19/02/21

L'Illusion, de Maxime Chattam

L'IllusionIl me faut reconnaître que j'ai eu très peur au moment de découvrir ce nouveau roman de M. Chattam car je voyais passer de nombreux avis négatifs ou des abandons. Brrr. C'est vrai que ses récentes productions sont moins excitantes mais le monsieur a tout de même un univers captivant qui invite à revenir livre après livre. Du moins, j'estime être une cliente bonne poire.

L'illusion est certes un roman étrange. Le narrateur, Hugo, vit une rupture sentimentale douloureuse et éprouve le besoin de s'éloigner quand il trouve sur internet une expérience à tenter - vingt semaines dans un coin perdu dans les montagnes. Hop, il s'inscrit et part avec un baluchon sur le dos. Il débarque à Val Quarios et rencontre sur place une petite communauté accueillante. Des geeks, des ours mal léchés, des nanas en cure de détox. Le cadre est splendide et au cœur d'une nature sauvage. Parfait pour se refaire une santé.

Toutefois, la fibre romancière (en souffrance) de Hugo le titille à explorer plus loin et au-delà des apparences. Car le jeune homme est en train de glisser doucement dans des délires paranoïaques en s'imaginant des ombres, des voix, des hallucinations (des meurtres, des cadavres, des actes barbares). L'extase bucolique prend peu à peu des airs cauchemardesques. Enfin c'est ce qui est suggéré. Non sans perplexité, on se rend compte qu'on s'embrouille avec les perspectives. C'est confus, ça fout la trouille aussi (croyez-moi : le livre audio a mis l'accent sur les voix d'outre-tombe et ça fait vraiment peur !). Ça vous oriente vers une piste et puis ça vous retourne le cerveau la seconde d'après.

Au final, le processus est plus lent, long et tordu. J'ai regretté quelques passages creux dans le roman mais j'ai beaucoup aimé l'atmosphère faussement cool et centrée sur l'isolement et la marginalisation. Le dénouement est plutôt sympa. Et la performance du livre audio relève le niveau et m'a permis de vivre cette lecture dans un état de psychose inavouable. Oups.

©2020 Editions Albin Michel (P)2020 Audiolib

  • Lu par : Charles Morillon
  • Durée : 13 h 29
  • Bienvenue à Val Quarios, une "jolie petite station familiale" où la mort rôde avec la gourmandise d'une tempête d'été.

 

Posté par clarabel76 à 15:45:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Bearmouth, de Liz Hyder

BEARMOUTHAventurez-vous « à l'aveugle » dans cette mine aux couloirs labyrinthiques où vivent des hommes qui n'ont plus vu la surface de la terre depuis une éternité. Condamnés à trimer comme des brutes contre un salaire de misère, ils ont souvent été vendus ou expédiés contre leur gré dans cet enfer.

L'entraide entre les gars est cependant réelle - ça se serre les coudes, ça protège les plus jeunes, ça partage son savoir et ça apprend à lire et écrire. C'est d'ailleurs le petit Crapouille qui nous raconte son histoire : sa routine la semaine, son jour du Seigneur, ses leçons avec Thomas, son amitié avec Tobie.

Et puis un jour, un nouveau débarque - Desmond et ses yeux noirs qui expriment une colère froide. Crapouille pense au démon en entendant son prénom. Le garçon n'est pas comme les autres car il parle de révolution. Le début des embrouilles. Désormais les questions se bousculent face aux inégalités de plus en plus invivables.

Et là, ça fait BOUM dans votre tête. Vous, lecteur sourcilleux et attentif à comprendre le charabia du gamin - bravo à la traductrice pour son travail remarquable. Il faut décoder et polir cette langue râpeuse et maladroite. Ensuite il faut s'échapper de cette sensation d'étouffement qui se dégage du roman. Il y a une telle intensité derrière les chapitres qui s'enchaînent. L'action est lente mais la pression enfle dangereusement.

Je vous le dis : cette lecture m'a franchement bluffée. J'étais agrippée aux pages de mon bouquin que j'ai dévoré d'une traite. C'était incroyable. Tellement âpre et angoissant avec cette intuition qu'on nous roule mais qu'on ne sait pas où ça mène. Remarquable, vraiment.

La Martinière J. (2021) - Traduit par Rosalind Elland-Goldsmith

Une dystopie d'un réalisme à couper le souffle, inspirée par le quotidien des mines du nord de l'Angleterre au XIXe siècle. Une prose singulière qui met en avant l'écriture et le langage comme outils d'émancipation.

 

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,