18/11/21

Farandole de lectures : La Soupe magique - La Petite sorcière et la forêt noire

 ⊱♥⊱╮ღ꧁ ꧂ღ╭⊱♥≺

La Soupe magique

Place à un superbe & grand (très grand) album qui met en joie !

Chez la Famille Chat, l'agitation est à son comble. C'est l'anniversaire de Mamie Chat. Maman ne sait plus où donner de la tête dans sa cuisine. Les légumes volent, la soupe est prête et ce sont les petits Chats qui doivent apporter la précieuse marmite avant la fin de la journée.

En chemin, les chatons vont néanmoins croiser des voisins, des amis, des âmes en détresse. Et au fil des rencontres, ils distribuent une cuillerée de soupe (à boire tous les soirs, jusqu'à la dernière goutte, ça donne des forces et ça fait grandir).

Sauf qu'à l'arrivée, malheur, la marmite est vide !

Mais c'est sans compter sur la formidable solidarité de la communauté de la forêt.

Outre le message de bienveillance, de partage et d'entraide que l'album souligne, la lecture propose aussi une fantastique promenade dans les bois, où tous les détails sont importants. C'est même un régal de se pencher sur les pages pour scruter les indices (par exemple, le loup qui court après les chatons).

C'est une belle lecture, éclatante de couleurs et surtout riche en clins d'œil amusants ! Un bonheur.

La Soupe Magique, de Katerina Gorelik

Seuil Jeunesse, 2021

⊱♥⊱╮ღ꧁ ꧂ღ╭⊱♥≺

La Petite sorcière et la forêt noire

Deux sorcières parcourent la forêt, en chevauchant leur balai. 

Elles approchent sans bruit et se rendent dans une cabane à l'abri des regards. Seule une poignée de curieux ont repéré leur manège et ont osé s'approcher pour les observer.

En vérité, ils sont tous impatients de leur arrivée. La forêt est malade et attend son remède que seules les deux sorcières sont en mesure de concocter.

Tous les espoirs sont tournés vers elles. L'attente est longue. Et la nuit promet d'être éternelle.

Quelle ambiance, vraiment ! Mais j'ai adoré ça. C'est curieux et fascinant.

On s'imagine tout à fait plonger dans cette lecture le soir, sous la couette. Comme les animaux, on scrute les faits et gestes des guérisseuses aux allures de sorcières. On attend le verdict avec hâte et une pointe d'excitation. On savoure le cocktail de sensations : frissons, incantations et suspense.

C'est tout bon. Et ça se lit comme un conte, mis en lumière par la japonaise Chiaki Okada dont la finesse de trait est un régal pour les yeux.

La Petite Sorcière et la Forêt noire, de Chiaki Okada & Mutsumi Ishii

seuil jeunesse, 2021

⊱♥⊱╮ღ꧁ ꧂ღ╭⊱♥≺

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Les Strates, de Pénélope Bagieu

Les Strates

Difficile de passer à côté du nouveau carnet de Pénélope Bagieu !

Un petit look vintage, super sobre, juste du noir et blanc. Avec un élastique sur le côté pour l'aspect confidentiel. C'est adorable !

La lecture n'est pas en reste. Car ce carnet renferme les petits secrets de la dame et surtout raconte des bouts de son histoire personnelle. En vrac, sans fard.

Et ça sonne juste.

On apprend donc que Pénélope est obsédée par la chaleur, qu'elle voue aux chats un amour dévastateur et qu'elle a longtemps cultivé la croyance d'un don particulier pour le sport.

Elle nous livre aussi sa première visite chez une gynéco, ses expériences amoureuses souvent farfelues - elle se décrit elle-même comme étant une fille bizarre mais courageuse. Et sa presque fâcherie avec sa meilleure amie pour la vie.

Elle rêve aussi de Street Fighter les types louches dans les transports en commun ou les potes relous dans les chambres des copines. Elle a prié les dieux d'avoir des seins dignes de ce nom et affiché ses lolos comme une guerrière. 

Elle épingle les idiots, les goujats, les malotrus, les sexistes, les dingues, les pénibles.

Elle expose ses proches, son fantôme de frère (pendant trois jours). La mort. La douleur. Le deuil. 

Dans ce livre, les émotions s'étalent comme un éventail de possibilités. C'est à la fois drôle, touchant et nostalgique. Ça parle de la vie, des gens, de ce qu'on apprend de nos rencontres, de nos familles, de nos désirs et de nos frustrations.

C'est engagé sans trop forcer. Ça prône le respect, l'audace, la dérision et la confiance.

C'est enfin une façon détournée de grandir en s'assumant, d'aimer celle qu'on devient (et de se réconcilier avec celle qu'on a été). C'est une lecture qui parle de nous et qui le fait très, très bien. 

Merci Pénélope !

Gallimard, 2021 - Mot de l'éditeur :

Dans un carnet qu’on dirait tout droit sorti de sa poche, Pénélope Bagieu nous dévoile des fragments de sa vie, de son enfance et son adolescence. Des moments que l’on pourrait penser anecdotiques, volés au temps qui passe, au hasard, mais qui sont, en réalité, constitutifs de ce qu’est la dessinatrice à l’aube de ses 40 ans.

Des strates de papier qui ont façonné la femme qu’elle est aujourd’hui. En se mettant à nu, Pénélope Bagieu joue à la funambule, sur le fil du doute. À travers ses Strates, elle livre un essai dessiné autobiographique sans complaisance, sincère et bouleversant.

⭐⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,