10/06/21

La Commode aux tiroirs de couleurs, par Olivia Ruiz

La Commode aux tiroirs de couleurJe ne peux résister aux histoires de famille qui figurent au centre des romans. Cette fois encore, il est question d'un héritage chargé de mystère et d'émotion autour d'une commode ayant appartenu à la grand-mère.

Après son décès, le meuble est légué à la narratrice qui s'enferme toute une nuit pour ouvrir ces fameux tiroirs de couleurs (qui ont nourri ses rêves de petite fille) et qui vont ainsi révéler des pans entiers du passé de son Abuela.

C'est aussi, et surtout, une histoire qui court sur quatre générations de femmes (persécutées par la dictature franquiste ayant entraîné drames en cascade), de leurs origines espagnoles, de leurs amours et de leurs choix de vie. On apprend beaucoup, chaque histoire étant empreinte de force et de sacrifice, mais leur évocation est inestimable, avec une conclusion éclatante : il faut tout accepter, ne pas juger.

J'ai choisi de découvrir ce roman en format audio car il est lu par Olivia Ruiz elle-même. Et je dois dire qu'elle excelle dans le rôle de lectrice ! C'était poignant et piquant de l'écouter. Si son histoire au style pétillant est profonde et agréable à suivre, elle n'est sans doute pas fondamentalement mémorable non plus. Mais l'exercice de style est une franche réussite - bravo !

©2020 Olivia Ruiz (P)2021 Audiolib

  • Lu par : Olivia Ruiz
  • Durée : 4 h env.
  • La Commode aux tiroirs de couleurs signe l'entrée en littérature d'Olivia Ruiz, conteuse hors pair, qui entremêle tragédies familiales et tourments de l'Histoire pour nous offrir une fresque romanesque flamboyante sur l'exil.

    Chanteuse et artiste multi-facettes, Olivia Ruiz offre une lecture intimiste agrémentée de virgules musicales originales créées avec David Hadjadj, comme un cadeau offert à son public.

⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


La chanson de nos souvenirs, par Emma Cooper

La chanson de nos souvenirsAlerte lacrymale ! Ce roman est juste bouleversant.

Melody King élève seule ses deux enfants, Flynn et Rose, et n'a aucune nouvelle de leur père. Le quotidien n'est pas rose, la maman joint difficilement les deux bouts. Comble de tout, dès qu'elle est angoissée, elle se met à chanter et à danser de manière compulsive.

En fait, on comprend que c'est une conséquence de sa chute sur la tête, après avoir glissé sur une plaque de verglas. On découvre aussi que le papa a disparu après un accident de voiture, dans lequel son fils a été blessé et marqué par des cicatrices au visage. On remarque surtout que Rose recherche secrètement ce père supposé mort.

Au final, l'histoire est un tourbillon d'émotions : on passe du rire aux larmes en un battement de cils. C'est fou. Mais cette histoire nous laisse essentiellement voir une famille qui s'accroche et qui lutte même quand tout fout le camp. Il y a des passages terribles, d'autres moments touchants et drôles. Et pourtant, on se surprend à suivre les King en serrant fort son poing contre son cœur. On a tellement envie qu'ils s'en sortent, qu'ils connaissent un peu de paix et de lumière.

Forcément, la fin du roman est déchirante. Mais que de chaleur et de tendresse dans ce portrait de famille ! Le récit est également parsemé de musique, tout du long, j'avais aussi envie de chantonner ou de bouger mon corps. Loin de toute tragédie, cela s'entend.

♪♫ Il bet you look good on the dancefloor ♫♪ Et mon cœur a fait boum !

éditions Mazarine / librairie Fayard (2021) - Traduit de l’anglais par Dominique Haas

⭐⭐⭐

La playlist des musiques citées dans le livre ♥

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Rozenn, de Laëtitia Danae

Rozenn 1

Rozenn Kaplang est une princesse djinn ; une magie ancestrale coule dans ses veines. Pour cette raison et durant de longues années, ses ancêtres ont souffert de la domination des dagnirs. Depuis, la paix a été rétablie - une paix au goût amer et incertain.

Afin de tirer un trait définitif sur ce douloureux passé, le père de Rozenn accepte d'envoyer ses filles au palais du Sultan Maddy dans l'espoir de nouer une alliance entre héritiers. Toujours est-il que nul n'est dupe du piège tendu. C'est donc la méfiance chevillée au corps que les sœurs Kaplang se lancent dans un long périple.

Rozenn, Odeleen et Daire doivent cependant apprendre à résister aux charmes déployés : le sultanat de Pretamia recèle mille richesses et autres trésors cachés. Les princes sont séduisants. Chaque rendez-vous est une promesse de rêve et d'évasion. La tentation est grande, très grande.

Seule la cadette ne se laisse pas étourdir par ces faux-semblants. Rozenn refuse même farouchement de participer à cette mascarade, quitte à s'attirer l'animosité de la Sultane en personne. Sa rencontre avec Cameron ne la laisse peut-être guère indifférente, sauf que c'est auprès du prince Callum qu'elle se sent revancharde.

Ahlala, j'ai été totalement, irrémédiablement, fatalement ensorcelée. Et j'ai adoré ça ! Tout m'a (quasiment) plu : le cadre oriental, dont se dégage un parfum vénéneux de pouvoir et de tromperie. La beauté des personnages, qui ne masque pas leurs ambitions cachées. La nonchalance de la mission, qui filtre les horreurs en place.

Bref. On obtient un mélange subtil mais fascinant dans ce premier tome où les éléments s'organisent. Ce n'est pas débordant d'action, c'est juste bien dosé et énigmatique comme il faut pour donner envie de connaître la suite. Je soupçonne d'ailleurs la lecture de posséder des effets d'hypnose méconnus. 

Maintenant, je suis à deux doigts de craquer pour le deuxième tome (papier) alors que j'aimerais également patienter jusqu'à la parution du format audio. Ce terrible dilemme qui ronge mon existence... Je ne peux que vous le conseiller.

©2021 SAGA Egmont (P)2021 SAGA Egmont pour la version Audio

  • Lu par : Anne Durandy
  • Durée : 8 h 30
  • Repris en format poche chez J'ai Lu (2020)

 ⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,