11/12/14

Le Voyage de Pippo, de Satoe Tone

IMG_2512

Attention, pépite ! Mes clichés ne rendront jamais assez compte de la richesse des illustrations (ouh, cette luminosité presque hivernale qui plonge les foyers dans une ambiance caverneuse...), mais je vous invite à courir d'urgence dans une librairie pour en prendre plein les mirettes. 

Voici Pippo la grenouille, qui hélas ne sait plus rêver. Pour s'endormir, Pippo compte les moutons et fait la rencontre d'une brebis « qui sait voyager dans les songes ». Elle accepte de l'emmener avec lui, pour un voyage fantastique et merveilleux, au fil des saisons, parmi des paysages de toute beauté, où...

Les coquelicots rêvent de s'envoler dans la brise, un poisson d'avoir des jambes pour partir en vadrouille, un banc de méduses de valser au grand bal des étoiles, des libellules de bourdonner leur envie de voir le monde, un oisillon d'avoir des amis pour parler ensemble...

« Avril et le printemps éclaboussent tout autour, Pippo court le cœur léger, car maintenant, il sait. Il sait que la petite brebis ne lui a pas seulement appris à rêver, elle lui a ouvert la route de l'amitié. »

Avec des valeurs aussi nobles et apaisantes, cette histoire nous absorbe comme une grosse vague d'émotions cherchant à tout submerger sur son passage. C'est tout simplement magnifique et ensorcelant. Les illustrations aussi sont sublimes. Les couleurs aux teintes pastel sont douces et enveloppantes. Une étrange sensation cotonneuse nous assaille, mais c'est divinement bon ! 

Cet album a été auréolé du Premier Prix de l'illustration à la Foire internationale du livre Jeunesse de Bologne 2013.

éditions Nobi Nobi, novembre 2014 ♦ traduit et adapté par Alice Brière-Haquet

IMG_2513  IMG_2514

IMG_2515  IMG_2516

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


Mina, juste avant le dernier arbre, de Thierry Laval

IMG_2500

Mina habite une ville étouffée par de gros nuages noirs, à travers lesquels des oiseaux tentent de zigzager pour mieux « éclairer les rues de leurs couleurs joyeuses ». Mina y est très sensible, mais comprend qu'un danger les guette. Lorsqu'une ombre terne et lourde commence à s'écouler lentement, sur les façades des immeubles, dans les rues, sur les voitures, etc. la fillette s'empresse de partir, avec Pissenlit, sa plante qui n'est pas un pissenlit, mais sa confidente.

Toutefois, au cours de sa fuite, Mina croise des olibrius qui, tour à tour, la poursuivent, la sauvent ou veulent se saisir de sa plante. Partout où elle va, l'enfant est cernée par des « zozos voleurs qui se font aussi voler » ! Quel micmac. Et toute cette aventure se passe dans un univers bigarré, une dimension onirique, où l'on comprend néanmoins que la terre est polluée, malade, gravement contaminée et qu'une petite plante verte prend une valeur symbolique inestimable.

L'excentricité de cette fable écologique peut surprendre et dérouter les plus jeunes lecteurs, même si les illustrations de Thierry Laval ressemblent à des images de dessin animé farfelu. L'auteur veut faire simple, tout en cherchant à titiller sa cible. Il adopte aussi pour son histoire un ton insolite, au vocabulaire fleuri et très imagé, à mi-chemin entre la poésie et le loufoque.

« De lascars déterminés en trublions étourdis, de drôles de zouaves en hurluberlus éberlués, de futés lurons en fripouilles confirmées, d'escogriffes bringuebalants en zinzins guignols, c'est tout un équipage que Pissenlit semble emmener à sa suite. »

C'est plutôt cocasse, non dénué d'une grande sensibilité, mais assez déconcertant, si bien qu'il est important d'accompagner l'enfant dans cette lecture.  

Gallimard jeunesse, coll. Giboulées, novembre 2014

IMG_2501  IMG_2502

IMG_2503  IMG_2504

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Louis 1er, Roi des moutons, par Olivier Tallec

IMG_2536

Le vent souffle sur les prés, quand soudain une couronne atterrit aux pieds de Louis le mouton. Haussement de sourcils. (On imagine.) Notre ovidé est frappé d'une illumination : le destin vient de le désigner roi ! Louis Ier, roi des moutons. Acclamation de la foule, s'il vous plaît.

Et le voici en train de se prendre au jeu : besoin d'un sceptre, d'un trône, de suivants, d'un domaine paysager... Louis assoit son pouvoir mais se montre de plus en plus exigeant. Il a la folie des grandeurs et adopte une attitude de despote. Il développe aussi un goût prononcé pour la guerre et décrète des lois ségrégationnistes (il bannit les plus moches de sa cour).

Notre bon Louis ne touche plus sol, avec ses ambitions démesurées. Heureusement un nouveau coup de vent viendra lui rafraîchir les idées !

Ce portrait est irrésistiblement drôle, en épinglant nos grands de ce monde qui basculent de l'autre côté de la barrière, aveuglés par leur soif du pouvoir, qui leur fait perdre toute objectivité. C'est raconté en toute simplicité, mais avec grande finesse. Les enfants ne manqueront pas de saisir les nuances et hueront haut et fort ce Roi des moutons, atteint du ciboulot !

Olivier Tallec fait preuve d'une grande maîtrise et excelle dans l'humour mordant à travers cette fable philosophique, qui fera réfléchir. Bingo ! 

Actes Sud junior, septembre 2014

IMG_2537  IMG_2538

IMG_2539  IMG_2540

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

10/12/14

Le Filou de la forêt, d'Oliver Jeffers

IMG_2517

Une affaire bien mystérieuse secoue la forêt : depuis quelque temps, les branches des arbres disparaissent, quand ce ne sont pas les arbres eux-mêmes ! Une enquête est ouverte, mais nulle trace du voleur. La communauté des bois est ébranlée et convoque une réunion exceptionnelle : à force de discuter âprement, ils en viennent à s'accuser mutuellement... mais tous ont un alibi solide qui les innocente complètement.

Pendant ce temps, les crimes se multiplient et le voleur continue d'agir en toute impunité. Le lecteur, lui, devient complice malgré lui en découvrant le coupable, pom-pom-pom, accomplir ses méfaits dans le dos des investigateurs. Ah, ah, ah, quelle tendre ironie ! 

Inventive et drolatique, cette histoire fait mouche et conquiert un lectorat qui s'esclaffe et en redemande. On y retrouve tous les codes rattachés au genre policier (suspense, vocabulaire, mise en scène). Tout y est, on y croit dur comme fer. Et on apprécie, également, la petite touche de burlesque dans la ligne conductrice, le texte et les expressions des personnages. C'est follement bon, on ne voudrait jamais que ça s'arrête ! 

Kaléidoscope, août 2009 ♦ traduit par Elisabeth Duval (The Great Paper Caper)

IMG_2518  IMG_2519

IMG_2521  IMG_2522

IMG_2523  IMG_2524

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

L'Abominable homme des neiges, par Eva Susso & Benjamin Chaud

IMG_2506

Partis faire du snowboard, Max et Uno se perdent dans la forêt. Ils font alors une stupéfiante rencontre : l'abominable Homme des neiges ! Sans mot dire, celui-ci les enlève et les conduit jusqu'à sa grotte... où les enfants auront la surprise de découvrir un foyer chaleureux et accueillant. Il faut croire qu'on se méprend complètement sur son compte ! 

L'abominable Homme des neiges est finalement une créature tout à fait ordinaire : il aime cuisiner, sculpter du bois, avaler une bonne soupe au coin de feu, boire du lait de chèvre (son animal de compagnie) et déguster de bonnes myrtilles. Les plaisirs simples d'une existence placide et confortable... où il manque tout de même un papa ! Max veut retourner chez lui. Pas de problème. L'abominable Homme des neiges connaît un raccourci. 

Quelle aventure cocasse et attachante ! Benjamin Chaud m'enchante avec ses dessins et son ton humoristique. Il donne franchement envie de parler le « Yéti pléti pioche » ! De plus, c'est toujours adorable de voir un papa porter un tablier et cuisiner des crêpes pour ses enfants... Lecture hautement approuvée par notre comité “Clarabel, lectrices de mère en fille” ! ;-)

Albin Michel jeunesse, octobre 2013 ♦ traduit du suédois par Jean-Baptiste Coursaud

IMG_2507  IMG_2508

IMG_2509  IMG_2511

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


09/12/14

Et j'ai couru, d'Ingrid Chabbert & Dani Torrent

IMG_2541

C'est jour de tempête. Le vent souffle de plus en plus fort, tandis que les parents de la fillette ont couru rentrer les bêtes dans la grange, elle réalise soudain que son gros chien Harrington n'est pas auprès d'elle pour la consoler. Ni une ni deux, l'enfant n'écoute que son courage pour braver le froid et la furie du vent. Enveloppée dans son imper jaune, la petite fille sort affronter les bourrasques et court à perdre haleine.

Hélas ses cris sont étouffés, ses mots avalés par la tempête. Mais le courage, toujours, la porte et l'enfant finit par retrouver son chien ... évanoui, au pied d'un buisson. Gloups. L'opération de sauvetage se poursuit : « Il était lourd, mon Harrington, très lourd pour mes petits bras d'enfant. Mais mon amour pour lui était encore plus gros. » (Et là, moi, j'avais la gorge nouée.)

Bref, dès qu'il est question de chien dans une histoire, je me sens tout de suite d'humeur cucul la praline. Je sais, j'avoue, mais je suis faible. Et cette histoire est parfaitement adorable et un exemple du genre ! Comment ne pas succomber à cette relation si poignante entre la fillette et son chien ? le dévouement de celle-ci ? la fragilité de la petite bête ? Ah, ce serait se montrer d'un stoïcisme glaçant... non, merci. 

Les couleurs de l'album sont également bluffantes, dans des teintes automnales, avec en plus ce fond marin que je trouve fascinant. Les illustrations portent beaucoup sur les gros plans, pour jouer sur la corde sensible, entre la panique et la tendresse, et aussi pour mettre en avant le climat apocalyptique que l'enfant doit combattre. C'est saisissant, très réussi. J'ai beaucoup apprécié ! 

Alice éditions, octobre 2014

IMG_2542  IMG_2543

IMG_2544  IMG_2545

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Poupoupidours, de Benjamin Chaud

IMG_2531

« Petit ours se réveille un joli matin de printemps. Dehors, les oiseaux gazouillent, ça sent bon l'herbe fraîche. Comme il est tout seul chez lui, il décide de sortir faire un tour. Quelle joie de pouvoir enfin se dégourdir ses petites pattes ! Petit ours sait bien qu'il ne faut pas trop s'éloigner de sa tanière, mais quelle est cette chose qui brille derrière les arbres ?

C'est le soleil qui éclaire un chemin, un chemin que Petit ours n'avait encore jamais vu. Un chemin qui sent bon la noisette et qu'il a terriblement envie de suivre. Hop hop hop, Petit ours trottine dans les bois, court après un papillon, plonge sa truffe dans la mousse, et tout à coup il se retrouve devant un trou qui s'enfonce sous la forêt. Petit ours aimerait bien savoir ce qu'il  y a dedans... »

Dans quelle nouvelle aventure Petit ours nous entraîne ? Celle du cirque, pardi. Avec ses fabuleuses couleurs, ses acrobates, ses clowns, sa ménagerie, sa fanfare tonitruante, ses flonflons, ses lumières et ses étoiles... Le spectacle est mirifique, avec des détails, des fausses pistes et des décors somptueux en trompe-l'oeil et en découpes...

C'est aussi une histoire qui parle de naissance, d'arrivée surprise d'une petite sœur et d'un beau portrait de famille qui s'agrandit. Benjamin Chaud nous en bouche un coin, pour notre plus grand plaisir ! C'est inventif, drôle et pétillant. Cela donne envie de sourire tout le temps. Et avec un titre pareil, je ne vous pouvais que craquer.

Retrouvez aussi Une chanson d'ours et Coquillages et Petit ours  dans la même série ! 

Hélium, septembre 2014

IMG_2532  IMG_2533

IMG_2534  IMG_2535

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Le Magicien d'Oz, de Jean-Pierre Kerloc'h & Olivier Desvaux

raconté par Natalie Dessay ♦ avec les musiques du film

IMG_2484

Je ne vous cache pas avoir bravé la foule en délire mais surtout une chaleur caniculaire pour obtenir mon exemplaire dédicé par l'illustrateur, Olivier Desvaux, discret, charmant et disponible. Mais je l'ai, mon précieux, je l'ai ! Et je n'ai pas été déçue par son contenu. 

C'est une lecture magique, l'histoire intemporelle de Dorothée, une petite fille qui vit au Kansas et qui se trouve transportée au pays d’Oz suite à un cyclone. En chemin, elle rencontre la Fée du Nord, chausse des souliers d'argent, se lie d'amitié avec trois compagnons (l’épouvantail sans cervelle, Fer-Blanc le robot sans cœur et le lion sans courage), part affronter la terrifiante Sorcière de l'Ouest, traverse un champ de coquelicots dormitifs, voyage à l'aide de singes volants, rencontre le fameux Magicien d'Oz... bref, quelle aventure extraordinaire ! 

L'histoire, adaptée de l'œuvre de L. Frank Baum, se présente comme une version plus légère, agréable et accessible pour les enfants. On retrouve aussi les chansons du film de Victor Fleming avec Judy Garland (Over the RainbowFollow the Yellow Brick RoadWe’re Off to See the Wizard…). C'est un régal. Natalie Dessay fait aussi merveille en incarnant tous les personnages, avec un enthousiasme sans pareil. Et les illustrations à l'huile d’Olivier Desvaux impressionnent par leur force et leur beauté.

Je suis sous le charme ! Ce grand classique trouve ici une interprétation raffinée, respectant fidèlement le support original, et se destine au plus grand nombre. C'est une éblouissante plongée dans un univers fantaisiste, coloré et classieux. J'adore. ♥

Didier jeunesse, coll. Contes et opéras, septembre 2014

IMG_2487  IMG_2489

IMG_2490  IMG_2491

♪♫ If I Only Had A Brain ♫♪

08/12/14

Le Voyage de Zadim, de Landy Andriamboavonjy & Charlotte Gastaut

IMG_2467

Le père de Zadim souffre d'insomnie et ordonne à son fils de partir à l'aventure pour lui trouver sept fleurs précieuses et les lui ramener avant la tombée du jour. Le garçon, âgé d'à peine sept ans, est plutôt contrarié par cette mission. Il part sur son tapis volant, confiant son destin au hasard. Et il fait bien, car les rencontres seront multiples, chanceuses et auréolées de charme et de chansons. 

C'est très beau, magnifiquement illustré par Charlotte Gastaut, qui offre de pleines pages débordantes de couleurs chaleureuses. L'album est accompagné de 2 disques, l'un lu et composé par Landy Andriamboavonjy, une talentueuse artiste d'origine malgache, et l'autre proposant les berceuses de Zadim, pour un voyage musical à travers le monde.

C'est encore une très belle rencontre littéraire et musicale, subtile et délicate, qui ne manquera pas de séduire petits et grands lecteurs ! J'en suis sortie imprégnée et envoûtée ... ! 

Milan, octobre 2011

IMG_2469  IMG_2470IMG_2472  IMG_2471

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Halb l'autre moitié, de Sigrid Baffert & Barroux

raconté par Elsa Zylberstein ♦ musique d'Alexis Ciesla

IMG_0817

Baka a la mémoire qui flanche et décide d'offrir pour les dix ans de sa petite-fille Tallinn sa précieuse clarinette. Ainsi, la fillette pourra perpétuer la tradition familiale, en jouant la mélodie transmise de génération en génération. Or, Baka ne sait jouer que la première moitié. Elle a oublié le reste ! Avec le petit chien jaune Frageh (qui n'aura de cesse de grossir), elles décident de partir en voyage, jusqu'au village natal de la grand-mère, pour peut-être trouver la suite de la mélodie. 

Au fil de leurs rencontres, Tallinn et Baka enrichissent leur répertoire musical, entendent des ritournelles et autres chansonnettes venues d'ici et là, communiquées avec amour et passion, bref la musique se parle dans toutes les langues, mais essentiellement avec le cœur. C'est une transmission universelle ! En bout de course, Tallinn comprendra aussi qu'elle seule délivrera sa grand-mère du poids de la frustration en imaginant elle-même la composition manquante.

« C'est une moitié étrange, faite de bric et de notes, de blanches, de noires et de vertes... Une mélodie frottée aux cahots de la route, sucrée comme une tarte d'anniversaire et amère comme une nuit d'attente, une mélodie qui vous berce l'âme comme un voilier, pleine de rires et de cris à la fois, tantôt frêle comme un brin d'herbe, tantôt charpentée comme un chêne millénaire, une mélodie chargée de terre rouge, qui sent le sel et la pluie noire de Ruzice, une mélodie aux yeux d'orage et aux chevilles de vent d'Amia, une mélodie qui marche au pas cadencé avant de s'envoler... »

Et c'est magnifique ! Quelle jolie balade, pleine de tendresse, de partage, de poésie et de symphonie. La relation entre la petite-fille et sa grand-mère est teintée de complicité et de douceur, d'une franche volonté d'aider l'autre pour sortir de l'impasse, sur fond de mémoire volatile et de l'importance d'entretenir cette souvenance. C'est très, très touchant mais jamais triste, car la musique est constamment pimpante, gaie, entraînante. C'est une joyeuse cacophonie, qui fait du bien à nos oreilles.

On déguste aussi par petites bouchées gourmandes le texte au charme lyrique très appréciable... « Une mélodie qui vient de loin d'entre les mères. Une mélodie pour entrer dans la vie, une mélodie qui aide à comprendre le dedans, le dehors, l'avant et l'après, le pourquoi et le comment. Une mélodie qui explique le sens de la vie. Une mélodie qui fait pousser les branches des arbres généalogiques... »

Cela vous parle de l'amour des mots, des sons, du pouvoir de la musique, bref autant de petits fragments à assembler pour former un tout enchanteur. Musique par Alexis Ciesla, lecture par Elsa Zylberstein (parfaite), illustrations de Barroux sont l'apanage de cet album discret, mais ô combien précieux et bouleversant de mille émotions. Très, très beau. J'ai beaucoup aimé ! 

Les éditions  des Braques, avril 2014

IMG_2480  IMG_2481

IMG_2482  IMG_2483

Pour information : 

Halb est un projet à 4 mains : Alexis Ciesla, clarinettiste virtuose, pour la musique et Sigrid Baffert pour l'histoire et les chansons...Une collaboration sans fausse note, complétée par 2 autres mains, celles de Barroux, aux pinceaux et une voix envoûtante, celle d'Elsa Zylberstein.

Elsa Zylberstein prête sa voix douce et profonde à cette histoire intemporelle. Des chansons émaillent ce voyage initiatique sur des airs de trombone, sax, contrebasse, violon, percussions, accordéon, et clarinette bien sûr !

Alexis Ciesla, touche-à-tout virtuose à prédominance clarinettiste, a composé la musique sur le texte et les chansons de la talentueuse Sigrid Baffert. Ensemble, avec le soutien du conservatoire municipal de St Priest (69) ils ont orchestré les multiples vies de ce projet protéiforme et fédérateur. Le livre a également reçu le soutien de la Fondation du Judaïsme Français.