13/04/20

L'Héritier de l'Arc-en-ciel (Shikanoko #4), de Lian Hearn

A63837Rappel des tomes précédents : L'Enfant du Cerf ; La Princesse de l'Automne et L'Empereur Invisible

Dans cet épisode, les derniers pions vont trouver leur place sur l'échiquier. L'heure des retrouvailles va donc sonner entre les amis et ennemis d'hier. En tête, Shikanoko est un personnage brisé mais porté par un destin incroyable. Jamais il ne reculera devant ses responsabilités et acceptera son sort avec dignité. D'autres vont également se distinguer... en bien, en mal. De toute façon, il règne une ambiance particulière dans ce roman. Comme un souffle d'espoir et de nostalgie qui chante sur les dernières pages.

Et pourtant, les sacrifices ne manquent pas. Lian Hearn a un certain penchant pour les amours impossibles et brode son histoire en mettant l'accent sur les drames... Mais c'est tout à fait supportable car très lyrique et riche en émotions. D'ailleurs une belle surprise finale vous attend car cette série introduit délicatement un autre monument littéraire (Le clan des Otori).

Gallimard jeunesse (2017)

Traduction de Philippe Giraudon 

Le ciel est plus menaçant que jamais, laissant planer sur l'Empire des Huit Îles l'ombre de la mort... Les esprits jouent une dernière partie de go. Les pièces de l'échiquier tombent une à une tandis que l'étau se resserre sur chacun des personnages confronté à son destin. Shikanoko choisit alors de livrer son ultime combat pour la justice.

Un final flamboyant porté par une écriture captivante. Lian Hearn déploie un univers plein de magie, de dangers et de beauté pour clore la magnifique épopée qui annonce le Clan des Otori.

 

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


L'Empereur Invisible (Shikanoko #3), de Lian Hearn

A63833... de l'eau a coulé sous les ponts depuis le début de ma lecture & découverte de cette série ! Cela a été difficile de se remettre dans le bain. #staystrong

Suite à La Princesse de l'Automne, Shikanoko s'est éloigné du monde terrestre pour absorber son chagrin. Ses enfants démons ont été contraints de s'assumer seuls et vont peu à peu se tourner vers la magie la plus sombre. Il règne toujours un mystère autour du fils de l'empereur, caché désormais parmi des saltimbanques, mais seule Hina a connaissance de son identité. L'amie d'enfance de Shikanoko a été recueillie par une courtisane qui soigne son éducation pour faire d'elle son joyau sur ses bateaux de maisons de plaisir.

La destinée des uns et des autres est vraiment poignante et dramatique. Mais malgré des revers difficiles, les personnages font toujours preuve de noblesse. C'est aussi grâce à la plume de Lian Hearn, poétique et raffinée, que la lecture ne perd ni en intensité ni en beauté.
Vraiment super !

Gallimard jeunesse (2016) 

Traduction de Philippe Giraudon

La saga épique de Lian Hearn se poursuit, puissante, envoûtante : dans ce nouveau récit, les pièces maîtresse de l'échiqiuer se mettent en place. Les sombres intrigues de pouvoir menacent plus que jamais de tarir la source claire des sentiments.

 

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Un petit grain de sable, de Petra Hülsmann

Un petit grain de sableDu haut de ses 27 ans, Isabelle n'apprécie guère qu'on perturbe sa routine. Un changement de propriétaire du restaurant dans lequel elle se rend chaque jour pour avaler une soupe vietnamienne ? catastrophe. Un bilan financier au bord de la faillite pour la boutique de fleurs où elle travaille ? misère. Des amis qui veulent déménager ou qui ne s'aiment plus ? malheur. Isabelle aime son petit monde sous cloche et ne veut rien y changer.

Mais forcément, ce roman va nous raconter une histoire sur laquelle va souffler un vent de fraîcheur qui fait un bien fou. Certes, Isabelle peut parfois se montrer puérile et agaçante (à bouder ou rejeter des plats qui changent de ses habitudes). À vouloir forcer le trait, Petra Hülsmann rend aussi son héroïne très critique ! Heureusement que la petite musique réussit à nous transporter au-delà car j'ai pu m'installer dans cette lecture et ai apprécié la rengaine.

C'est revigorant et très distrayant à lire ! Une vraie bonne surprise car j'ai vite adopté l'univers d'Isabelle et j'ai adoré retrouver Jens, Merle, Brigitte, Knut et Alex. Et que dire du chapitre qui se déroule à la mer ? Quelle grosse bouffée d'air frais que j'aspire à fond en ces temps troublés. Merci tout court. Ce roman fait vraiment beaucoup de bien ! La lecture est tout simple mais elle rayonne de bonheur. ♥

©2020 L'Archipel (P)2020 Audible Studios

Une lecture audio légère et lumineuse !

Avec ce deuxième roman, Petra Hülsman signe une comédie romantique piquante. Une explosion de saveurs.

 

Posté par clarabel76 à 18:15:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Tout ce que tu vas vivre, de Lorraine Fouchet

Tout ce que tu vas vivreLe père de Dom meurt brutalement d'une crise cardiaque. Auprès de lui, une jolie blonde a pris la fuite après avoir alerté les secours. Assommé par un tel cataclysme, le garçon erre comme une âme en peine dans l'immeuble occupé par son oncle et ses tantes. Mais l'amoureuse veille non loin, attentive aux questions qui bouillonnent dans sa tête. L'adolescent de quinze ans a besoin de comprendre, pourquoi sa mère ne donne pas signe de vie, pourquoi la blonde mystérieuse s'est envolée, pourquoi son père a menti... Il part sur un coup de tête sur l'île de Groix, autre berceau familial, pour y déterrer de nouveaux secrets jalousement cachés.

Malgré les espoirs attendus, cette lecture, basée sur la famille et le deuil, n'a pas su me combler. En fait, c'est son schéma qui m'a semblé bancal. J'ai beaucoup aimé le début du roman, j'ai été touchée par la détresse du garçon, par sa relation exclusive avec son papa. J'ai bien aimé qu'on avance à tâtons pour comprendre ce qui a précipité le départ de sa mère et qui pourrait être l'amoureuse de l'ombre (mon flair a fait défaut). Malheureusement la suite de l'histoire est loupée : dès lors que les personnages s'envolent pour l'Amérique du Sud, ils vont au-devant de découvertes et de déclics... gros, gros, gros ! J'ai décroché.
Dommage d'avoir cette note finale en demi-teinte : j'attendais beaucoup de ce roman !

©2019 Editions Heloise d'Ormesson (P)2020 Lizzie, un département d’Univers Poche

Lecture audio sans défaut ! Confort et évasion garanties.

Porté par une écriture lumineuse et pleine de surprises, Tout ce que tu vas vivre est un condensé d'optimisme où l'espoir triomphe face aux aléas de la vie. Un roman d'une savoureuse tendresse.

 

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Un couple irréprochable, par Alafair Burke

Un couple irréprochable lizzieLe couple Powell forme un bloc soudé envers et contre tout. Jason est accusé d'avoir harcelé une jeune stagiaire ? Que nenni. Angela soutient à la police que son mari est blanc comme neige. La plainte est balayée d'un revers de la main. Tout va rentrer dans l'ordre. Et pourtant les premières fissures sont mises à jour. Parce que le couple Powell... comment dire ? C'est un couple trop beau pour être honnête. Alors quand surgit une nouvelle accusation contre le charmant Jason, c'est Angela qui voit rouge.

Il y a une certaine rouerie dans cette histoire qui tricote et détricote des nœuds jusqu'à nous faire perdre la boule ! Ça commence comme un thriller domestique (genre populaire depuis Gone Girl) avec des éléments qui viennent se greffer pour encore brouiller les pistes. Oui c'est sympa MAIS j'ai vraiment peu adhéré au personnage de « la femme ». Pour moi, des détails clochent... la nana est très bizarre, son passé pèse lourd et ses discours sonnent creux. Dans le fond je comprends toute sa logique, sauf que je n'ai pas accroché à son histoire. Vraiment pas. Par contre je salue la mécanique sournoise de l'intrigue. D'ailleurs je dis au diable les défauts, car cette lecture a réussi à me hanter plusieurs soirs ! 🤨

©2018 / 2019 Titre original : The Wife. Presses de la Cité, un département Place des éditeurs pour la traduction française. Traduit par Isabelle Maillet (P)2020 Lizzie, un département d'Univers Poche

Très bonne performance des deux comédiennes : une lecture qui se laisse écouter sans souci !

 

La Forêt des ombres, de Franck Thilliez

La Forêt des ombres... Suis déçue par ce roman sombre et désolant que ce cher Franck Thilliez proposait en 2006.
Au départ ça s'annonçait pas mal : un individu fortuné propose à un écrivain en manque de succès de s'enfermer un mois dans un chalet pour ressusciter le mythe d'un tueur en série. L'homme accepte et débarque avec femme et enfant dans un trou paumé au cœur de la Forêt Noire.
D'office l'atmosphère austère du lieu met mal à l'aise les occupants. Ça sent le traquenard à plein nez. D'ailleurs le commanditaire vit sur place avec sa gouvernante et sa jeune compagne. On devine qu'un drame se prépare mais on assiste impuissant à son orchestration. Dès lors, une chape de plomb s'abat sur l'intrigue et diffuse un parfum infect.
Tout y est effectivement étrange, sordide, dérangeant. Les personnages sont aux aguets et marchent sur une corde raide. On sait qu'elle va lâcher et qu'un carnage est à l'œuvre... et on attend avec horreur le point de non-retour. Mais c'était trop pour moi ! J'ai écouté ce roman en format audio au cours duquel le comédien a accentué les voix hystériques. Rien que ce contexte m'a mis les nerfs en pelote. C'était rude.
Au fil des pages, le roman nous met dans une condition fébrile que je n'arrivais plus à canaliser. Tout est dingue dans cette histoire ! Lentement mais sûrement, elle se met à dériver vers un dénouement funèbre et douloureux... encore que l'enchaînement de l'horreur est un monument du genre aussi.
Brrr ! Amis des lectures apaisantes, passez votre chemin. Ce roman abuse des effets de style (méandres de la folie et de la perversion) et du décorum pour finalement servir une conclusion affligeante ET plate. Quelle déception. Ça me coûte de le dire car j'aime beaucoup Thilliez mais là c'est loupé.

©2006 Le Passage Éditions (P)2019 Audiolib

La presse en parle :

On pense bien sûr au Shining de Stephen King, passé à l'équarrissage du Silence des agneaux de Thomas Harris. 
Le Figaro

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Regarde-moi, par Aga Lesiewicz

Regarde moiKristin est photographe et mène une existence confortable au cœur de Londres. Son petit ami est également un artiste qui gambade à travers le monde. Libre et sans attache, leur vie se veut bohème et branchée. Mais cette belle façade se craquelle le jour où Kristin reçoit un premier mail anonyme, suivi par d'autres messages troublants, lesquels vont peu à peu mettre à sac son univers doré. Tous révèlent une photo de son intimité qui lui font réaliser qu'elle est traquée, chez elle, dans la rue, au boulot, partout. Après une tournée à l'étranger, son petit ami peine à lui apporter le réconfort souhaité. Cela semble d'ailleurs trop tard car les événements s'enchaînent et taillent en pièces toutes les certitudes.

Comme j'avais déjà lu son roman précédent (À perdre haleine) je savais à quoi m'attendre en matière de bon et moins bon dans celui-ci. Côté intrigue, ça tient la route. On nous promet un thriller urbain, claustrophobe et dérangeant, se jouant de nos terreurs les plus intimes. C'est effectivement le cas. Par contre, la lecture pêche au niveau des personnages, principalement l'héroïne qui agit de façon illogique (encore une fois). J'ai relevé plusieurs détails aberrants, comme reluquer le laveur de vitres et fantasmer sur le mari de sa copine... « Ça doit être hormonal, je ne me conduis jamais comme ça. » Ou disons que la nana est à cran mais elle saoule aussi.

J'ai donc été moins convaincue par ce roman comparé au précédent (À perdre haleine). J'avais vite senti le fin mot de l'histoire. Sinon j'ai bien aimé le cadre londonien mais moins accroché à la mécanique mise en place (la photographie, tout ça... bof bof). Les personnages... n'en parlons pas. Il y a aussi de grosses failles dans l'intrigue... toutefois, son climat sulfureux, ajouté au rythme mou, donne le ton et constitue une forme d'attrait. C'est une lecture correcte mais sans plus.

Belfond Noir (2018) - Traduit par Julia Taylor

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

L'affaire Lord Spenser, de Flynn Berry

Je n'ai malheureusement pas accroché à cette histoire... trop déprimante !
L'affaire lord spencer

L'héroïne a connu dans son enfance un drame qui a bouleversé son existence : sa nounou a été assassinée sous leur toit, pendant que son frère et elle dormaient paisiblement. Pire, c'est leur père qui a été suspecté du crime (son épouse l'aurait formellement identifié). Mais l'homme appartient à la gentry donc possède de nombreux appuis. Les témoignages ont pullulé pour certifier son innocence. L'homme a néanmoins disparu de la circulation.

Des années plus tard, la fille vit toujours dans le spectre de son retour et du procès qui n'a jamais eu lieu. Elle se sent également coupable et complice car elle a la sensation d'avoir été manipulée (précisons qu'elle n'avait que huit ans mais elle porte sa honte comme une croix). Aujourd'hui la police lui signale que son père aurait été repéré et son univers s'ébranle à nouveau. De toute façon il est temps que cette obsession cesse et qu'elle cherche à percer l'abcès une bonne fois pour toute !

Sauf que cette lecture est lente et pesante. Je n'ai pas su embarquer à bord et j'ai vite trouvé le temps long. La solution est d'ailleurs sinistre. Après L'Assassin de ma soeur que j'avais trouvé moyennement convaincant, ce deuxième roman de Flynn Berry me pousse à dire que ce n'est pas ma tasse de thé... :/

©2019 Place des Editeurs (P)2020 Audible Studios

S'inspirant librement d'une célèbre affaire criminelle des années 1970 - ; l'affaire Lord Lucan, le premier lord reconnu coupable de meurtre depuis le XVIIIe siècle - ; ce thriller glaçant met en scène une héroïne marquée au fer, déchirée par les liens du sang. Il offre aussi une réflexion très actuelle sur les ravages de la violence au sein du cocon familial, les privilèges de classe et la loi du silence.

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

L'île du diable, de Nicolas Beuglet

L'île du diableÀ peine sortie de prison, Sarah est conduite chez son père qui vient d'être assassiné dans son manoir. L'homme a succombé à des tortures et gît sous le regard de sa fille impavide. Son supérieur lui réserve l'affaire en sous-marin car officiellement c'est le jeune officier Adrian Koll qui conduira la marche à suivre. Choquée par le drame qui frappe sa famille, Sarah se montre docile et conciliante. Son père... distant, froid et secret. Comment imaginer un crime d'une telle barbarie ?

Sarah n'est pas au bout de ses peines car elle doit également encaisser le déballage médiatique qui vient effriter son image d'enquêtrice chevronnée. Elle ignore encore que Christopher va en faire une affaire personnelle et chercher à éclairer cette sombre histoire qui lui colle à la peau. Enfin un peu de débroussaillage dans le tableau ! Depuis Le Cri, on a vu se dessiner les failles dans son personnage de bull-terrier : ses traumatismes, ses fantômes, ses secrets... Eh bien le mystère entier sera levé. Youhou. Est-ce pour autant renversant ? que nenni.

Bon point pour ce roman : L'île du Diable compte 200 pages en moins (et ça fait du bien). La lecture est plus rapide, avec moins de niaiseries entre les personnages et une histoire qui va à l'essentiel. Les révélations historiques qui y sont faites sont glaçantes mais l'exploitation au cœur de l'intrigue laisse parfois à désirer. J'avais deviné beaucoup, beaucoup de choses. Oups. Seul un détail me chiffonnait... et bim, réponse dans l'épilogue. Euh. 🙄 Sans surprise, ce troisième rendez-vous avec Sarah Geringën n'a pas permis de me réconcilier car je trouve le scénario cette série beaucoup trop cinématographique et convenu. Mais il en faut pour tous les goûts !

©2019 XO Éditions (P)2020 Lizzie, un département d'Univers Poche

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,