménagères qui périssent d'ennui, la population a vite fait de fuir Trixie Thomas sans demander son reste ! Et puis... le drame, encore.
Hamish Macbeth sent l'appel du crime et y répond en retoquant posément le médecin (dont les conclusions vont susciter la suspicion). Humm... C'est fort sympathique à lire, tout ça. J'aime de plus en plus cette série qui est fraîche et distrayante. Il y a aussi un fil rouge concernant l'amourette entre Hamish et Priscilla... de quoi devenir chèvre ! Mais c'est assez cocasse et moins fastidieux que le problème entre Agatha Raisin et James Lacey.
#vaderetrosatan

©2019 Albin Michel (P)2019 Audible Studios

La performance de François Delaive me sied davantage ! Miracle. C'est plus tolérable à écouter, moins de voix crispantes pour ridiculiser les personnages féminins. Ce n'était plus possible... donc on dit merci !

 

Ça peut pas faire de mal : Les femmes écrivains, lu et commenté par Guillaume Gallienne

Les femmes écrivains ça peut pas faire de malCette émission radio, diffusée sur France Inter, est excellente ! Elle m'accompagne souvent sur les routes des vacances et offre à découvrir un large panel de lectures et d'univers littéraires.
Cette fois, ce sont les femmes écrivains qui sont à l'honneur. De grandes dames comme Marguerite Duras, Annie Ernaux, Simone de Beauvoir et Marguerite Yourcenar. Comme le souligne Leïla Slimani en préface, il n'existe pas d'écriture féminine mais il y a une urgence pour les femmes à raconter leur histoire. « À lever le voile sur des expériences, des émotions, des combats qui ont été trop longtemps passés sous silence. L'avortement. Le viol. L'érotisme. La maternité. La domination sociale et le combat pour la liberté. »
Toutes ont aussi puisé dans les livres une émancipation, une échappatoire. Elles ont bouleversé l'ordre, changé de classe sociale, affronté le regard des autres, bousculé la pudeur. Elles ont ainsi fait preuve de courage, de lucidité ou de tendresse à raconter leur parcours. Leurs romans évoquent des femmes qui s'affranchissent, qui font des études, qui aiment librement, qui se détournent du patriarcat. Tous les quatre nous touchent à leur façon et pourraient encore éveiller des consciences endormies. Hé-ho, ça se passe ici et ça peut pas faire de mal !
J'ai donc passé deux heures trente fabuleuses à me bercer de mots, de musique d'ambiance et d'extraits de romans où l'on respire un parfum quelque peu suranné... j'aime beaucoup !

"C'est un drôle de truc, l'écriture."
Marguerite Duras

 "Être femme, c'est le résultat d'une histoire."
Simone de Beauvoir

"Il est des livres qu'on ne doit pas oser avant d'avoir dépassé quarante ans. On risque avant cet âge de méconnaître l’existence des grandes frontières naturelles qui séparent l'infinie variété des êtres."
Marguerite Yourcenar

 "Il n’y a pas de vraie mémoire de soi."
Annie Ernaux

©2018 France Inter (P)2019 Editions Gallimard

Guillaume Gallienne rend hommage avec délice à quatre grandes écrivaines, accompagné au piano par Philippe Dubosson et au violoncelle par Ernesto Insam. L’écoute en classe de ce CD est autorisée par l’éditeur.