Bonne nuit mon angeVoilà un bon roman à suspense avec un retournement de situation que je n'ai pas vu venir ! Ça glisse tout seul et ça vous interpelle. Quoi ? comment ? J'ai relu ce point de bascule avec des yeux ronds comme des billes. Et puis j'ai gloussé car c'est sacrément rusé. Du coup la lecture est relancée et le scénario fait penser à un grand classique de la littérature (je vais m'abstenir de citer la référence sous peine de spoiler). Mais vous m'en direz des nouvelles !

Sinon c'est un thriller domestique très efficace : Sam et Annie, fraîchement mariés, viennent s'installer dans la petite ville de Chestnut Hill pour être au plus près de la mère malade de Sam. Lui est un séduisant psychologue new-yorkais à la carrière florissante. Il a installé son cabinet au rez-de-jardin de leur grande maison victorienne mais ignore que ses conversations circulent via un conduit de cheminée et viennent alimenter le vide existentiel de son épouse.

Car Annie trouve ses journées longues et ennuyeuses. Elle s'occupe comme elle peut et adore pimenter leur vie de couple en inventant des personnages pour fêter chaque semaine leur rencontre. Elle rend visite à sa belle-mère. Regarde des séries TV. Boit quelques cocktails. Elle dresse aussi un catalogue des clients de son mari et extrapole sur leurs pathologies. Elle ne soupçonne pas encore les tourments de Sam jusqu'au jour de sa disparition. C'est d'ailleurs l'ouverture du roman - la police mène son enquête et un premier constat s'impose. « J'espère pour elle qu'elle a un bon alibi. Vous savez ce qu'on dit. Quand un homme disparaît, c'est toujours la faute de sa femme. »

Voilà, voilà. Le scénario n'est pas démentiel mais plutôt habile et tortueux.
Et surtout, bravo pour le coup de bluff !

Les Escales Noires, 2020 - Traduit par Typhaine Ducellier

Titre VO : Goodnight Beautiful

⭐⭐⭐.5